Le marathon Resurgo remplacera Courir pour lire

Les coureurs du Nouveau-Brunswick ont eu chaud. Les organisateurs de Courir pour lire, un des événements sportifs les plus importants dans la province, ont annoncé vendredi que l’épreuve prendra une pause cette année. Fort heureusement, un autre groupe de bénévoles va prendre la relève. Place au marathon Resurgo!

Dans un communiqué envoyé aux médias, les organisateurs ont décidé de prendre une «pause de marche» en 2019, afin, disent-ils, d’assurer le bon fonctionnement de l’événement dans les années à venir.

Des rumeurs ont fait surface au cours des dernières semaines concernant des tensions entre certains membres du comité organisateur.

«Nous sommes conscients de l’importance des répercussions qu’aura cette décision sur les coureurs, les participants, les parties prenantes et les membres de la communauté», a indiqué le comité.

«Nous sommes reconnaissants de l’appui que nous avons reçu au cours de ces 19 années, et nous avons l’intention de continuer à faire vivre cet événement dans les prochaines années.»

Le conseil d’administration confirme être en processus de révision de sa structure interne et de ses ressources.

On invite d’ailleurs le grand public à une rencontre le 25 mai à l’hôtel de ville de Moncton (sixième étage), de 10h à 15h, afin d’entendre différents points de vue et de jauger l’appui de la communauté envers l’événement.

Parmi les principales raisons invoquées pour le retrait de la course cette année, on mentionne surtout les tâches sans cesse grandissantes demandées aux bénévoles.

«Au cours des dernières années, nous avons été témoins de surmenage de nos ressources clés», peut-on lire dans le communiqué du conseil d’administration.

Déception chez Course NB

La directrice générale de Course NB, Stéphanie Doiron, s’est dite déçue de la décision des responsables, mais affirme comprendre leur point de vue.

«C’est une course très importante dans la région de Moncton. Pour beaucoup de coureurs, Courir pour lire est leur grand objectif de la saison. Plusieurs orientent leur entraînement avec cette course en tête», explique-t-elle.

«D’un autre côté, je peux comprendre la décision prise par le comité. Un peu comme nous, cet organisme repose presque entièrement sur les épaules des bénévoles. Je comprends qu’ils ont besoin d’une pause pour rebâtir leur équipe.»

Les athlètes ne perdront cependant pas tout puisqu’une toute nouvelle course verra le jour le 9 septembre, le marathon Resurgo.

Il s’agira d’une course certifiée qui permettra aux participants de se qualifier pour d’autres événements, comme le marathon de Boston, par exemple.

«J’espère que Courir pour lire sera de retour en 2020», mentionne Stéphanie Doiron.

«Mais au moins, les athlètes auront cette course-là. Il y a d’autres compétitions ailleurs en Amérique, mais ce sont surtout les coureurs élites qui vont y prendre part. Les athlètes locaux auront donc un bel événement auquel ils pourront participer.»

En 2018, l’événement Courir pour lire a attiré plus de 3000 coureurs et marcheurs, dont près de 86% provenaient du Nouveau-Brunswick.

Il a aussi permis d’amasser plus de 711 000$ pour la littéracie dans les écoles et les bibliothèques de la région.

La petite histoire du marathon Resurgo

«Notre objectif principal, c’est d’avoir un marathon à Moncton, peu importe qui l’organise.»

Comme ses collègues, Lindsay Laltoo est une maniaque de course.

Elle ne pouvait pas concevoir que le marathon annuel de Moncton allait disparaître, ne serait-ce que pour une année.

C’est ainsi que tout a commencé pour le marathon Resurgo.

«Nous entendions les rumeurs de la pause des organisateurs de Courir pour lire depuis un certain temps. Rien n’était confirmé, mais la rumeur causait beaucoup d’inquiétudes au sein de la communauté des coureurs», explique-t-elle.

«Plusieurs personnes ont commencé à jongler avec l’idée de mettre sur pied un événement au cours de la période hivernale. Beaucoup de gens voulaient avoir la chance de courir dans leur propre ville.»

L’idée a fait son chemin aussi rapidement qu’un sprint de 100m.

«Avec plusieurs membres du Club de course du Grand Moncton, dont Colin McQuade, Nikki Giddens et Aaron Sellers, j’ai décidé de voir si on pouvait organiser un événement pour combler le vide. Je dois mentionner que Colin a été le premier à lancer cette idée», raconte Lindsay Laltoo.

«Nous croyons que c’est très important que la communauté du Grand Moncton possède son propre marathon. Il y a tellement d’athlètes de grand talent dans la région. Ces gens-là ne devraient pas avoir à voyager pour avoir la chance de participer à une course de longue distance», explique la porte-parole du groupe d’organisateurs.

«Nous pensions aussi que Resurgo était un nom approprié pour l’événement puisqu’il est né de la perte d’un autre. On peut dire que la communauté de coureurs de Moncton va aussi revivre!»

Lindsay Laltoo souligne également que cette compétition sera toute simple.

On laissera la dentelle au vestiaire.

«Notre but est d’avoir un marathon rapide, compétitif, qui ne coûte pas une fortune. On ne sera pas un événement flamboyant, mais nous aurons une superbe course certifiée et les gens  pourront tenter de se qualifier pour le marathon de Boston. Nous voulons garder le coût d’inscription sous les 40$.»

Le groupe est déjà à la recherche de bénévoles pour organiser l’événement, en plus de commanditaires pour les bouteilles d’eau tout au long du parcours, la nourriture (les bananes, les barres nutritives et les boissons énergisantes), ainsi que pour d’éventuels prix aux gagnants et gagnantes.

On souhaite organiser une rencontre pour les bénévoles à la fin mai ou au début juin.

Les gens intéressés à faire leur part peuvent communiquer avec les organisateurs à l’adresse: greatermonctonrunningclub@gmail.com.