L’Attack de l’Atlantique pourra-t-elle répéter ses exploits?

L’Attack de l’Atlantique figure encore une fois parmi les clubs favoris pour tout rafler ce printemps dans la Ligue nationale de ringuette. Finalistes en 2017, couronnées en 2018, les filles de l’entraîneur Gilles Proulx ne sont qu’à deux victoires d’une autre participation aux Championnats canadiens qui prendront l’affiche à compter du 7 avril dans les municipalités de Charlottetown et Summerside sur l’Île-du-Prince-Édouard.

Ces deux victoires, l’Attack devra aller les chercher devant le Lightning de Richmond Hill dans une série 2 de 3 qui sera disputée en sol néo-brunswickois.

Mais pour aspirer à un deuxième championnat canadien consécutif, l’équipe devra jouer avec plus de constance que lors de la dernière étape de la saison régulière, elle qui n’a remporté que quatre de ses huit derniers duels.

D’ailleurs, c’est vraisemblablement cette baisse de régime qui a coûté l’Attack (20-8-0, 40 pts) le premier rang de la division Blanche puisque le Mission de Montréal (20-6-2, 42 pts) l’a finalement devancé par deux petits points. C’est pourquoi au lieu de profiter d’un laissez-passer direct pour le rendez-vous national, l’équipe doit d’abord livrer une série de qualification.

«Nous avons dû composer avec beaucoup de blessures et c’est évident que ça n’a pas aidé notre classement, affirme Gilles Proulx. En plus de la blessure de Joëlle (Proulx, fracture de la jambe droite), j’ai quatre filles qui ont subi des commotions cérébrales, soit Jenny Snowdon, Jocelyne Landry, Josée Doiron et Miguelle Proulx. Josée s’est de plus blessée à une cheville et nous ne savons pas encore si elle sera prête pour les matchs du week-end. Et c’est sans oublier que Madisson Gaudet et Britney Snowdon ont raté des matchs pour les Jeux du Canada.»

«En même temps, justement en raison de toutes nos blessures, nous croyons avoir disputé une bonne saison. Si tu compares au calibre de jeu qu’on retrouvait dans la LNR il y a six ou sept ans, il y a beaucoup plus de parité aujourd’hui. Tu as facilement de sept à huit équipes qui peuvent logiquement aspirer au championnat. Cela dit, les Turbos de Cambridge demeurent l’équipe à battre», révèle Proulx.

Afin d’apporter encore plus de profondeur à son équipe, l’Attack a récemment mis sous contrat deux jeunes attaquantes de la Nouvelle-Écosse qui ont brillé lors des Jeux du Canada à Red Deer. Il s’agit de Meredith Tulloch et Taylor Gray, toutes deux âgées de 19 ans.

«Elles apportent beaucoup de vitesse à l’équipe, signale Proulx. Elles ont toutes deux un beau potentiel offensif. Taylor a même inscrit un tour du chapeau à son dernier match.»

En ce qui concerne la visite du Lightning (8-19-1, 17 pts) en fin de semaine, Gilles Proulx est loin de croire que leur qualification pour le championnat canadien est une formalité.

«Le Lightning est un bien meilleur club que ce dont les partisans ont vu en début de saison, indique Proulx, qui fait allusion aux trois victoires consécutives de l’Attack en lever de rideau face au Lightning. Ce serait une erreur de les prendre à la légère, surtout que le Lightning possède selon moi l’une des bonnes défensives de la ligue.»

Le premier match aura lieu samedi matin à l’aréna Bryan Dobson de Riverview sur le coup de 10h30. Les deux formations se retrouvent ensuite en soirée (19h15) à l’aréna de Memramcook. Si nécessaire, un troisième duel sera présenté dimanche matin (9h45) au Centre J.-K.-Irving de Bouctouche.

En bref… L’Attack a terminé la saison avec 222 buts, un sommet dans la LNR… Juliette Blanchette, du Mission de Montréal, a remporté le championnat des pointeuses avec une récolte de 124 points (57-67). Allison Biewald (51-69=120) et Chantal St-Laurent (66-44=110), toutes deux de l’Intrépide de Gatineau, ont pris les deuxième et troisième places. Deux attaquantes de l’Attack complètent le quintette de tête, soit Martine Caissie (58-44=102) et Jenny Snowdon (45-48=93). À noter que Britney Snowdon (34-31=65) et Dominik LeBlanc (17-45=62) ont quant à elles pris les 17e et 18e positions… En ce qui concerne les buteuses, seule Chantal St-Laurent, avec 66 réussites, a fait deux que les 58 filets de Martine Caissie…