Personne n’est assuré de son poste la saison prochaine chez les Wildcats

John Torchetti a dit dès ses premières minutes comme nouvel entraîneur-chef des Wildcats de Moncton qu’il est revenu dans le hockey junior parce qu’il adore enseigner aux jeunes. À la lumière du rendement de l’équipe depuis son arrivée, il faut bien avouer qu’il sera servi à souhait d’ici la fin de la saison.

Celui qui a succédé à Darren Rumble le 15 janvier dernier hérite d’une équipe qui ressemble un  peu à un chantier de construction.

Le nouvel architecte n’a pas aimé la fondation sur laquelle reposait l’édifice à son arrivée et il a décidé de tout démolir et de rebâtir à partir de zéro.

Un processus qui prendra évidemment du temps.

Depuis son arrivée à la barre de l’équipe, les Wildcats affichent un rendement de 2-4-0-2.

Pas exactement de quoi écrire à sa mère et John Torchetti en est bien conscient.

«Je dirais qu’on a mieux joué avec la rondelle samedi (un revers de 4 à 2 contre les Mooseheads de Halifax). En fait, on a été meilleurs dans tous les aspects du jeu. Sauf qu’on doit encore faire attention aux petits détails, comme bloquer l’accès au filet de l’arrière du filet, lever le bâton du gars qui tente de faire dévier les tirs de la pointe, des choses comme ça. Ce sont des trucs qu’on pratique tous les jours», raconte le pilote des Wildcats.

Samedi, la défensive des visiteurs avait à l’occasion l’air d’une forteresse tellement ils ont bloqué de tirs devant le gardien Alexis Gravel.

«On doit savoir à qui faire la passe et on doit avoir des gars disponibles pour recevoir les passes. Nos défenseurs doivent faire un meilleur travail pour réussir à envoyer des rondelles au filet. Tout ça fait partie du processus d’apprentissage.»

Mais John Torchetti dit voir une progression.

«J’étais un peu inquiet il y a quelques parties, mais je vois enfin des signes encourageants. On doit encore travailler avec nos défenseurs pour aller chercher un meilleur rendement dans notre zone», explique-t-il.

«On commence à faire nos jeux plus rapidement, la communication est meilleure sur la patinoire et le support du porteur de la rondelle s’améliore. On triche aussi de moins en moins. Je vois de l’amélioration, mais je veux en voir plus que ça.»

Les Wildcats occupent présentement le septième rang de l’Association est de la LHJMQ, avec un rendement de 26-18-3-4 (59 points).

«On doit être meilleurs dans tous les aspects du jeu, c’est aussi simple que ça. Oui ce sera beaucoup de travail, mais c’est  pour ça qu’ils ont fait appel à moi. Je serai patient et de vais enseigner» assure Torchetti.

«Il faut aussi mentionner que nous avons affronté des bonnes équipes de hockey récemment  et personne ne nous a déclassés.»

Le nouveau pilote affirme que tous ses joueurs passent présentement leur audition en vue de la campagne 2019-2020.

«Ils sont tous sous évaluation. Personne n’a de poste assuré pour l’an prochain.C’est absolument inacceptable d’offrir une performance moyenne. Ils doivent jouer pour leurs coéquipiers, pas pour moi. Tout doit être basé sur l’équipe. Chaque décision que je prends, je le fais pour le logo qu’on a devant notre chandail», avance-t-il.

«On a un propriétaire qui veut gagner. Ce sera un long processus, mais on va mener le bateau à bon port. On voit des petites lueurs ici et là de ce qu’on pourra éventuellement accomplir», ajoute l’ancien entraîneur des Blackhawks de Chicago et des Kings de Los Angeles, notamment.

«J’ai dit à mon arrivée, jugez-moi après 20 parties. Je ne peux pas m’arrêter aux défaites présentement. Je dois continuer d’enseigner. C’est ma priorité.»