Un Acadien sacré homme le plus fort du Canada

L’homme le plus fort au Canada a pour nom Guillaume LeBlanc.

Le jeune homme de Notre-Dame-de-Kent s’est approprié cette distinction aux Championnats canadiens de dynamophilie présentés en fin de semaine au E.Y. Centre d’Ottawa.

Ce titre, qui est remis annuellement à la suite d’une mathématique complexe, récompense l’athlète ayant soulevé le plus de livres en comparaison avec son propre poids. Dans le cas de LeBlanc, on parle ici d’un bonhomme de 175,4 livres (79,56 kg) qui a soulevé un impressionnant total de 1620,5 livres (735 kg).

«Je visais un podium avant de partir là-bas, mais je ne m’imaginais pas de faire aussi bien, affirme l’homme fort âgé de 24 ans. De terminer premier dans toutes les catégories et divisions de poids confondues est quelque chose dont je suis très fier. Comme athlète, c’est le prix que tu veux gagner. C’est le gros prix de la compétition.»

«En me présentant ici, j’étais bien sûr le négligé, mais je m’étais très bien préparé pour ces championnats. Ce n’était quand même que ma troisième compétition à vie.»

On voit Guillaume LeBlanc avec son prix d’homme le plus fort. – Gracieuseté

LeBlanc a soulevé 666,4 lb au soulevé de terre (deadlift), 600,1 lb dans la flexion des jambes (squat) et 358 lb au développé couché (bench press). Les 1620,5 livres soulevées lui ont permis de terminer en deuxième position dans la catégorie ouverte chez les -83 kg.

Selon LeBlanc, son curriculum vitae vient de faire un sacré bond vers l’avant avec ce titre. Par exemple, il est en attente de confirmations eu vue des Championnats mondiaux (3 au 15 juin) qui auront lieu à Helsingborg, une ville suédoise à l’architecture hors du commun, du même que les Championnats du Commonwealth qui prendront l’affiche à St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador (14 à 21 septembre).

«Je m’attends à des réponses positives, dit-il. Ce sont des compétitions qui n’acceptent normalement que les plus forts, alors je devrais être pris. En attendant, je vais tenter de me trouver des commanditaires. Ça coûte cher aller en Suède», révèle cet avocat en devenir qui complète ses études en droit à l’Université de Moncton.

Quatre médailles

Au total, le Nouveau-Brunswick a remporté quatre médailles à Ottawa.

Outre l’argent de LeBlanc chez les -83 kg, notons l’argent de l’adolescent Connor Stiles, de Fredericton. Toujours d’âge juvénile (17 ans), Stiles compétitionnait dans la division junior chez les -93 kg.

James Sharpe a lui aussi mis la main sur l’argent dans la division ouverte chez les -93 kg.

Enfin, le vétéran R.J. Forbes a mérité l’or au développé couché chez les -120 kg dans la division maîtres 1. Forbes a de plus pris le quatrième rang au classement général. Dans la même catégorie et division, Peter Michaud s’est classé sixième au total.

Notons enfin la quatrième place de Bronson Cameron dans la division junior chez les -83 kg.

Du côté féminin, Véronique Cormier a elle aussi terminé en quatrième position chez les -52 kg dans la division junior.

Michaela Toner, pour sa part, a complété son week-end au cinquième rang dans la division ouverte chez les -84 kg.

Melanie Harris (maîtres 1 40-49 ans, -72 kg, 7e), Jessica Halcovitch (ouverte, -57 kg, 9e), Roxane Duguay (junior, -57k, 9e), Amanda Parker (ouverte, -72 kg, 27e) étaient les autres compétitrices du Nouveau-Brunswick qui étaient présentes à Ottawa.

Peter Michaud bat sa marque personnelle

Peter Michaud, d’Edmundston, était plus que satisfait sixième échelon chez les maîtres 1 (40 à 49 ans) avec une charge totale de 1444 livres, ce qui se veut 27 livres de mieux que son ancienne marque personnelle de 1417 livres réalisée cet automne à Rimouski.

On voit Peter Michaud soulever sa charge de 575 au soulevé de terre. – Gracieuseté: Load Bar Collective

«Je suis d’autant plus fier que je n’avais pas mon entraîneur à mes côtés puisque Jacques (Potvin) compétitionnait de son côté dans une autre catégorie, affirme Michaud. Il a d’ailleurs remporté une médaille d’argent.»

«Si Jacques avait été là, il aurait su, par exemple, que j’aurais pu lever bien plus au soulevé de terre. J’ai finalement levé 575 livres à mon dernier essai et Jacques aurait su que c’est 585 livres qui aurait dû être la charge. Mais quand tu compétitionnes, tu n’as pas ce recul entre chaque levée», explique Michaud.

Outre les 575 livres au soulevé de terre (deadlift), Michaud a également terminé la compétition avec des charges de 535 livres dans la flexion des jambes (squat) et 340 livres au développé couché (bench press).

«J’ai établi de nouvelles marques au soulevé de terre et dans la flexion des jambes, mais pas au développé couché. Mon problème à l’épaule droite m’a empêché de m’entraîner mieux et je n’ai pas pu lever plus à Ottawa», dit-il.

«Je vais maintenant me préparer pour le Hub City Open de Moncton qui aura lieu le 25 mai. Cette fois-ci, je vise 600 livres au soulevé de terre», signale Michaud.