Le Lightning n’a pas de temps à perdre

Chaque coup de patin est puissant. Chaque passe est intense. Il n’y a pas une minute à perdre pour le Lightning du Nord. Chaque exercice de l’entraînement n’a qu’un but: soulever le trophée des championnes de l’Atlantique au hockey féminin midget AAA.

La mission de l’entraîneur-chef Éric Plourde est simple et complexe à la fois: faire fi de tous les inconvénients que peut amener la gestion d’une équipe composée de joueuses qui proviennent de toute la côte acadienne.

Ça veut dire organiser des entraînements même s’il sait qu’il manquera toujours quelques joueuses. Ça veut dire prendre sans rouspéter les rares heures de glace encore disponibles. Ça veut dire se déplacer d’un aréna à l’autre pour permettre à tout le monde d’avoir la chance de progresser en équipe.

Jeudi soir, au Centre Edmond E. Landry de Grande-Anse. Il fait un froid à fendre les pierres à l’extérieur et ce n’est pas tellement mieux à l’intérieur. Mais c’est un détail pour ces filles qui prennent à peine le temps de souffler. Un exercice n’attend pas l’autre, le tout entrecoupé de sprints.

Ceux qui doutent encore du potentiel du hockey féminin devraient assister à un entraînement du Lightning…

Après 20 matchs, le club dirigé par Eric Plourde vient au quatrième rang du classement de la Ligue féminine de hockey midget AAA de la Nouvelle-Écosse comprenant sept équipes, avec 22 points (9-7-4). Cependant, ses filles frappent comme l’éclair depuis la fin novembre, avec une fiche de six gains, un seul revers et un verdict nul.

Elles ont obtenu des victoires éclatantes de 4 à 1 et de 10 à 3 face aux Reds de EDZA-Ouest (2-16-2), les 12 et 13 janvier, et renoueront avec l’action deux fois contre les Nationals de Fundy (4-13-1), à Fredericton, en fin de semaine prochaine.

«Il nous a manqué beaucoup de joueuses en début de saison, mais là, ça va mieux parce que nous jouons mieux défensivement, a constaté avec bonheur Éric Plourde. Les filles ont compris l’importance du repli défensif. Nos gardiennes jouent mieux, nos défenseures jouent mieux, nos attaquantes jouent mieux. Mais il nous manque encore un bon 10% pour affronter notre objectif, soit être au niveau pour remporter le championnat de l’Atlantique.»

L’Éclair est à quatre points de la troisième position détenue par les Panthers de MacIntyre (11-5-4). Mais à moins d’un revirement de situation aussi exceptionnel que soudain, il faut oublier le top-2. Le Six Fire Station détient 12 points de priorité (15-2-4), alors que les Selects de Northern trône au sommet, à 40 points (18-1-4). Ça ne semble pas déranger outre mesure le pilote.

«Avant Noël, nous n’avons pas pu nous entraîner beaucoup. Il faut aussi trouver des heures de glace qui vont convenir à tout le monde. Nous avons des filles qui viennent de Moncton. Maintenant, le système est mis en place. Terminer troisième ou quatrième nous satisferait, mais nous voulons surtout être prêts pour les séries, pour le championnat provincial et pour le championnat de l’Atlantique. Nous visons d’aller au championnat canadien et nous avons l’équipe pour y arriver», croit-il.

Chose certaine, le Lightning est bien nanti à l’attaque, un peu comme son grand frère de la LNH. Si Tampa Bay a Steven Stamkos et Nikita Kucherov, le Nord possède, en Érica Plourde et Mireille Martin, un duo tout aussi efficace.

Plourde, à seulement 15 ans, figure parmi les meilleures pointeuses du circuit, avec 33 buts et 14 passes en 20 rencontres. Elle a été jumelée à Martin, fraîchement arrivée, et les deux ont causé de sérieux dommages aux défensives adverses.

Quand on lui parle de ses statistiques, Érica les balaie du revers de la main. Ce qu’elle désire, tout comme ses coéquipières, c’est de célébrer le championnat de l’Atlantique, dont le tournoi se déroulera quasiment dans sa cour, en avril à Bathurst.

«Je ne me donne pas d’objectif individuel. Ce que nous voulons par-dessus tout, c’est gagner l’Atlantique. Nous l’avons perdu en finale l’an dernier. Nous sommes fortes dans les buts, nous sommes fortes en défensive, nous sommes fortes en attaque… Nous avons un bel équilibre dans cette équipe et nous avons le potentiel d’aller au championnat canadien. C’est un défi que nous voulons relever toutes ensemble», aborde le jeune attaquante de Pigeon Hill au talent unique et soeur de Yan Plourde, qui a notamment disputé quelques rencontres pour le Titan d’Acadie-Bathurst, dans la LHJMQ.