Des judokas de Dieppe visent haut à Edmonton

Dix-neuf judokas du Nouveau-Brunswick, dont la médaillée de bronze aux derniers Jeux d’hiver du Canada Mahée Savoie, sont actuellement à Edmonton afin de prendre part aux Championnats nationaux qui auront lieu de jeudi à dimanche au Complexe Van Vliet Butterdome de l’Université de l’Alberta.

Savoie, qui représente le club Otoshi de Dieppe, est légitimement de tout le groupe le meilleur espoir de médaille à Edmonton.

La jeune surdouée, âgée de seulement 14 ans, avoue trépigner d’impatience.

«Je suis nerveuse, mais j’ai l’impression que c’est un bon stress, confie-t-elle. J’ai une merveilleuse équipe d’entraîneurs et de partenaires d’entraînements, en plus de ma famille qui est avec moi pour m’encourager.»

«Je me sens prête à me battre. Je fais de la visualisation régulièrement pour m’assurer que mon niveau de stress ne grimpe pas trop haut. Mes entraîneurs sentent eux aussi que je suis prête», signale-t-elle.

Fait à signaler, Mahée Savoie entamera le tournoi dans une nouvelle catégorie de poids, elle qui s’était illustrée chez les moins de 48 kg aux Jeux du Canada présentés à Red Deer. Cette fois-ci, elle affrontera des filles chez les moins de 55 kg dans la division U-16. Elle prendra également part au tournoi U-18 chez les moins de 52 kg.

«Ça veut donc dire que je vais compétitionner contre des filles différentes qu’aux Jeux, mentionne-t-elle. Mais ça ne me dérange pas. Même si je n’ai que 14 ans, je me suis entraînée tellement intensément pendant la dernière année que j’ai l’impression que mon âge ne me dérange plus maintenant. J’ai l’habitude de me battre contre des filles pas mal plus vieilles que moi. C’est devenu une habitude.»

«Bien sûr, le fait d’avoir atteint le podium aux Jeux du Canada ajoute un certain niveau de pression. J’essaie donc de me concentrer sur la compétition en fin de semaine et de ne pas penser à autre chose», ajoute Mahée Savoie.

Stéphane Bérubé jase avec ses jeunes avant le grand départ. – Acadie Nouvelle: Stéphane paquette

Un autre judoka du club Otoshi, Tylor Collin, sera aussi à surveiller à Edmonton.

Cinquième aux Jeux du Canada, Collin nous revient justement d’Allemagne où il a remporté deux de ses matchs dans un tournoi regroupant pas moins de 78 compétiteurs. C’est sans oublier sa deuxième place aux Championnats canadiens élites en janvier à Montréal.

«Tylor peut faire beaucoup mieux qu’à Red Deer», affirme son entraîneur Denis Collin.

«Il va combattre chez les moins de 55 kg dans la division U-18, mais également chez les moins de 60 kg dans la division U-21 afin de prendre de l’expérience pour l’an prochain. C’est bon qu’il ait déjà une bonne idée de la qualité de l’opposition dont il devra faire face dans quelques mois», ajoute Collin.

Des espoirs du Madawaska pourraient aussi se démarquer

Trois autres athlètes pourraient également causer une surprise à Edmonton.

L’entraîneure Josée Daigle en compagnie de son groupe d’athlètes composée de Vanessa Caouette, Claudie Marchand, Yannick Parent, Félix Cyr, Joey Landry, Destiny Hayes et Yzabelle Ouellette. – – Gracieuseté

C’est le cas, entre autres, de Félix Cyr, du club Central d’Edmundston. Ce dernier, qui compétitionnera dans la catégorie U-16 chez les moins de 46 kg, a connu jusqu’ici une excellente saison 2018-2019.

L’entraîneure Josée Daigle, du club Kimo de Saint-Hilaire, qui s’occupera exceptionnellement de Cyr à Edmonton, ne serait pas du tout surprise de le voir se faufiler jusqu’à l’une des marches du podium. Elle croit aussi que Vanessa Caouette peut faire nettement mieux que sa septième place aux Jeux de Red Deer. Caouette sera dans la division U-18 chez les moins de 63 kg.

«Comme groupe, nous avons le même objectif qu’aux Jeux du Canada, mentionne Daigle. Nous voulons que nos athlètes s’amusent, vivent une belle aventure et accumulent de beaux souvenirs. Bien sûr, ils vont aussi travailler fort.»

«Ce qui est bien c’est que contrairement aux dernières années, je m’en vas là-bas avec un groupe en pleine santé. Il n’y a même pas un ongle incarné», soutient Josée Daigle en riant.

«Yzabelle (Ouellette), par exemple, avait dû composer avec une blessure à clavicule, l’an dernier, et au poignet, il y a deux ans», ajoute-t-elle.

Cette dernière sera évidemment présente, elle qui fait le saut cette année dans les catégories U-21 et senior chez les moins de 52 kg.

Noah Beausoleil, lui aussi du club Otoshi (U-16, -55 kg), et Egan McLean, du club Tani Koi de Rothesay, pourraient également causé la surprise dans une moindre mesure.

Les autres représentants du Nouveau-Brunswick sont Destiny Hayes (U-18, -52 kg), Joey Landry (U-18, -73 kg), Yannick Parent (U-21, -90 kg) et Claudie Marchand (U-18, -57 kg), du club Kimo, Alex Colpitts (senior, -90 kg) et Andrew Blaney (senior, +100 kg), du club de Fredericton, Jennifer Landry (senior, -70 kg), du club Kyokan de Saint-Jean, Zackary Bélanger (U-18, -60 kg) et Chris Poitras (U-18, -50 kg), du club Bushido de Clair, Samuel McGraw (U18, -66 kg) et Lucas Lemaire (U-16, -60 kg), du club Otoshi, ainsi Brandi Lingley (U-16, +70 kg), du club Tani Koi.