Jeux du Canada: Dominique Cormier est bien plus que la petite soeur de Lukas

Lukas Cormier ne cesse de faire parler de lui depuis le début de la saison avec les Islanders de Charlottetown. Plusieurs amateurs sont déjà convaincus qu’il deviendra l’une des grandes vedettes de la LHJMQ tellement son talent est évident. Et bien saviez-vous que sa soeur cadette Dominique possède elle aussi un don certain et que son avenir dans le hockey est rempli de promesses?

La jeune hockeyeuse de Sainte-Marie-de-Kent, qui se trouve actuellement à Red Deer en compagnie de l’équipe féminine, évolue comme son frère à la position de défenseur. Et comme lui, son coup de patin, sa vision du jeu et son flair offensif sont ses principales qualités.

«Lukas et moi, nous nous parlons régulièrement. Nous sommes aussi les meilleurs amis du monde. Enfin, pas tout le temps parce qu’il est parfois un peu tannant avec moi», dit-elle en riant.

«Cette semaine, il regarde toutes nos parties et il me donne ensuite des conseils. Je dirais qu’on se ressemble comme joueur. Nous patinons pas mal de la même manière et nous aimons tous les deux faire des beaux jeux. Je suis fière de ce que Lukas a fait jusqu’ici. J’ai même eu l’occasion de voir trois matchs cette saison», raconte celle qui est l’une des deux seules joueuses de 15 ans dans le club, avec Érica Plourde.

Questionné sur sa soeur, Lukas Cormier s’est dit à son tour très fier d’elle.

«Nous sommes très proches elle et moi. Je suis fier qu’elle représente notre province aux Jeux du Canada. Et ce qui est encore plus remarquable, c’est qu’elle a deux ans de moins que la plupart des autres joueuses de l’équipe. Son jeu s’est vraiment amélioré pendant les dernières saisons et elle a un très beau futur devant elle», indique le jeune défenseur étoile des Islanders.

Depuis cet automne, Dominique Cormier porte les couleurs du collège Stanstead au Québec. Elle se dit déjà courtisée par quelques universités, dont celle de Princeton, dans l’État du New Jersey, qui est l’alma mater de trois présidents des États-Unis, dont John F. Kennedy. Elle pourrait ainsi devenir la deuxième Néo-Brunswickoise, après la gardienne Katie Jones (2010 à 2013), de Quispamsis, à porter l’uniforme des Tigers.

Cormier, qui endosse le chandail numéro 3, a amassé une mention d’aide jusqu’ici dans le tournoi. Une passe payante puisqu’elle a permis à son équipe de vaincre l’Île-du-Prince-Édouard 3 à 2 dans la ronde de qualification. C’est donc dire que Nouveau-Brunswick affrontera la Colombie-Britannique en quart de finale, jeudi soir.

Notons que les Néo-Brunswickoises ont entamé le tournoi en encaissant trois revers en autant de duels en ronde préliminaire. D’abord 7 à 3 contre le Québec, puis 7 à 1 face à la Saskatchewan et enfin 4 à 1 devant le Manitoba. La victoire contre les Prince-Édouardiennes en ronde de qualification a toutefois ramené un brin d’espoir.

«La Colombie-Britannique possède l’une des meilleures équipes du tournoi. Ces filles ont battu l’Alberta et l’Ontario jusqu’ici. C’est donc un très gros défi qui nous attend en soirée», affirme-t-elle.

Outre le hockey, Dominique Cormier excelle également au soccer, au golf et au frisbee ultime. Elle a d’ailleurs représenté la délégation de Kent aux Jeux de l’Acadie au frisbee ultime, aidant son équipe à remporter l’or en 2017 et l’argent en 2018. Elle a également fait partie de l’équipe de badminton.