Thibeault, Guilbault et Vanier se greffent aux Aigles Bleus

Les signatures se multiplient chez les Aigles Bleus de l’Université de Moncton. Après les défenseurs Wilson Forest et Michael Kemp, trois autres anciens de la LHJMQ vont faire le saut dans le Sport universitaire de l’Atlantique la saison prochaine avec le Bleu et Or, dont un patineur acadien bien connu des amateurs de hockey du Nouveau-Brunswick.

L’arrière Francis Thibeault, ainsi que les attaquants Samuel Guilbault et Gabriel Vanier, ont tous trois confirmé qu’ils vont endosser l’uniforme de l’université de Moncton en 2019-2020.

Originaire de Campbellton, Thibault a passé les trois dernières saisons avec les Tigres de Campbellton, dans la Ligue de hockey des Maritimes.

Depuis 2014, le patineur âgé de 20 ans a disputé une centaine de rencontres dans la LHJMQ avec le Titan d’Acadie-Bathurst et les Wildcats de Moncton.

«Ma sœur (Véronic) a vu ce que c’était à l’U de M parce qu’elle est passée par là (elle a évolué avec l’équipe féminine de hockey pendant quatre saisons). Ce fut un gros facteur dans ma décision», mentionne le patineur de 6 pieds 2 pouces et de 200 livres.

«On a aussi vu un vent de changement à l’U de M depuis deux ans. C’est une autre chose que j’ai beaucoup aimée», ajoute-t-il.

«Le programme monte et des gens autour de l’équipe disent que les choses ont pas mal changé. L’organisation s’en va dans une belle direction. Mon plan A était vraiment de jouer pour les Aigles.»

Le futur étudiant en administration dit ressentir beaucoup de fierté à endosser l’uniforme du Bleu et Or.

«Depuis que je suis jeune, j’entends parler des Aigles Bleus. Je suis très fier de jouer pour eux aujourd’hui», mentionne-t-il.

«C’est deux coches au-dessus du hockey junior A, je le sais. C’est du hockey rapide et ça va frapper. J’ai vu des parties cet hiver et je sais que je peux jouer là. Je vais arriver au camp prêt et en bonne forme», poursuit le joueur acadien.

«Je me considère comme un joueur qui peut bien faire des deux côtés de la patinoire. Ça ne me dérange pas de bloquer des tirs ou de donner des mises en échec. Je suis aussi bon avec la rondelle et pour les sorties de zones. Je peux apporter un peu de tout à l’équipe.»

Thibeault apporte également des belles qualités de meneurs dans ses bagages.

«Ça va être à moi de faire ma place en arrivant et montrer que je peux jouer à ce niveau. Depuis que j’ai 17 ans, j’ai une lettre sur mon chandail. Je me considère quand même comme un bon leader. Je suis un gars d’équipe. Le groupe va toujours passer avant mon succès personnel.»

L’attaquant Gabriel Vanier a connu toute une saison avec le Blizzard d’Edmundston cet hiver, comme en témoigne son dossier de 31-32=63 en 48 parties.

Le patineur de 6 pieds et de 200 livres se dit comblé de pouvoir rester au Nouveau-Brunswick.

«Il n’y a pas beaucoup d’endroits où on peut jouer au hockey et aller à l’école en français. C’était vraiment mon premier choix. C’est une belle organisation avec beaucoup d’histoire. Je suis super content de me joindre à eux», raconte celui qui a brièvement évolué avec l’Armada de Blainville-Boisbriand en 2017-2018.

«Je suis un joueur offensif, mais je suis quand même capable de bien jouer dans ma zone. Je ne m’attends pas à avoir le même rôle que dans le junior A, mais je pense qu’il y a beaucoup de choses qui rendent mon jeu efficace et je vais faire tout ce que je peux pour aider l’équipe à gagner.»

Le joueur québécois se décrit comme un attaquant de puissance.

«J’ai un jeu assez simple. Je déborde les défenseurs et j’excelle le long des bandes. Je suis un gars qui travaille fort dans les coins et devant le filet. Je garde les choses simples et je ne prends pas de risques inutiles, avec des petites feintes et des jeux en dentelle.»

À Moncton, il retrouvera ses deux anciens coéquipiers du Blizzard, Alexandre Bernier et Alexandre Jacob.

«J’ai été très bien accueilli depuis que je suis arrivé au Nouveau-Brunswick. J’ai vraiment hâte de continuer mon aventure en Acadie.»

L’attaquant québécois Samuel Guilbault est un ancien des Cataractes de Shawinigan et des Islanders de Charlottetown dans la LHJMQ.

«Je ne voulais pas arrêter de jouer au hockey après mon stage junior. J’ai toujours voulu performer au plus haut calibre possible. Quand je jouais à Charlottetown, j’allais souvent voir les parties des Panthers et le hockey universitaire m’intéressait déjà», souligne l’ailier de 5 pieds 10 pouces et de 170 livres.

«Je n’ai qu’entendu des bonnes choses à propos des Aigles Bleus, de l’équipe, de l’organisation et de l’université. Mon idée était déjà faite, c’est à Moncton que je voulais jouer. En plus, j’ai une copine qui habite à Moncton depuis trois ans et je suis toujours là.»

Ces nouveaux visages vont compenser pour les départs de Marc-Anthony Therrien, Victor Beaulac et Danick Émond.