Les vétérans du Titan ne reviendront pas: «Une bonne nouvelle», selon l’entraîneur

Questionné par un journaliste de l’hebdomadaire Le Citoyen qui lui demandait s’il était inquiet par le rendement de ses vétérans après la défaite de 4 à 3, samedi, à Val-d’Or, Mario Durocher a laissé parler ses émotions: «Ça ne m’inquiète pas du tout et ils ne seront pas de retour l’an prochain. C’est presque une bonne nouvelle pour nous».

En temps normal, l’entraîneur-chef du Titan n’aurait jamais dit de telles choses. C’est bien beau d’avoir entre les mains un club en reconstruction, il est clair que Durocher en a marre de voir ceux qui devraient montrer l’exemple traîner de la patte. Et il en marre de perdre. Après tout, tu ne gagnes pas 503 matchs (4e dans l’histoire de la LHJMQ) en prenant goût à la défaite.

Tout ça pour dire que Durocher a raison d’en attendre davantage de ses vétérans, ceux qui sont âgés de 18 à 20 ans. Samedi, la déception était d’autant plus vive que l’équipe dominait les Foreurs 3 à 1 après 40 minutes de jeu.

Bien que plus nuancé, Sylvain Couturier donne raison à son pilote. Le directeur général aussi en a plein son char de ces nombreuses défaites qui s’accumulent. Lui aussi il croit que les vétérans pourraient en donner plus, surtout sur le plan du leadership.

«Il y a des joueurs dans cette équipe qui doivent se regarder dans le miroir. Je ne nommerai personne. S’ils sont assez honnêtes, ils vont se reconnaître», affirme Couturier.

«Il y a des gars qui ont ici une opportunité en or de s’affirmer. Une opportunité qu’ils ne pourraient pas avoir ailleurs dans la ligue. Et malgré le fait qu’ils sont utilisés à toutes les sauces, ils ne saisissent pas cette occasion. Le leadership c’est aussi quand ça va moins bien que tu dois le démontrer» révèle-t-il.

Le DG tient toutefois à préciser que ce ne sont pas tous les vétérans qui déçoivent.

Selon lui, il y a des joueurs qui ont su démontrer de bonnes choses même s’il est évident qu’ils ne sont actuellement pas dans la bonne chaise. Par exemple, certains d’entre eux ont été placés dans des situations pour voir comment ils allaient répondre. Malheureusement, l’expérience s’avère peu concluante et il s’avère que les gars qui ont le potentiel d’évoluer dans l’un des deux premiers trios parmi le groupe d’attaquants sont trop peu nombreux.

«Les 23 joueurs qui sont éligibles à revenir la saison prochaine ont déjà été prévenus, confie Couturier. Nous n’aurons pas de la place pour tout le monde et certains risquent d’être très surpris. Nous avons présentement cinq très bons espoirs dans le midget AAA. À Moncton, Yannic Bastarache est actuellement en feu et Alexis Dubé a retrouvé ses repères après une mauvaise période. Olivier Coulombe, lui, connaît toute une saison à Lévis. Enfin, à Saint-Hyacinthe, le défenseur Zachary Racicot ne cesse de s’améliorer et le gardien Félix-Anthony Éthier va très bien.»

«Nous avons pour l’instant le troisième choix de l’encan européen et nous travaillons déjà là-dessus. C’est évident que nous allons utiliser ce choix pour nous améliorer. Nous devrions aussi entrer deux jeunes que nous allons sélectionner au repêchage de juin. Ajoutez à ça les agents libres. Nous sommes d’ailleurs déjà en négociations avec deux bons joueurs. Si tu ajoutes les deux vétérans qui vont venir s’ajouter au repêchage via nos derniers échanges, ça fait donc une douzaine de joueurs qui ont d’excellentes chances de se greffer à l’équipe. Il n’y aura pas de la place pour tout le monde et tous les joueurs de l’équipe actuelle savent qu’ils sont en audition. C’est à eux à saisir l’occasion qui leur est offerte», explique Couturier.

À l’évidence, Couturier et Durocher estiment que le message n’a pas encore été compris. Reste à voir ce qu’ils feront de cette opportunité dans les 18 derniers matchs de cette saison fort difficile.