Une première finale pour le Magic!

«Je supporte ma famille en jouant au basketball. J’ai une épouse et trois enfants à la maison et j’ai des factures à payer. Aujourd’hui, j’ai nourri ma famille.»

Le vétéran Nick Evans avait les larmes aux yeux quand la sirène finale a confirmé la victoire de 85 à 82 du Magic de Moncton sur les Hurricanes de Halifax.

Devant plus de 2000 personnes en délire au Centre Avenir, dimanche après-midi, la troupe de Joe Salerno a mérité le championnat de la division atlantique, mais surtout la première invitation à la grande finale de la Ligue nationale de basketball du Canada de l’histoire de la concession.

Cette victoire permettait à la meilleure équipe du calendrier régulier d’enlever cette série demi-finale quatre de sept en sept rencontres.

«Je me sens comme si j’étais au sommet du monde. Ce fut une véritable guerre du début à la fin», racontait Nick Evans, en multipliant les poignées de mains.

«Mais on n’a pas reculé d’un pouce. Ils nous ont donné toute une opposition tout au long de la série, ce qui rend la victoire encore plus satisfaisante.»

Les locaux menaient par sept points avec sept minutes à jouer, mais les Hurricanes ont refusé de baisser les bras.

«Je n’ai jamais eu aucun doute», affirme l’athlète âgé de 31 ans.

«Personne n’a remporté deux parties de suite dans cette série et on voulait s’assurer que ça n’arrive pas dans le dernier match. On a réussi à les contenir après une bataille de titans. C’était plus que du basketball, c’était une vraie guerre de tranchées», avance-t-il.

«Les deux équipes étaient à égalité en amorçant le quatrième quart (77 à 77). C’était devenu une bataille de 12 minutes et on a réussi à sortir avec la victoire.»

Corey Allmond semblait épuisé, mais ne pouvait s’empêcher de sourire.

«On s’était fixé un objectif dès le camp d’entraînement, et c’était de tout gagner. Nous sommes maintenant à un seul pas de réaliser notre rêve de donner un championnat à la ville de Moncton» indique le numéro 3 du Magic.

«On va célébrer ce soir, mais le travail est loin d’être terminé. On s’est rendu jusqu’ici, maintenant, il faut finir le travail», ajoute-t-il.

«On doit lever notre chapeau aux Hurricanes. C’est une équipe très difficile à affronter. Ils nous  ont forcés à jouer notre meilleur basketball et à montrer pourquoi nous avons été la meilleure équipe dans cette ligue cette saison.»

Le joueur américain parlait d’une douce revanche face aux Hurricanes.

«Ça veut dire tout pour moi d’atteindre la finale. Nous avons échoué l’an dernier en perdant justement contre Halifax. Cette année, on a réussi à les renverser.  On va maintenant jouer pour une bannière et un championnat.»
La mairesse de Moncton, Dawn Arnold, parlait d’une grande journée pour sa municipalité.

«C’est absolument fantastique pour la ville de Moncton et les amateurs de basketball. On va avoir une belle finale au Centre Avenir en mai. On ne peut pas demander mieux», affirme-t-elle.

«Je suis devenue la partisane numéro un du Magic. J’adore le spectacle et je dois dire que ce septième match a été spectaculaire. Je suis tellement fière de l’équipe, pour les propriétaires et pour tous ceux qui ont mis leur coeur et leur âme au service de cette équipe.»

La mairesse a aussi eu une pensée pour tous les partisans du Magic, qui attendent ce moment depuis 2011.

«Les amateurs sont incroyables. Ils méritent vraiment une équipe championne. Ils sont là depuis le début et on voit leur nombre augmenter à toutes les parties.»

En finale, le Magic aura rendez-vous avec le Edge de St. John’s, qui a renversé les Titans de Kitchener-Waterloo (en six parties) dans l’autre demi-finale. n