Les Aigles Bleus ont encore des croûtes à manger

Les Aigles Bleus de l’Université de Moncton ont beaucoup progressé depuis la saison 2017-2018. Mais les hommes de Judes Vallée ont encore des croûtes à manger avant d’aspirer aux grands honneurs dans le circuit du Sport universitaire de l’Atlantique (SUA).

Les partisans de l’équipe en ont eu une autre preuve mercredi soir, alors que le Bleu et Or a baissé pavillon 4 à 2 devant les Huskies de l’Université St. Mary’s, dans un match présenté à Halifax.

Les locaux ont inscrit trois buts lors des huit premières minutes de jeu pour se donner une avance insurmontable.

Thierry Comtois et Édouard Michaud ont redonné espoir aux Aigles, mais la remontée est finalement tombée à plat.

Selon l’entraîneur-chef Judes Vallée, cette défaite insuffle à tout le monde une bonne dose de réalisme et d’humilité.

«C’est un peu bizarre parce qu’on quand même connu un bon début de match», argumente-t-il.

«Après les trois buts des Huskies, j’ai dit à mes joueurs de montrer du caractère. Ce n’est pas la première fois que quelque chose comme ça arrive et ce ne sera pas la dernière», affirme-t-il.

«On a eu des bonnes chances de marquer, y compris deux échappées. Les Huskies ont juste été plus opportunistes que nous autres. Dans l’ensemble, je dirais qu’on a été meilleurs qu’eux pendant deux périodes», mentionne également le pilote du Bleu et Or.

«On sait qu’on ne gagnera pas toutes nos parties. Ça fait partie du processus d’aller se chercher une confiance et une bonne éthique de travail. On se retrousse les manches et on recommence le lendemain.Mais en même temps, on a une gang de gars qui travaillent fort présentement et c’est ça que je veux.»

Les Aigles Bleus (9-8-3, 21 points) auront justement besoin d’une bonne dose d’effort et d’acharnement pour venir à bout des Axemen de l’Université Acadia (5-12-2, 12 points), vendredi soir à Wolfville.

«Ce n’est jamais facile de jouer là, d’autant plus que c’est sur cette glace qu’on a joué notre pire match de la saison (un échec de 5 à 1 le 11 novembre). On a eu des bonnes rencontres en fin de semaine et tout le monde est conscient du travail qu’on a à faire pour améliorer notre sort. On veut rebondir et aller chercher les parties qui sont accessibles pour nous», indique Vallée.

«Je ne peux pas demander beaucoup plus à mon groupe au niveau de l’effort. Je veux juste qu’on répète ça à toutes les parties jusqu’à la fin de l’année. Si on fait ça, je pense qu’on va en gagner plus qu’on va en perdre.»