«Les joueurs ne voulaient pas sortir le coach», selon le capitaine des Wildcats

Les joueurs des Wildcats n’ont pas cherché à avoir la tête de Darren Rumble. C’est ce qu’affirme le capitaine Jonathan Aspirot.

«Une nouvelle comme ça, c’est difficile pour tout le monde», confirme le numéro 18 des Wildcats.

«Mais tous les gars comprennent que ça fait partie du hockey. Comme groupe, on doit rapidement passer à autre chose et se préparer pour la prochaine partie», avance-t-il.

Le patineur québécois affirme que les joueurs ont été surpris par la nouvelle.

«On ne s’attendait pas du tout à ça. On avait du fun avec Darren et on s’entendait bien. C’est une très bonne personne et un très bon entraîneur. Je ne peux pas dire quel est le problème exactement. Je pense que nous sommes plus à la recherche de notre identité présentement, autant sur la glace qu’en dehors.»

Il reconnait que les récentes défaites face aux Sea Dogs de Saint-Jean (1 à 0 le 30 décembre au Harbour Station et et 6 à 5 le 3 janvier au Centre Avenir) n’ont pas du tout aidé.

«C’est certain que ce sont des parties qu’il ne fallait pas perdre. On s’est en quelque sorte tiré dans le pied avec des mauvaises performances. On devait se préparer pour ces parties et on ne l’a pas fait. C’est nous qui sommes responsables de ça. C’est nous qui sommes sur la glace. L’entraîneur ne peut pas tout faire. On doit livrer la marchandise sur la glace.»

Aspirot ne peut mettre sur le doigt sur la raison qui explique le mauvais rendement de l’équipe présentement.

«Je ne sais pas si son message ne passait plus. Tout ce que je peux dire, c’est qu’on avait une bonne relation avec lui. On traverse juste une mauvaise passe comme équipe. Ça arrive dans le hockey.»

Selon lui, les joueurs voulaient encore jouer pour Darren Rumble.

«Ce ne sont pas les joueurs qui choisissent l’entraîneur. On doit s’adapter et jouer au maximum de nos capacités. On doit travailler chaque soir pour essayer de gagner. Je ne pense pas que les joueurs voulaient sortir le coach. C’est plus un amalgame de choses.»

Le numéro 18 espère que le prochain entraîneur des Wildcats sera quelqu’un qui n’aura pas peur de sévir quand ce sera le temps.

«Je pense que ça nous prend un coach qui a du chien, qui est dedans, qui est concentré et bien structuré. Ça nous prend quelqu’un qui est affamé, qui veut gagner, travailler et avoir du fun avec nous autres», souligne le patineur âgé de 18 ans.

Malgré tout, Jonathan Aspirot dit avoir confiance de voir l’équipe traverser la tempête.

«Il faut retrouver la recette gagnante que nous avions au début de la saison et notre passion pour gagner. Je suis sûr à 100% que ça va arriver. On va recommencer à zéro et prendre un nouveau départ. Tous les leaders de l’équipe doivent se tenir ensemble. On a un excellent groupe de joueurs et je suis très optimiste pour la suite des choses.»

Les Wildcats disputeront leur prochaine rencontre vendredi soir en accueillant les puissants Huskies de Rouyn-Noranda.