Bruno Richard de retour sur les pistes de patinage extrême

Deux semaines après sa participation à la Course Xpress de Percé, où il a pris la cinquième position, Bruno Richard effectuera officiellement son retour sur le circuit de la Coupe du monde de patinage extrême, ce week-end, en prenant part à l’épreuve de Mont du Lac, dans l’État du Wisconsin.

Comme il s’agit d’une épreuve de type ATSX 500, la majorité de la crème du circuit sera présente, à commencer par l’Américain Cameron Naasz et les Canadiens et frères Scott et Kyle Croxall, qui occupent les trois premières places au classement mondial.

Bruno Richard, qui était un patineur régulier du circuit de 2010 à 2017, s’est fait plutôt discret depuis. Pour tout dire, à part une participation à la Course Xtreme de Memramcook il y a un an, l’épreuve de Percé était sa première depuis le Red Bull Crashed Ice d’Ottawa en mars 2017.

«Mon objectif est de terminer parmi les 25 premiers, affirme le casse-cou de Bédec. Physiquement, je suis prêt. Je suis très rapide. Cependant, au niveau technique, c’est moins évident. Je n’ai malheureusement pas eu la chance d’aller skier cet hiver. Je vais donc miser sur mon expérience.»

«J’avoue que Percé a été très difficile sur mon système. C’est passé inaperçu, mais j’étais aussi le co-organisateur de cet événement. En fait, je portais environ 17 chapeaux», dit-il avec humour.

«Quand je n’étais pas en piste, c’est moi qui annonçais les vagues dans le vestiaire. C’est pourquoi j’étais plutôt satisfait d’une cinquième place. En temps normal, j’aurais facilement dû faire un top 3. Alors dans les circonstances, j’étais heureux et… brûlé», confie-t-il en riant.

«En fin de semaine, je vais pouvoir me concentrer uniquement sur la course. Je ne ressens aucune nervosité.»

Richard avait toutefois fort hâte de revoir ses amis du circuit qu’il n’a pas vu depuis longtemps.

«J’ai justement croisé les frères Croxall tantôt à l’aéroport. J’ai bien hâte de voir Derek Wedge. Derek, c’est le futur entraîneur de ski alpin de ma fille Lausanne», assure l’athlète de 36 ans avec un large sourire.