Fisher Cats: départ en lion, la fin en…

Les Fisher Cats de Moncton ont entrepris la saison 2019 avec le couteau entre les dents. L’équipe de Patrick Tardif a marqué quatre points dès la première manche, dimanche, face aux Royals de Fredericton. Mais après, plus rien…

Les frappeurs des Fisher Cats ont pris congé le reste de l’après-midi et leurs lanceurs n’ont jamais pu trouver le marbre.

Résultat: les Royals, champions en titre de la Ligue de baseball senior du Nouveau-Brunswick, ont quitté le parc Kiwanis avec une victoire de 11 à 4.

«Après les quatre premières manches, on était content, on l’était un peu moins après les trois dernières», raconte le gérant Patrick Tardif, en forçant un sourire.

«On est encore très tôt dans l’année. On n’a pas beaucoup eu la chance de s’entraîner sur les terrains à l’extérieur à cause de la température», s’empresse-t-il d’ajouter.

Le partant Sam Lund a fait sa part. Quand il a quitté le match, en quatrième, Moncton menait 4 à 0. Les choses se sont cependant gâtées avec les releveurs Nate Ronan, Jackson Dekker et Glenn Marks, qui ont notamment offert 12 passes gratuites aux frappeurs des Royals.

«Ce n’est pas tellement compliqué. Les buts sur balles nous ont complètement tués. Sur les 12, il y en a eu cinq ou six qui sont venus marquer», fait remarquer le pilote des Fisher Cats.

«On a du travail à faire. On sait ce qu’on a avec nos partants. C’est surtout dans l’enclos des releveurs qu’on n’est pas certain où on est. C’est certain que ça ne s’est pas passé comme on voulait quand on a sorti Sam (Lund).»

La dernière chose que Patrick tardif veut faire, c’est surtaxer ses artilleurs.

«Je ne veux pas abuser des lanceurs partants en début de saison. J’avais discuté avec Sam et on s’était entendu sur trois ou quatre manches, quelque chose comme 60 à 80 lancers. Après la quatrième, il était rendu à 69 tirs. Comme on devait aussi jouer lundi (le match contre les Islanders de Charlottetown a été remis en raison de la pluie), je ne voulais brûler personne.»

Selon lui, les frappeurs doivent aussi se regarder dans le miroir après ce cuisant revers.

«On parle beaucoup des lanceurs, mais il ne faut pas oublier que nous avons seulement eu trois coups sûrs au bâton. Mais on tourne la page et on regarde en avant», mentionne Tardif.

«C’est ce que j’ai dit aux gars après la partie. C’est certain qu’on était tous déçus et qu’on n’a pas aimé la façon dont ça s’est terminé. Mais personne ne gagne des championnats au mois de mai. La saison est encore bien jeune. On apprend de ça et on continue.»

On peut donc s’attendre à ce que les Fisher Cats fassent un peu de temps supplémentaire à l’entraînement cette semaine, si la température veut bien sûr collaborer.

La prochaine rencontre du groupe de Patrick Tardif est prévue pour dimanche prochain, alors que les Alpines de Saint-Jean seront de passage au parc Kiwanis.

On s’attend à ce que l’Américain Steven Johnson en sera à son premier départ de la campagne 2019.