Cross-country mondial: Lalonde 20e au Danemark

L’Acadienne Geneviève Lalonde avait un peu l’impression d’être de retour chez elle, en fin de semaine, même si elle courait à l’autre bout du monde. Résultat: l’athlète de Moncton a réalisé la meilleure performance canadienne lors des Championnats du monde de cross-country depuis 2004.

Lalonde a bouclé parcours de 10 km dans un temps de 38m10s, pour prendre le 20e rang au classement final.

L’exploit est digne de mention puisque c’est la première fois de sa vie que la coureuse âgée de 27 ans prenait pas à ces mondiaux au niveau senior.

«C’est pas mal incroyable.Toutes les choses que j’aime étaient là: les buttes extrêmes, la boue, des obstacles d’eau et du sable à certains endroits du parcours», raconte-t-elle en rigolant.

Lalonde a vécu une expérience étrange, lors de cette compétition qui avait lieu à Aarhus, au Danemark.

Elle avait la curieuse impression de courir dans son coin de pays, même si elle se trouvait sur un autre continent.

Geneviève Lalonde en était à ses premiers championnats du monde senior de cross-country. – Gracieuseté

«C’est un pays tellement incroyable. J’ai déjà hâte d’y retourner. On était juste à côté de l’océan, c’était vraiment spectaculaire. C’était un peu comme courir à Grande-Digue. Je disais à Joël (Bourgeois) qu’en descendant la colline, on avait la vue de la mer au loin et ça me rappelait beaucoup le 15 km de Grande-Digue.»

On a même dit de ce parcours qu’il était le plus difficile de l’histoire des Championnats du monde de cross-country de l’IAAF, ce qui en dit long sur ce que Lalonde vient de réaliser au pays des Vikings.

La fusée acadienne a été impressionnée par tout ce qu’elle a vu à Aarhus.

«Quelle infrastructure incroyable! Le fait de monter et descendre une butte aménagée sur un musée, c’était vraiment spectaculaire. J’avais vraiment hâte de courir ce parcours-là et j’étais vraiment prête la journée de la course.»

Son résultat se veut un peu une belle surprise puisqu’elle ne savait pas trop à quoi s’attendre.

«Je n’avais aucune idée du classement que je pouvais viser parce que c’était mon premier championnat du monde cross-country au niveau senior (elle a participé aux mondiaux chez les  juniors en 2008 et 2009). Ça peut varier pas mal, selon le parcours. Mais quand j’ai vu que c’était exactement mon type de parcours, j’ai haussé mes attentes. Je visais quelque chose entre 20e et 30e et c’est finalement arrivé», lance-t-elle avec enthousiasme.

«J’ai commencé rapidement, mais j’ai ralenti un peu pour garder le rythme, parce que c’est quand même 10 km de montées et de descentes. Je voulais me garder du jus pour la fin. J’avais une bonne tactique et tout s’est mis en place.»

Avec cette performance, Geneviève Lalonde écrit une autre page de l’histoire du cross-country non seulement en Acadie, mais aussi au Canada.

«C’est pas mal incroyable d’avoir réussi ça et de placer mon nom à côté de celui d’Émilie Mondor (elle est malheureusement décédée en 2006), qui avait terminé 8e en 2004, c’est très spécial. Je me compte chanceuse d’être à côté des grands noms du cross-country comme elle. C’est vraiment un honneur.»