Tir au poignet: Sylvio Bourque de retour au sommet

Privé de podium aux Championnats mondiaux de tir au poignet au cours des trois dernières années, Sylvio Bourque a décidé que cette disette avait déjà trop duré. Toujours aussi soucieux des moindres détails malgré le cap de la soixantaine qu’il atteindra le 12 juillet, l’homme fort de Beresford a non seulement retrouvé sa taille de jeune premier, mais il croit plus que jamais qu’il parviendra à reléguer derrière lui le Britanno-Colombien Dave Hicks, avec qui il partage pour l’instant le record de 25 médailles par un athlète canadien aux Mondiaux.

Bourque, qui est de retour dans la division des moins de 165 livres, a d’ailleurs bien entamé sa saison en l’emportant du bras gauche dans sa catégorie de poids (qui regroupait 11 participants), ce week-end, aux Championnats de l’Atlantique présentés à Amherst, en Nouvelle-Écosse.

Il s’agissait d’ailleurs pour lui d’une 19e médaille d’or au rendez-vous de l’Atlantique, un sommet dans l’histoire de la compétition. Il devance le Néo-Écossais de Sydney Mark MacPhail par cinq podiums d’or.

Il a remporté tous ses matchs à Amherst contre des adversaires nettement plus jeunes, bien que trois adversaires lui ont donné du fil à retordre. C’est le cas de Jake Schultz, de Middleton.

«À un moment donné, Jake était à un demi-pouce de me battre et personne ne me donnait une chance de gagner. Je m’en suis quand même sorti, mais je ne méritais définitivement pas la victoire lors de cette confrontation. Pour dire vrai, il y a trois matchs où c’est uniquement grâce à mon expérience et ma condition physique que j’ai réussi à gagner», soutient Bourque.

Il n’empêche que ça faisait longtemps que Bourque ne s’était senti aussi bien.

«La catégorie des moins de 165 livres est celle où j’ai connu le plus de succès dans le passé. Pour moi, c’est un retour en force», affirme celui dont le passage dans la division 176 à 198 livres s’est avéré un fiasco.

Étrangement, ce retour chez les moins de 165 livres aura été plus facile qu’anticipé. C’est du moins ce que prétend la vedette du tir au poignet.

«Ç’a été plus facile que jamais. Et cela pour deux raisons. La première raison est que j’ai amélioré mon éducation sur la nutrition. Et comme deuxième raison, je cours beaucoup plus que lors des dernières années. En fait, je cours comme je le faisais il y a une dizaine d’années et au cours desquelles j’ai connu mes meilleurs Mondiaux», révèle Sylvio Bourque.

«Juste pour te donner une idée, j’ai fait un test dimanche soir. Pour célébrer ma médaille d’or de samedi, j’ai été courir pendant trois heures et 45 minutes. Je l’ai fait facilement. Tellement que pour les 35 dernières minutes j’ai décidé d’augmenter ma cadence et ça m’a pris huit minutes de moins pour compléter le tour. Je me sentais tellement bien que j’aurais pu non seulement courir plus vite, mais j’aurais pu également courir plus longtemps», raconte-t-il d’une voix enthousiaste.

Le mois prochain, il prendra d’ailleurs part à deux marathons consécutifs, soit celui de Fredericton (12 mai) et celui de Sugarloaf dans l’État du Maine (19 mai).

Outre ses nombreuses courses au programme, Sylvio Bourque poursuivra sa préparation pour les Mondiaux en participant aux Championnats panaméricains qui auront lieu à San Jose, au Costa Rica, les 24 et 25 mai.

«C’est la première fois que je participe à cette compétition et je veux m’assurer de me présenter aux Mondiaux le plus prêt possible. Je vais également prendre part aux Championnats canadiens qui seront présentés au West Edmonton Ball du 12 au 14 juillet», confie-t-il.

À noter que les Championnats du monde prendront l’affiche du 26 octobre au 4 novembre à Constanta, en Roumanie.

D’autres hommes forts du N.-B.

De gauche à droite, les médaillés de la division 198 à 220 livres du bras droit: Jason Lavigne (bronze), Joedy Harper (or) et Mark MacPhail (argent). – Gracieuseté

Outre la médaille d’or de Sylvio Bourque, les Néo-Brunswickois ont remporté quatre autres médailles aux Championnats de l’Atlantique.

Ainsi, le jeune Mike Bashkatov, un Ukrainien d’origine qui poursuit actuellement des études collégiales à Moncton, a mis la main sur une médaille d’argent du bras droit et une médaille de bronze du bras gauche. Il compétitionnait dans la division 176 à 198 livres.

Réjean Allain, de Moncton, a pour sa part terminé sur la deuxième marche du podium avec son bras droit chez les 165 à 176 livres.

Enfin, Jason Lavigne, également de Moncton, a pris le troisième rang du bras droit chez les 198 à 220 livres.

Selon Sylvio Bourque, il est clair que l’arrivée du club Hub City Hitmen rapporte déjà des dividendes.

«Réjean Allain joue un grand rôle dans tout ça. C’est lui qui a lancé ce club et ça permet aux athlètes de se présenter à des compétitions plus prêts que jamais», mentionne le médaillé d’or.