Pierre-Luc Lurette se dirige à Oshawa

Oubliez les Aigles Bleus de l’Université de Moncton pour Pierre-Luc Lurette. Le défenseur de Val-d’Amour s’est entendu jeudi après-midi avec les Ridgebacks de l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario situé à Oshawa.

Lurette, âgé de 20 ans, vient de compléter une brillante carrière junior de cinq saisons avec les Tigres de Campbellton.

«Je suis content que ça se soit fait rapidement, affirme Lurette. Je vais donc pouvoir me concentrer sur mon entraînement estival et m’organiser pour trouver un endroit où rester.»

Lurette, qui caressait le rêve d’évoluer pour le Bleu et Or, dit n’avoir jamais été approché.

«Je ne suis pas déçu. Je comprends très bien la situation. Le hockey c’est une business et les Aigles Bleus essaient seulement de mettre le meilleur club possible sur la glace», résume-t-il.

À Oshawa, Lurette retrouvera son bon ami Malik Johnson, avec qui il a évolué pendant ses deux premières campagnes à Campbellton. L’ancien arrière du Titan d’Acadie-Bathurst et des Wildcats de Moncton, Tucker White, l’ancien ailier gauche des Flyers de Moncton Kari Belec, et l’ex-attaquant des Wildcats de Valley Jack Patterson font également partie de l’organisation des Ridgebacks.

«Et en plus, Noah McMullin, des Mariners de Yarmouth, a lui aussi décidé de se joindre à l’équipe. Noah est un gars avec beaucoup de talent et on ne sait jamais, il est peut-être mon prochain partenaire comme défenseur. En tout cas, je ne dirais pas non», dit-il.

C’est l’entraîneur des Ridgebacks Curtis Hodgins qui a tout mis en oeuvre pour le convaincre de se joindre à l’équipe.

«Il est même venu me voir jouer pendant la série contre le Blizzard d’Edmundston. Tout le processus s’est donc fait avec lui. Il me voit comme un joueur régulier pour les quatre prochaines saisons. C’est une université qui a un bon programme de hockey, mais aussi un bon programme académique. C’était ce que je recherchais. Je vais étudier en criminologie judiciaire», mentionne-t-il.

Pierre-Luc Lurette a l’intention de se présenter fin prêt pour son premier camp d’entraînement universitaire.

«Mon ami Sean DeVarennes m’a préparé un programme d’entraînement et l’objectif est de perdre du poids tout en améliorer ma force physique. En d’autres mots, je vais enlever du gras pour le transformer en muscle. J’ai d’ailleurs déjà commencé à soulever des poids. Je suis actuellement à 220 livres et j’aimerais descendre à 205. C’est le temps de quitter l’adolescence pour entrer dans le monde adulte», révèle-t-il avec humour.

«Je vais aussi faire beaucoup de patinage de puissance cet été afin d’améliorer mon jeu de pied», indique-t-il.

A-t-il eu le temps de faire son deuil du hockey junior?

«On dirait que je ne réalise pas encore que le junior c’est terminé. J’habite encore à la maison et je suis en train de me préparer pour la prochaine saison. Je crois que ça va juste me frapper une fois que je serai à Oshawa. J’ai l’impression que ça va être tout un choc», avoue Lurette.

Et le numéro 10? Pourra-t-il le porter avec les Ridgebacks?

«Je ne le sais pas encore. Celui qui le portait, Kyle Locke, vient de terminer son hockey universitaire. On verra bien. Sinon, je vais demander le numéro 32. À ma deuxième saison bantam AAA, parce que j’étais le plus costaud, j’avais été forcé de prendre ce numéro parce que c’était le seul chandail qui me faisait. Finalement, ça s’est bien passé et j’ai été choisi le meilleur défenseur de la ligue», raconte Lurette en riant.

Rappelons que Lurette a complété sa carrière avec quelques records des Tigres en poche, dont celui du plus de buts (51), de passes (99) et de points (150) par un défenseur. Il est également le joueur qui a disputé le plus de matchs dans l’histoire de l’organisation avec un total de 233 rencontres et au sixième rang dans la Ligue junior des Maritimes.