Bruno Richard honoré à Saint-Louis-de-Kent

«J’ai une annonce à vous faire. Ma belle-mère, qui est célibataire, cherche un vieux avec une grosse pension, de préférence avec un terrain sur le bord d’une rivière. Elle demeure dans le Nord, mais serait prête à déménager dans le Sud. On prend les noms à la table 1.»

C’est avec beaucoup d’humour que Bruno Richard a entamé ses remerciements, samedi, alors qu’il était honoré à titre d’ancien élève émérite par la Fondation de l’école Mgr-Marcel-François-Richard de Saint-Louis-de-Kent. Cette institution scolaire a été l’alma mater du casse-cou de Bédec de 1996 à 2000.

Considéré, et avec raison, comme l’un des athlètes les plus multidisciplinaires dans l’histoire de la province, Bruno Richard possède une feuille de route pour le moins impressionnante.

Depuis le nouveau millénaire, il s’est entre autres fait connaître pour ses belles années en patinage extrême sur le circuit de la coupe du Monde Red Bull Crashed Ice, ainsi que pour sa participation à la téléréalité La série Montréal-Québec en 2010 sur les ondes de TVA et son passage avec le club de hockey des Aigles Bleus de l’Université de Moncton.

Notons que Bob Hartley, qui a été son entraîneur lors de La Série Montréal-Québec, lui a envoyé un message de félicitations de Russie, où il dirige l’Avangard d’Omsk dans la KHL.

Depuis quelques années, il a aussi retenu l’attention comme organisateur dans plusieurs sports. Ajoutez à cela qu’il a été journaliste à l’Acadie Nouvelle pendant plusieurs années.

«C’est un bel honneur», s’est-il exclamé lorsque joint au téléphone.

«Chaque fois que tu gagnes un prix, ça fait chaud au cœur. Je conserve de très beaux souvenirs de mon passage à cette école. Elle m’a bien préparé pour ma vie d’adulte», confie-t-il.

S’il était trop long d’énumérer tous ses exploits sportifs, Bruno Richard a avec plaisir accepté de nous raconter ses plus beaux souvenirs d’école à l’adolescence.

«L’un de mes plus beaux souvenirs demeure le championnat provincial de soccer AA à l’automne de 1998, dit-il. Nous avions été une équipe Cendrillon tellement notre histoire tient du miracle.»

«Nous n’avions remporté qu’une seule victoire pendant la saison régulière. Je me souviens que nous mangeons pratiquement toujours des volées. Tout a changé une fois en séries. Nous avions une arme secrète qui s’appelait Paul Manuel.»

«Non seulement Paul était un entraîneur qui excellait au niveau technique, mais c’était aussi un vrai passionné de sport. Paul, qui est malheureusement décédé en 2001 d’un cancer, a fait les ajustements et la magie a commencé à opérer. Après être passé au travers du tournoi de zone et du tournoi régional, nous avons remporté le Championnat provincial en battant en finale les Prédateurs de Roland-Pépin au compte de 2 à 1. C’est même moi qui ai réussi le but vainqueur», raconte-t-il.

Pendant ses années à MFR, Bruno Richard a aussi représenté la délégation de Kent en cyclisme aux Jeux de l’Acadie de 1997 (Edmundston) et de 1998 (Moncton). Lors des Jeux de Moncton, il avait même pris le deuxième rang dans le contre-la-montre individuel.

Pendant sa dernière année à MFR, il a connu beaucoup de succès dans le hockey midget AAA avec les Flyers de Moncton. Le club, qui était équipé pour aller à la guerre, avait aussi dans ses rangs des joueurs tels que Brett Lutes, James Sanford, Jamie McCabe, Jules Saulnier, Pierre-André LeBlanc, Jason Wilson et Nicolas Hébert qui ont tous été repêchés par une équipe de la LHJMQ. Les Flyers ont évidemment représenté l’Atlantique au tournoi de la coupe Telus.

«À l’adolescence, c’était le sport qui m’allumait. Paul Manuel, qui a carrément été mon mentor, a joué un très grand rôle dans ma vie. Michel Vautour, un prof de physiologie, est une autre personne qui a nourri ma passion pour le sport. Michel organisait des activités sportives intramurales. Il est d’ailleurs l’instigateur d’un autre très beau souvenir de cette époque, alors qu’il avait organisé un tournoi de hockey-boule. Je jouais avec l’équipe de Richibucto-Village et nous avions battu en finale l’équipe de Pointe-Sapin», se remémore-t-il.

«Un autre prof que j’ai beaucoup aimé c’est Paul LeBlanc. Il enseignait la géographie et c’était ma matière préférée à l’école. J’étais vraiment bon en géographie. Je me rappelle d’avoir obtenu une note de 95% à l’examen du ministère. Paul était non seulement un excellent prof, mais il était extrêmement drôle. C’était aussi bien dire un comédien tellement il mettait de la couleur dans ses cours. Paul nous donnait le goût d’apprendre», mentionne-t-il.

Bruno Richard, alors âgé de 16 ans, en compagnie de l’entraîneur adjoint Everett Sanipass, des Bears de Richibucto, au niveau junior B. L’équipe avait remporté la coupe Don-Johnson au printemps de 1999 à Terre-Neuve. – Gracieuseté

L »école MFR honore une autre ancienne

Outre Bruno Richard, la Dre Micheline Boucher a également été honorée pendant la soirée de samedi. Cette dernière avait déjà retenu l’attention en 1982 en remportant la médaille du Gouverneur général de l’école.

La Dre Boucher a obtenu de nombreuses récompenses au fil des ans pour son implication en médecine et en éducation médicale.

Elle a entre autres mis la main sur le prix d’Excellence en médecine de famille du Collège des médecins de famille du Nouveau-Brunswick, le prix Omer-Doiron, décerné à un professeur modèle par les étudiants en médecine, de même que le certificat de mérite 2018 de l’Association canadienne pour l’éducation médicale.