Elliot Desnoyers, la recrue de 16 ans qui a gagné la confiance de l’entraîneur

«Ce que j’aime le plus à propos de lui, c’est qu’on oublie qu’il est seulement âgé de 16 ans!»

John Torchetti n’est pas du genre à sortir l’encensoir facilement.

Mais quand on lui parle d’Elliot Desnoyers, les compliments sortent à un rythme d’enfer.

«C’est un joueur très responsable sur la glace pour son âge. C’est un jeune facile à diriger et une bonne personne. Il veut apprendre et il est une véritable éponge. Quand on lui dit quelque chose une fois, on n’est jamais obligé de répéter», raconte-t-il.

«Il m’impressionne beaucoup des deux côtés de la patinoire. Il apprend de la bonne façon avec deux vétérans (Mika Cyr et Jeremy McKenna) à ses côtés. Mais le plus important dans tout ça, c’est que j’ai confiance en lui. Et il le sait»

En 59 rencontres cette saison, le patineur de 5 pieds 11 pouces et de 180 livres présente un dossier de 11-18=29.

Le principal intéressé estime avoir beaucoup progressé cette saison.

«Au début de la saison, je devais surtout apprendre à jouer dans les trois zones de la patinoire. Je voulais devenir responsable défensivement et apporter une certaine offensive à l’équipe», explique le patineur québécois.

«J’ai pris beaucoup de confiance en moi en cours de route dans toutes sortes de situations.»

L’adolescent timide qu’il était à ses premiers pas dans la LHJMQ semble déjà bien loin.

«Quand je suis arrivé au camp, je n’étais pas habitué à la vitesse du jeu dans le junior majeur. Comme je ne voulais pas faire trop d’erreurs, je gardais mes jeux simples. Mais les vétérans m‘ont parlé et m’ont donné beaucoup de confiance. Ils m’ont dit de garder la rondelle plus longtemps et d’avoir confiance en mes moyens. Je pense être rendu au niveau où je voulais être.»

Desnoyers a bien l’intention de devenir un joueur dominant dans le circuit Courteau au cours des prochaines saisons.

«Dans le futur, je veux devenir une pièce importante de cette équipe. J’aimerais devenir un leader, parler aux gars sur le banc et encourager tout le monde», mentionne le fervent admirateur du Lightning de Tampa Bay.

«J’adore comment ils sont travaillants. On dirait qu’ils jouent des parties de séries chaque soir, peu importe l’adversaire ou l’importance du match.»

Le numéro 9 se dit conscient d’avoir encore pas mal de boulot s’il veut atteindre un joueur le hockey professionnel.

«Je dois travailler sur tout. Pour l’instant, je travaille surtout pour augmenter mon niveau de confiance offensivement et d’être plus confortable sur la glace. Je veux plus apporter la rondelle au filet et éliminer mes crampes au cerveau défensivement! On corrige ça tranquillement pas vite.»

Elliot Desnoyers et les Wildcats de Moncton croiseront le fer avec les Islanders, vendredi soir à Charlottetown.