Au-delà du désastre, les petites réussites du Titan d’Acadie-Bathurst

La saison a beau avoir été un désastre en général pour le Titan d’Acadie-Bathurst, le fait demeure qu’il y a quand même eu du positif dans cette première année de reconstruction. Même que le directeur général Sylvain Couturier et l’entraîneur-chef Mario Durocher ont vu plusieurs belles choses.

En premier lieu, malgré le peu de buts marqués par l’équipe, il y a le talent offensif qu’on retrouve au sein de l’organisation.

Durocher est d’ailleurs très clair à ce sujet, son équipe n’aura aucun mal à marquer des buts la saison prochaine.

Pour lui, Mathieu Desgagnés et Anderson MacDonald ont tous deux le potentiel de marquer une trentaine de buts en 2019-2020.

C’est sans oublier Logan Chisholm, Evan MacKinnon et Liam Leonard. Ajoutez à ce groupe un joueur de premier plan de qualité pressenti au repêchage européen et un attaquant établi qui viendrait s’ajouter au groupe lors de l’encan midget.

«Des buts, je ne suis pas inquiet, nous allons en marquer la saison prochaine, affirme Durocher. Je veux cependant que nos joueurs de talent fassent également montre de caractère.»

Durocher dit avoir aimé ce qu’il a vu de Desgagnés et MacDonald.

«Desgagnés, en plus d’être un vrai marqueur, m’a démontré qu’il était utile en mission défensive. C’était même le meilleur pour bloquer des tirs. Je ne m’attendais pas à ça de lui. Ç’a été une belle surprise. MacDonald, lui, a été un coéquipier exemplaire. Il n’avait absolument rien à voir avec les rumeurs que j’avais entendu ici et là. Il n’avait rien d’un jeune tout croche. Il a été un bon joueur d’équipe, il patine beaucoup mieux que je ne le croyais et il a des mains incroyables. J’aimerais cependant le voir lancer davantage», révèle le pilote du Titan.

Les 16 ans

Sylvain Couturier, comme c’est aussi le cas de Durocher, a aimé la progression des quatre joueurs de 16 ans, Benjamin Roode, Cole Larkin, Alexandre David et Nicolas Kingsbury-Fournier.

«Ce sont des jeunes qui ont une bonne éthique de travail et qui n’hésitent pas à passer du temps au gymnase et à faire attention à eux à l’extérieur de la patinoire», mentionne Couturier.

«Ce sont effectivement des gars qui ont du caractère, note Durocher. J’ai bien aimé la fin de saison du jeune David. Il n’est pas très grand, mais il est trapu et il a de la vitesse. Je l’ai tellement aimé que je n’ai pas l’intention de le laisser dans un quatrième trio la saison prochaine. Je vais m’arranger pour lui trouver un trou dans l’un des trois premiers trios. J’aimerais qu’il se serve plus de son lancer qui est excellent.»

Et même s’ils n’ont eu droit qu’à des auditions, les attaquants Olivier Coulombe, Alexis Dubé et Yannic Bastarache, ainsi que le défenseur Zachary Racicot, ont également eu droit à l’encensoir.

«De ce que j’ai vu d’eux ce sont tous des jeunes avec du caractère. Ils représentent une belle relève pour l’organisation», signale Durocher.

«Il n’y a aucun poste d’assuré, mais disons qu’ils ont d’excellentes chances de faire le club. En fait, la balle est dans leur camp», confie l’entraîneur.

«Ce sont quatre joueurs de 16 ans que nous aimons beaucoup, souligne Couturier. Deux d’entre eux (Bastarache et Dubé) ont été obtenus à la suite de transactions. Si nous sommes allés les chercher, c’est parce que nos recruteurs voyaient quelque chose dans ces gars-là. Nous croyons sincèrement qu’ils ne seront pas des feux de paille. Ils vont tous devenir de bons joueurs dans la LHJMQ. Du moins, nous l’espérons.»

Couturier a par ailleurs tenu à souligner le travail de l’Autrichien Oliver Turan, acquis dans le troc qui a envoyé Michal Ivan à Drummondville. À 17 ans, Turan a tenu son bout dans les dernières semaines.

«Nous ne savions pas du tout à quoi nous attendre de ce grand gaillard, dit-il. De ce que nous avons vu, il possède vraiment un beau potentiel. Il a représenté une fort belle surprise pour nous.»

Un horaire bien garni

D’ici le repêchage de juin, les prochaines semaines seront pour le moins occupées pour Sylvain Couturier et le recruteur-chef André Lévesque.

Au menu, le Championnat midget AAA de l’Atlantique à Charlottetown (4 au 7 avril), le Championnat mondial U18 en Suède (16 au 23 avril), le Défi d’excellence Gatorade de la LHJMQ (25 au 28 avril) et la Coupe Telus à Thunder Bay (22 au 28 avril).

C’est sans oublier les séries éliminatoires des circuits midgets AAA de Terre-Neuve, de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick et du Québec. Évidemment, tous les recruteurs de l’équipe mettront aussi la main à la pâte.

«C’est un bon repêchage qui s’en vient et nous avons, entre autres, les 11e et 16e sélections de la première ronde qui vont sûrement cogner à la porte de l’équipe dès le camp d’entraînement. Il faudra probablement leur faire une place. Au total, on devrait avoir six choix dans les 45 premiers, mais il n’est pas certain que nous allons tous les utiliser», précise Couturier, qui laisse ainsi entendre qu’une ou deux sélections pourraient être sacrifiées pour une transaction.

Ah oui, en plus de tout ce boulot qui s’annonce, Couturier continue également de travailler fort pour dénicher quelques agents libres de qualité.

«Il n’y a encore rien de garanti, mais nous négocions actuellement avec des agents de l’Ontario, entre autres. Ce sont soit des gars qui ont évolué cet hiver dans un circuit junior A, ou encore qui vont jouer dans les présentes séries éliminatoires de l’OHL. Nous sommes surtout à la recherche d’agents libres avec du caractère. Je ne ferme pas la porte à dénicher un gardien dans tout ça», indique Couturier.

«Je ne dirais pas non à un Beau Prokopetz, affirme à ce sujet Mario Durocher avec un large sourire.

Durocher a eu l’occasion de diriger Prokopetz à Bathurst lors de la saison 2005-2006. À 5 pieds 11 pouces et 200 livres, le Manitobain de Winnipeg frappait très dur dans les coins de patinoire.

«Quand je parle de joueur de caractère, Beau est un bel exemple. Il n’était pas un joueur extraordinaire, mais il exécutait. Il faisait bien les petites choses. Et il faisait mal à ses adversaires quand il les frappait», signale Durocher.

Trois 20 ans

S’il y a une chose dont Mario Durocher tient mordicus en vue de la prochaine campagne, c’est d’avoir trois joueurs de 20 ans au sein de son alignement.

Pour l’instant, comme Marc-André LeCouffe ne sera pas de retour, l’ailier droit et capitaine Cole Rafuse, ainsi que le défenseur Ian Smallwood, sont les deux seuls candidats à un poste.

Et si les rumeurs s’avèrent vraies, un arrière de 20 ans devrait se joindre à l’équipe pendant le week-end du repêchage midget.

Cela dit, Rafuse et Smallwood sont encore loin d’être assurés d’un poste. Ainsi, il n’est pas dit que Couturier ne procédera pas à une transaction. De plus, il y également le marché des agents libres.

«C’est clair dans ma tête que je veux trois 20 ans, affirme Durocher. Ça fait une énorme différence quand tu peux compter sur de bons joueurs de 20 ans. Je vais te citer en exemple la saison dernière, alors que j’étais adjoint avec le Drakkar de Baie-Comeau. Nous n’avions deux 20 ans pour notre série de premier tour contre les Mooseheads de Halifax. Et de nos deux 20 ans, un seul était vraiment un joueur d’impact (Bradley Lalonde). Les Mooseheads, eux, en avaient trois bons (Maxime Fortier, Connor Moynihan et Blade Mann-Dixon). Ça fait une méchante différence», résume Durocher.

L’entraîneur espère aussi compter sur deux bons Européens. Il cite encore une fois en exemple la série contre les Mooseheads.

«Nous n’avions qu’un seul Européen (Ivan Chekhovich) et les Mooseheads en avaient deux très bons (Filip Zadina et Otto Somppi). Les 20 ans, les Européens et le fait que nous avons perdu les services de Shawn Element pendant la série sont tous des détails qui ont joué en faveur des Mooseheads», souligne Durocher.

Les vétérans en pâture

Mario Durocher a tenu à expliquer pourquoi il a continué d’utiliser les vétérans contre les meilleurs joueurs adverses en fin de campagne.

«Parce qu’il fallait protéger nos jeunes, je n’avais pas vraiment le choix d’envoyer les vétérans à l’abattoir, indique-t-il. Malheureusement, nos vétérans n’étaient pas des gars qui avaient un gros vécu. Des gars comme Cole Rafuse, Marc-André LeCouffe et Félix-Antoine Drolet, par exemple, n’ont pas joué des rôles importants la saison dernière. Là, il a fallu les utiliser beaucoup et ce n’était pas évident pour eux. La marche était trop haute.»

L’énigme Mathieu Samson

Parmi les joueurs qui ont eu droit à un solide sermon, Mathieu Samson en fait à coup sûr partie.

Après avoir obtenu neuf points dans ses huit premiers matchs, le géant acquis des Cataractes s’est ensuite calmé le pompon en accumulant un maigre trois points (tous des passes) dans ses 21 matchs suivants.

«Il a intérêt à avoir le couteau entre les dents au camp d’entraînement, avoue Sylvain Couturier. La balle est dans son camp.»

Mario Durocher confirme que Samson est l’un des joueurs qui se trouvent sur la corde raide.

«Ce gars-là a tout ce qu’il faut pour réussir. Il a un bon physique et un excellent lancer qu’il n’utilise pas assez. À un moment donné, il faut que ça sorte. Il sait ce que nous attendons de lui», confie Durocher.

«En fait, tous les gars savent quelles sont nos attentes. Ils ont tous des trucs à travailler dessus cet été. Si je n’obtiens pas ce que je veux, il y aura un prix à payer», affirme Durocher.

Chisholm à 100%

Bonne nouvelle, Logan Chisholm se remet très bien de son opération et il se présentera en grande forme au camp d’entraînement.

«Logan est justement un gars de caractère qui nous a grandement manqué depuis sa blessure. Il était d’ailleurs notre meilleur attaquant quand il est tombé au combat», précise Sylvain Couturier.

«J’ai hâte de l’avoir avec nous, mentionne Mario Durocher. On me parle souvent de Logan et on me dit qu’il a du caractère. Il était même capitaine en début de saison.»

La situation des gardiens

Si Tyriq Outen a démontré de belles choses, il n’a cependant pas encore prouvé qu’il avait l’étoffe pour devenir un gardien numéro un.

«Tyriq doit faire ses preuves. Il est agressif et travaillant pendant les entraînements, mais il doit cependant améliorer sa technique et ses aptitudes hors glace. Il faut qu’il comprenne qu’il y a plusieurs façons pour s’améliorer», mentionne Durocher.

Quant à l’autre espoir de l’organisation, Félix-Anthony Éthier, Durocher semble bien l’aimer.

«Je l’ai beaucoup aimé lorsqu’il est venu joindre le club en février. C’est un très bon jeune qui veut devenir un joueur de hockey. Il travaille dur pendant les entraînements. Il a aussi connu une bonne saison dans le midget AAA», indique Durocher qui souhaite voir ses gardiens accorder moins de mauvais buts la saison prochaine.

Un Drolet plus fort

Mario Durocher souhaite voir Félix-Antoine Drolet ajouter des livres à sa charpente pendant la saison morte. À 6 pieds 3 pouces et 173 livres, il y a effectivement de la place pour un peu plus de muscle.

«Je veux le voir revenir avec plus de force au prochain camp, révèle Durocher. Il est gros comme un clou actuellement et il doit prendre du muscle. C’est un défenseur qui devrait avoir un rôle important la saison prochaine et nous voulons qu’il soit plus fort.»