Sébastien Duke veut faire honneur à son père en Norvège

«Demain, papa, c’est le grand départ pour la Norvège et je vais avoir une pensée pour toi. En 2002, tu as participé aux Championnats mondiaux des maîtres à Québec et c’est maintenant mon tour en 2019.»

Voilà ce que Sébastien Duke a écrit sur sa plateforme Facebook, dimanche soir, à quelques heures de s’envoler vers Beitostølen, en Norvège, où se tiendront à compter de vendredi les Championnats mondiaux des maîtres de ski de fond.

Un message à la fois simple et touchant. Un message qui dit beaucoup. Qui nous fait comprendre que le papa en question, Valéry, était aussi son meilleur ami. Un papa qui, en passant, est parti beaucoup trop tôt à seulement 56 ans d’une tumeur au cerveau.

«C’est évident que ça va être émotif. C’était mon rêve de suivre ses traces. En fait, nous rêvions tous les deux de le faire ensemble. Malheureusement, il est décédé deux ans après les Mondiaux de 2002», raconte le fondeur de Bathurst.

«Mon père était un bon athlète. Plus jeune, il était bon au hockey, mais c’était surtout un très bon joueur de ballon sur glace. Pour le ski de fond, nous nous entraînions toujours ensemble et c’est lui qui me motivait. Nous étions les meilleurs amis du monde», dit-il.

Sébastien Duke sera le seul Néo-Brunswickois présent parmi une centaine de Canadiens qui ont fait le voyage.

Il devrait prendre part aux épreuves de 30 km style libre (9 mars), au 10 km classique (10 mars), au relais 4×5 km style libre (12 mars) et au 45 km style libre (14 mars) chez les fondeurs âgés de 40 à 45 ans.

«C’est sûr que je suis un peu nerveux et que j’ai un peu de misère à dormir, mais je suis prêt sur le plan physique et mental. J’ai perdu 10 livres depuis que j’ai commencé mon entraînement en novembre et je suis en grande forme», confie le solide gaillard de 6 pieds 3 pouces et 190 livres.

S’il avait à parier sur ses chances de médaille, ce serait dans l’épreuve de 30 km.

«J’ai pris part à une compétition internationale à Gatineau l’an dernier et j’avais pris la cinquième place dans le 30 km, à seulement 35 secondes du podium. Je me suis amélioré depuis. Pour les autres courses, j’espère au moins des top 15. Il ne faut pas oublier qu’il y a des milliers d’athlètes ici et c’est la crème de l’élite mondiale au niveau des maîtres», dit-il.

En terminant, Sébastien Duke dit espérer que ses qualités de farteur vont jouer en sa faveur.

«Le fartage est l’une de mes forces. C’est très rare que je me trompe», mentionne-t-il en riant.