Philippe Myers à Philadelphie pour y rester?

Le grand moment est arrivé pour Philippe Myers. Et pour cette grande première, il pourrait affronter le meilleur joueur au monde.

Après deux saisons dans la Ligue américaine de hockey avec les Phantoms de Lehigh Valley, le défenseur acadien a reçu l’invitation qu’il attend depuis qu’il est haut comme trois pommes.

Après le match de vendredi soir à Utica, son entraîneur lui a confirmé qu’il devait rejoindre les Flyers de Philadelphie.

Pour lui, c’est son rêve le plus cher qui venait de se réaliser.

«J’étais avec les gars à l’aréna aujourd’hui (dimanche) et c’était comme une vraie première journée dans la LNH. Mais au moment où je me suis fait rappeler, je ne pouvais pas vraiment le croire», raconte-t-il.

«Ça s’est fait pas mal vite. J’étais à Utica vendredi soir et ils m’ont dit que je montais avec les Flyers après le match. Je suis retourné à Allentown, j’ai dormi à peu près deux heures et je me suis rendu à Philadelphie.»

Malgré la fatigue, le joueur originaire de Moncton flotte sur un nuage.

«J’avais un grand sourire quand j’ai eu la nouvelle. J’étais vraiment content. Je dois juste attendre mon tour pour rentrer dans l’alignement avec les Flyers. Je vais travailler fort chaque jour et rester positif. »

Myers connaissait une bonne saison dans la LAH, comme l’indique sa fiche de 9 buts et 20 passes, bon pour 29 points en 48 rencontres et une efficacité de plus-5.

En deux saisons à Allentown, il a récolté 50 points en 98 parties et une fiche de plus-17.

Myers a de plus compilé un dossier de 3b-4p=7pts en 13 rencontres lors des séries du printemps dernier, menant les Phantoms à la finale de l’Association de l’Est.

Avec une telle feuille de route, sa première présence dans le vestiaire des Flyers s’est bien déroulée dimanche.

«Les gars m’ont vraiment bien accueilli. Ils m’ont tous félicité et ils sont vraiment contents pour moi. On a vraiment un bon groupe de joueurs avec les Flyers. Tout le monde a été accueillant et encourageants. Je connais quatre gars avec qui j’ai joué avec les Phantoms. Ça va me rendre les choses plus faciles et ça me permet d’être un peu plus confortable.»

Il ne sait pas encore s’il va affronter les Penguins de Pittsburgh devant ses nouveaux partisans lundi soir à Philadelphie, mais si on fait appel à lui, il sera prêt.

«Je veux garder les choses simples, faire mon travail et ne pas trop me compliquer la vie. C’est ça que je faisais quand ça allait bien cette saison à Allentown.  Je jouais bien défensivement, et quand j’avais la chance, je sautais dans le jeu en attaque. Je ne veux pas trop forcer le jeu et utiliser ma vitesse et mon tir à mon avantage.»

Philippe Myers avoue qu’il a hâte d’endosser le chandail des Flyers pour la première fois.

«C’est un but pour moi depuis longtemps. Je vais penser à tout le travail que j’ai mis et à tout l’effort que j’ai donné pour me rendre ici. Je vais essayer de vivre le moment le plus possible et ne pas trop penser.»

Il devrait savoir s’il affrontera Sidney Crosby après la séance d’entraînement matinale de l’équipe lundi.

«Ce serait un beau défi de jouer contre lui. Il faut jouer intelligemment contre lui. C’est un des meilleurs joueurs au monde, sinon le meilleur. Il faudra essayer de l’arrêter en lui enlevant son temps et son espace pour faire des jeux.»

Philippe Myers ne rêve plus.

Il est dans la Ligue nationale de hockey.