Noah Dobson a marqué l’histoire du Titan comme personne avant lui

Extraordinaire, spectaculaire et historique. Voilà à quoi aura ressemblé l’année 2018 de Noah Dobson. En fait, le Prince-Édouardien a connu la plus belle année jamais vécue par un joueur du Titan d’Acadie-Bathurst.

Désormais un membre des Huskies de Rouyn-Noranda, à la suite d’une transaction à trois équipes qui a permis au Titan de mettre la main sur trois choix de première ronde et un autre de deuxième tour, l’Acadie Nouvelle a cru bon de prendre des nouvelles du défenseur étoile.

Il disputera d’ailleurs son premier match dans l’uniforme des Huskies ce vendredi au Centre Avenir de Moncton.

En 2018, Dobson a permis au Titan de remporter la coupe du Président et la coupe Memorial. Il s’est aussi taillé une place dans la première équipe d’étoiles de la LHJMQ et dans la formation d’étoiles du tournoi de la coupe Memorial. Il a également pris part au match des meilleurs espoirs de la LCH, a été sélectionné en première ronde du repêchage de la Ligue nationale par les Islanders de New York (12e au total), a paraphé un premier contrat professionnel avant de prendre part à son premier camp d’entraînement. Et, comme si ce n’était pas suffisant, il a complété l’année en prenant part au Championnat mondial junior.

Lorsqu’on lui énumère ces réalisations, le natif de Summerside conserve cette modestie qui le caractérise si bien.

«Je suis très reconnaissant de toutes ces opportunités que j’ai eues au cours de la dernière année. Je suis maintenant impatient de retrouver Mario (Pouliot) encore une fois. C’est un excellent entraîneur avec qui j’entretiens une très bonne relation», révèle celui qui conservera son numéro 53 à Rouyn-Noranda.

«C’est difficile de comparer les Huskies avec le Titan de la saison dernière, mais je vois quand même des similitudes au niveau de la profondeur. Les Huskies sont solides devant les buts, en défensive et en attaque», dit-il.

Dobson ne s’en cache pas, il est heureux d’obtenir la chance de remporter une deuxième coupe du Président. Il n’empêche qu’il a un peu le coeur lourd en pensant à ce qu’il laisse derrière lui.

«J’ai des sentiments mixtes, confie-t-il. Je n’ai que des bons souvenirs de mon séjour à Bathurst. Je ne peux pas remercier assez les habitants de la ville et les membres de l’organisation pour tout ce qu’ils ont fait pour moi. Bathurst est devenue une deuxième maison pour moi et j’y ai accumulé des souvenirs qui vont durer toute ma vie.»

Le joueur repêché qui aura eu le plus grand impact

Pour le directeur général Sylvain Couturier, il ne fait aucun doute que Noah Dobson est le joueur repêché par le Titan qui aura eu le plus grand impact dans l’histoire de l’équipe.

«Nous en avons repêché quelques bons, dont Patrice Bergeron et Mathieu Perreault, mais Noah est celui qui a le plus marqué l’équipe», révèle Couturier.

«Dès sa première année à 16 ans, il affrontait déjà les meilleurs joueurs adverses et il a quand même obtenu pas loin de 20 points sans beaucoup de temps jeu en avantage numérique. Ça m’avait d’ailleurs très déçu qu’il ne soit pas nommé au sein de l’équipe d’étoiles des recrues cette saison-là. Ceux qui avaient été choisis (Jared McIsaac et Xavier Bouchard) sont de très bons défenseurs, mais je crois néanmoins que Noah avait été victime d’une grosse injustice», affirme Couturier.

C’est au sixième rang que le Titan a pu mettre la main sur Dobson. Benoît-Olivier Groulx et Jared McIsaac, par Halifax, Olivier Rodrigue, par Drummondville, ainsi que Gabriel Mortier et Xavier Bouchard, par Baie-Comeau, ont été sélectionnés avant lui. Dès le départ, Couturier a dit qu’il avait repêché le meilleur joueur disponible de l’encan et la suite lui a donné raison.

«Ce qui m’avait impressionné de Noah avant même que nous le repêchions, c’était sa maturité. Je me souviens de l’entrevue que nous avions eu avec lui la veille du repêchage de 2016 à Charlottetown. Ses parents n’étaient pas là, ni son agent. Et il avait fait ça comme un grand. Il n’avait que 16 ans, mais Mario (Pouliot) et moi avions l’impression de parler à un joueur de 20 ans. Il agissait déjà comme un professionnel», mentionne Couturier.

«Les gens ont surtout remarqué ses exploits sur la glace, mais il était aussi toujours disponible pour représenter l’équipe dans la communauté. Il ne disait jamais non. Je lui souhaite bonne chance pour la suite de sa carrière. Je n’ai aucun doute qu’il va devenir un très bon joueur dans la Ligue nationale», ajoute Couturier.

«Noah est le meilleur défenseur de la LHJMQ» – Mario Pouliot

Quand les Huskies de Rouyn-Noranda ont pris la décision d’y aller all-in cet automne, il était déjà clair dans la tête de Mario Pouliot que Noah Dobson était le joueur visé pour mener la brigade défensive. Le directeur général et entraîneur y a d’ailleurs mis le paquet pour faire l’acquisition du joueur le plus en demande dans le circuit.

Cela dit, le rôle de Dobson chez les Huskies sera différent de celui qu’il tenait avec le Titan la saison dernière. À Bathurst, Dobson n’avait pas à tenir le rôle de premier défenseur puisqu’Olivier Galipeau était là pour s’en charger. Il y avait de plus Adam Holwell qui en menait large autant sur la patinoire que dans le vestiaire. Cette fois-ci, le premier rôle lui appartient.

Avec toute la pression qui accompagne ce statut.

Pouliot ne doute aucunement de la capacité de son défenseur étoile à bien faire les choses.

«Noah est prêt pour ça. Il est actuellement le meilleur défenseur de la LHJMQ. C’est vrai qu’il y avait des Galipeau et des Holwell pour l’aider, mais il a néanmoins été notre meilleur défenseur à la coupe Memorial. Il apporte à notre équipe un bagage d’expérience incroyable. Il a représenté le Canada dans les programmes U-17, U-18 et U-20, il a gagné la coupe du Président et la coupe Memorial et il est un choix de première ronde dans la Ligue nationale. Il est le meilleur défenseur de la LHJMQ», affirme Pouliot, qui a dirigé Dobson lors des deux dernières campagnes à Bathurst.

Contrairement à d’autres équipes de premier plan telles que les Voltigeurs de Drummondville et le Drakkar de Baie-Comeau, les Huskies ont réalisé très peu de changements pendant la période des Fêtes. En fait, ils ont préféré miser sur la qualité que sur la quantité. Ainsi, outre Dobson, l’équipe de l’Abitibi a fait l’acquisition des attaquants Joël Teasdale et Louis-Filip Côté. Ces deux ajouts font en sorte que les Huskies pourront compter sur trois trios de grande qualité, ainsi que sur une quatrième unité composée de joueurs qui, au sein de plusieurs équipes, pourraient évoluer dans un deuxième trio. On a qu’à penser à Tyler Hinam et Tommy Beaudoin, par exemple.

«Nous savions exactement ce que nous voulions. Notre priorité était d’ajouter un premier défenseur et de la profondeur à notre attaque. Teasdale et Côté sont deux joueurs qui peuvent nous aider dans toutes les situations de jeu. Ce sont des gars qui savent jouer sur les 200 pieds de la surface glacée. Nos trois acquisitions sont également des individus de première classe. Ils vont bien s’intégrer à notre équipe qui comptait déjà sur plusieurs grands leaders», dit-il.

Questionné sur cette dernière période de transaction, alors qu’il en était à une première expérience à titre de directeur général, Pouliot dit avoir grandement aimé l’exercice.

«Ç’a été une belle expérience, dit-il. Mais il faut dire que je n’ai pas fait tout le travail seul. Marc-André Bourdon et Daniel LeBlanc m’ont grandement aidé.»