Les Wildcats ne font qu’une bouchée du Titan

En l’espace de 12 minutes, le plafond du Centre Avenir s’est écroulé sur la tête du Titan d’Acadie-Bathurst, dimanche après-midi à Moncton. Même si l’équipe de Mario Durocher évoluait avec un homme en plus, les Wildcats ont marqué quatre fois, pour se sauver avec une victoire à sens unique de 10 à 1.

L’équipe de John Torchetti (36-20-4-5, 81 points) est venue près d’égaler le record de la LHJMQ pour le plus grand nombre de buts en désavantage numérique dans un match (qui est de cinq), et ce, seulement durant cette fameuse deuxième période.

Plusieurs joueurs ont évidemment profité de cette avalanche de buts pour engraisser un peu leurs fiches personnelles.

Charles-Antoine Giguère et Alexander Khovanov ont notamment récolté trois mentions d’aide chacun.

Brady Pataki (13e et 14e), Adam Capanelli (17e), Sean Stewart (1er), Jacob Hudson (12e), Jeremy McKenna (42e), Tristan DeJong (3e) et Mika Cyr (27e) ont tous fait bouger les cordages du côté des gagnants.

L’ex-Wildcats Anderson MacDonald (6e) a ruiné le jeu blanc du gardien Francis Leclerc avec 10  minutes à faire en troisième période du côté du Titan (8-52-4-1, 21 points).

Les Wildcats couronnaient ainsi une excellente fin de semaine devant leurs partisans, puisqu’ils avaient renversé les Mooseheads de Halifax 3 à 2 samedi soir, devant près de 7000 spectateurs.

Il va sans dire que l’entraîneur John Torchetti respirait le bonheur après le match de dimanche.

«Après cette grosse victoire contre Halifax, je me suis assuré que les gars étaient venus ici pour jouer au hockey face au Titan. Je veux qu’ils continuent à jouer de la bonne façon, avec de la constance, c’est tout», raconte-t-il.

Malgré sa longue feuille de route comme entraîneur, il dit n’avoir jamais vu une équipe marquer quatre buts à court d’un homme dans la même période.

«Le plus important pour moi, c’était de ne pas donner de but à l’adversaire. Ça fait cinq parties de suite qu’on accorde un but à l’autre équipe avec un joueur en moins. Je voulais surtout que cette série prenne fin», explique-t-il.

«On n’essayait pas de battre des records, on voulait juste de écouler des punitions. Quand vous voyez un gars comme Mika Cyr bloquer des tirs quand on mène 8 à 0, ça vous donne une idée à quel point mes joueurs prennent beaucoup de fierté avec leur jeu défensif.»

John Torchetti dit tirer beaucoup de positif de ce séjour payant à domicile.

«J’ai aimé la constance de mes quatre trios en fin de semaine. Je n’aime pas voir le pointage aussi élevé, mais c’était bien de voir les joueurs excités au banc quand Sean Stewart a finalement marqué son premier but dans la LHJMQ, parce qu’ils respectent beaucoup son jeu et son travail.»

L’entraîneur-chef se réjouit également de voir son équipe atteindre le plateau des ,500 à domicile. Avant son arrivée, l’équipe n’avait remporté que six de ses 21 duels à la maison.

«Ce sont les jeunes qui font le travail. Nous, on décide seulement de les envoyer sur la glace. Ils travaillent fort et ils sont récompensés.»