Les Flyers affrontent un Moose en quête d’expérience

David ne réussira pas à renverser Goliath, c’est l’évidence même. Sauf que le Moose du Nord n’a rien d’une proie facile pour les puissants Flyers de Moncton, lors du premier tour éliminatoire de la Ligue de hockey midget AAA du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard.

Mais dans le cas de la formation qui n’existe que depuis deux ans, la victoire n’est pas le seul objectif visé dans cette confrontation inégale.

La troupe de Charles LeBlanc veut aussi aller chercher une bonne dose d’expérience qui pourrait rapporter gros à un groupe de nombrils verts.

Et si tout se passe comme prévu, tout ce beau monde sera de retour en 2019-2020.

«J’ai 16 joueurs de première année (âgés de 15 ans) et quatre autres de deuxième année, explique l’entraîneur-chef du Moose.

«J’ai quatre ou cinq bantams qui vont pousser dans le dos des autres, mais s’ils prennent leurs responsabilités et qu’ils prennent leur entraînement au sérieux cet été, on a la possibilité d’avoir nos 20 joueurs de retour l’an prochain. Si on n’a pas l’équipe midget AAA la plus jeune au Canada, on n’est pas loin», rigole Charles LeBlanc.

«Depuis la première journée du camp d’entraînement, on savait que ce serait difficile. Si on prend l’exemple de Moncton, ils ont cinq ou six gars qui sont repêchés par des équipes de la LHJMQ», ajoute-t-il.

«Ce qu’on voulait voir, c’était de la progression. On veut voir l’équipe s’améliorer. C’est sûr qu’on aimerait gagner une partie ou deux et même la série. Mais il faut aussi être réaliste. Notre but, c’est vraiment de compétitionner.»

Même si ce sont deux équipes séparées de 57 points au classement en saison régulière qui croisent le fer, le Moose tient son bout dans ce duel inégal, affirme leur entraîneur.

«On a perdu 5 à 1 lors du premier match. À cinq contre cinq, c’était un match de 1 à 1. Les Flyers ont marqué deux buts en avantage numérique et deux autres à court d’un joueur. On a perdu 5 à 0 au deuxième match à Bathurst, mais les tirs au but étaient de 36-32. La différence c’est qu’ils ont profité de leurs chances de marquer et pas nous», raconte-t-il.

«Il faut dire que Moncton aligne des gars comme Patrick LeBlanc, Cole Cormier, Yannick Bastarache et Alexis Dubé, tous des gars qui ont joué six ou sept parties dans le junior majeur cette année. C’est de l’expérience que tu ne peux pas acheter. Nous, on n’est pas encore rendu là.»

Selon Charles LeBlanc, cet affrontement va rapporter de nombreux dividendes à ses jeunes loups.

«Si on peut rivaliser contre une équipe qui a perdu seulement trois parties cette saison, c’est une belle expérience pour les jeunes et ce sera bénéfique pour nous l’an prochain. Les recruteurs qui viennent voir nos parties nous disent que ce n’est pas la même équipe qu’au début de l’année, même si on n’a pas ajouté de joueurs. Les jeunes avaient beaucoup de choses à apprendre cette saison», explique le pilote du Moose.

«Ils n’ont jamais joué 40 parties dans une saison, ils ne se sont jamais entraînés trois fois par semaine et la plupart n’ont jamais déménagé loin de chez eux. Cette année, j’en ai 12 qui ont déménagé à Bathurst. Juste là, c’est un gros apprentissage pour eux», ajoute-t-il.

«J’en ai eu des équipes de hockey au cours des 15 dernières années, et même avec une fiche de 2-31-2, je n’ai jamais vu un esprit d’équipe comme ça. Les gars travaillent, ils s’encouragent et ils sont toujours positifs.»

Les Flyers mènent présentement 6-0 dans une série qui couronnera la première équipe à atteindre huit points.

Le quatrième match sera présenté vendredi soir à Bathurst à compter de 19h30.