Les Aigles Bleues devront mieux jouer en 2e moitié de saison

Malgré une première moitié de saison décevante, les Aigles Bleues de l’Université de Moncton aspirent toujours aux grands honneurs. Pour l’entraîneur-chef Marc-André Côté, il manque un seul ingrédient pour que la sauce prenne: la constance.

«Ça nous prend de la constance de match en match, de la constance de période en période, de la constance de présence en présence sur la glace», avance-t-il.

À l’aube de cette dernière étape, l’U de M occupe le sixième rang au classement du Sport universitaire de l’Atlantique (SUA) avec une fiche de 7-8-1.

La bonne nouvelle, c’est que le Bleu et Or n’est qu’à quatre points de la troisième position, détenue par les Huskies de l’Université St. Mary’s. (9-6-1).

Chaque match sera donc d’une importance capitale, y compris le grand retour de vendredi face aux Tigers de l’Université Dalhousie (4-10-2).

«On sait que les Tigers vont arriver prêtes à jouer vendredi soir. Quand on regarde le classement, on est tout juste devant elles. C’est sûr qu’elles vont vouloir se rapprocher de nous et qu’elles vont être prêtes en partant. Il faudra faire la même chose», mentionne Marc-André Côté.

Selon lui, l’objectif demeure de mériter l’avantage de la patinoire pour le premier tour éliminatoire.

«On est seulement à quatre points de la troisième position au classement. C’est vraiment serré. Je pense que cette troisième place est à notre portée. Ce n’est pas du tout impossible de penser qu’on peut avoir l’avantage de la patinoire pour amorcer les séries.»

Rappelons que les deux premières équipes au classement ont congé pour le premier tour, alors que les équipes de troisième et quatrième position amorcent les séries à domicile.

Et qu’en est-il des mentions de titre du SUA et de participation au championnat canadien qu’on entendait en début de saison?

Côté y croit encore.

«C’est un peu ça la partie frustrante pour nous. On a montré qu’on pouvait rivaliser avec tout le monde quand on décide de jouer à notre façon et quand on a tout le monde qui joue en même temps. On sait qu’on peut tenir tête à toutes les équipes quand on joue pendant 60 minutes», précise le pilote de l’U de M. «On a les bons éléments en place. Il faut juste que les filles comprennent l’importance de la constance. C’est ça la clé.»

L’équipe devra aussi trouver une façon de marquer plus de buts.

En 16 rencontres, les Aigles Bleues n’ont trouvé le fond du filet qu’à 35 reprises.

«On doit faire preuve de plus de créativité et provoquer plus de chances de marquer des buts», convient l’entraîneur-chef.

«Si on fait, ça je suis convaincu qu’on va avoir des coups de chance, des rondelles qui dévient sur des jambières, des patins, ou des choses comme ça. On donne seulement deux buts par match, mais on en compte aussi seulement deux. C’est difficile de gagner des parties de hockey dans ces circonstances-là.»

L’avantage numérique devra également faire beaucoup mieux.

Présentement, l’U de M affiche un maigre rendement de 12,5% avec une fille en plus.

Les Panthers de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard dominent à ce chapitre avec une efficacité de 21,2%.

«Novembre a été 4% de mieux qu’octobre. On est présentement autour de 12%, et c’est certain que si on peut grimper au-dessus de 15%, ça voudra dire qu’on a fait du bon boulot en deuxième moitié de saison.»

Marc-André Côté en est convaincu, la deuxième portion du calendrier 2018-2019 réserve des belles surprises aux partisans de l’équipe.

«C’est dans la dernière moitié de saison qu’on sépare les adultes des enfants. Il faudra montrer une certaine intensité et une volonté de bien faire les petites choses.»

Les Aigles Bleues disputeront une rencontre préparatoire face aux Mounties de l’Université Mount Allison, mercredi soir à l’aréna J.-Louis-Lévesque à 19h.