Shippagan se relèvera-t-il de la suspension des Bezeau?

Les Marchands de Shippagan se sont laissés déconcentrés par les suspensions des frères Bezeau, ça ne fait aucun doute. Parviendront-ils à s’enlever cette rage qui les habite depuis maintenant une dizaine de jours afin de se concentrer sur l’instant présent? C’est la question que la plupart des partisans de la Ligue de hockey senior Acadie-Chaleur se posent.

Une chose est sûre, à moins d’une résilience complète, les Marchands ne feront pas long feu dans cette série demi-finale que les Acadiens de Caraquet mènent 3-1.

Le défenseur Marc-Antoine Robichaud, dont la charge de travail a doublé avec l’absence de Billy et Tommy Bezeau, est de ceux qui croient aux chances de son équipe de renverser la vapeur.

«Personne n’avait prédit un tel début de série de notre part, pas même nous, révèle-t-il. Le fait est que nous n’avons pas encore montré le vrai visage des Marchands. Nous n’avons pas montré notre vrai hockey. C’est vrai que les suspensions nous ont fait mal, mais on doit essayer de ne pas y penser et se concentrer sur notre jeu. Vendredi, je suis persuadé que le vent va tourner de bord.»

«C’est évident que de perdre deux gros morceaux comme les Bezeau à l’arrière a fait mal et que la façon dont c’est arrivé nous a beaucoup frustrés, mentionne pour sa part Pierre-Paul Roussel. Il nous reste quand même de très bons défenseurs qui peuvent hausser leur jeu d’un cran. Les Acadiens ont un bon club avec beaucoup de vitesse, mais nous avons du talent dans notre équipe et des joueurs intelligents. Le hockey est un jeu d’erreur et c’est l’équipe qui en fait le moins qui gagne. Je m’attends au réveil des Marchands vendredi soir. Nous sommes affamés.»

Le vétéran André-Oliva Roussel est lui aussi d’avis que les Marchands sont prêts à passer à autre chose.

«Nous avons beaucoup de caractère dans cette équipe et nous serons prêts vendredi. Il faudra cependant jouer avec discipline parce que ça nous a fait mal dans les derniers matchs. Les Acadiens sont bons en avantage numérique», indique André-Oliva Roussel.

Chez les Acadiens, le plan est évidemment de mettre un terme à la série dès vendredi soir au Centre Rhéal-Cormier. Pas question de leur donner le moindre espoir.

«Mais pour ça, prévient Francis Thériault, il va nous falloir jouer un match complet de 60 minutes. Les deux dernières parties ont quand même été serrées et ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre.»

«Nous devons jouer comme nous l’avons fait lors des trois derniers matchs», mentionne pour sa part Joël Blanchard, auteur de neuf buts et six passes dans cette série jusqu’ici.

«Il faut jouer à l’intérieur de nos moyens et de ne pas essayer de trop en faire, précise Blanchard. Si nous jouons bien en défensive, l’offensive va suivre. Il faudra aussi éviter le banc des pénalités. Les marchands peuvent nous faire mal si nous sommes indisciplinés.»

Si nécessaire, un sixième duel sera présenté samedi au Colisée Léopold-Foulem. Et si jamais un septième et ultime match s’avère nécessaire, il aura lieu mardi à Shippagan.

En ce qui concerne l’autre série, les Navigateurs accueillent les Alpines samedi à l’aréna Adé-Thériault. Les deux équipes, qui s’affrontaient pour une cinquième jeudi soir au Complexe S.-A.-Dionne, étaient à égalité 2-2 après quatre rencontres. Si jamais l’égalité persiste après six rencontres, un septième match aura lieu dimanche à Tracadie.