Malyka Keeley couronnée championne de l’Atlantique

Keeley de Campbellton impressionne. Après avoir été couronnée championne du Nouveau-Brunswick en patinage artistique en février, voilà qu’elle vient de remporter le titre de Championne Atlantique dans sa catégorie d’âge.

À 11 ans seulement, la jeune restigouchoise commence à faire tourner bien des têtes grâce à ses aptitudes sur glace et son attitude à l’extérieur de celle-ci.

Cette saison, Malyka s’est démarquée avec cinq médailles d’or chez les juvéniles moins de 12 ans, la dernière en liste étant le Championnat de patinage artistique du Canada Atlantique qui s’est déroulé en fin de semaine à Halifax.

Malyka Keeley lors du Championnat de patinage artistique du Canada atlantique qui s’est déroulé en fin de semaine dernière en Nouvelle-Écosse. – Gracieuseté

«C’est une saison à mon goût. Mes compétitions se sont vraiment bien déroulées, et j’ai aussi perfectionné mon double axel», raconte la petite championne, quelques minutes avant son entraînement quotidien.

Malyka n’est pas la dernière venue en patinage artistique. Celle-ci a choisi cette discipline toute jeune, à quatre ans seulement. C’est Nicole Savoie, directrice du club de patinage artistique de Campbellton, qui l’entraîne depuis ses débuts.

«Malyka a beaucoup de potentiel, mais celui-ci est surtout appuyé par une très bonne attitude et une grande éthique de travail. Un ne va pas sans l’autre lorsque l’on veut avancer, c’est la recette gagnante», indique son entraîneuse, non sans souligner une autre grande qualité de la jeune athlète, son sens artistique.

«Elle a une belle technique d’interprétation, et c’est certainement un atout important dans ce sport», note Mme Savoie.

Pour Malyka, cette discipline, c’est le résultat de sa passion pour le patinage artistique.

«J’aime la vitesse, tourner, faire des sauts. En fait, j’aime être sur la glace et les compétitions ne me stressent pas trop. Je n’y vais pas tant pour gagner que pour prendre de l’expérience. Mais c’est certain que ça fait toujours plaisir de gagner», lance-t-elle en riant.

Malyka Keeley – Acadie Nouvelle: Jean-François Boisvert

Son objectif à long terme?

«J’aimerais me rendre au Défi canadien puis éventuellement aux Jeux d’hiver du Canada et aux Championnats canadiens. Et c’est certain que si c’est possible, ce serait les Championnats internationaux et les Olympiques», rêve-t-elle, ne manquant certes pas d’ambition.

Cet enthousiasme est partagé par son admirateur numéro 1, son père, Stephen Keeley.

«On est vraiment content pour elle, car elle met énormément d’heures et d’efforts à l’entraînement. C’est souvent qu’elle refuse de sortir avec ses amies parce qu’elle a des entraînements ou des compétitions le lendemain matin. Elle est très disciplinée, et on n’a pas à la pousser. Elle le fait d’elle-même, car elle a un objectif en tête», souligne-t-il.

La saison de patinage artistique tire par ailleurs à sa fin. Il ne reste à Malyka qu’une dernière compétition avant de ranger ses patins. Mais pas pour longtemps, car elle compte bien patiner une bonne partie de l’été. Comme elle le fait depuis quelques années, elle se rendra à Boucherville au Québec afin de continuer son entraînement.

«Nos jeunes athlètes n’ont pas beaucoup le choix d’aller vers les grands centres s’ils veulent progresser et se perfectionner. Et la raison est simple, nous n’avons pas accès à une patinoire à l’année. Ça décourage beaucoup de jeunes de partir, mais Malyka, elle, est toujours très enthousiaste», indique Mme Savoie.

Malyka Keeley et Nicole Savoie. – Acadie Nouvelle Jean-François Boisvert

C’est la seconde fois en quelques années que le Club de patinage artistique de Campbellton peut se vanter d’avoir une championne atlantique qui émane de ses rangs. L’autre patineuse émérite, c’est Lissa Anne McGaghey, patineuse qui s’entraîne désormais à Montréal et seule néo-brunswickoise sur l’équipe NextGen (prochaine génération) de Patinage artistique Canada.

«On est très fière d’elle et c’est très intéressant de voir que nous avons une autre jeune patineuse qui veut suivre ses traces», mentionne l’entraîneuse.