Lewis Rau nommé directeur technique de Soccer Péninsule acadienne

Dans le but de développer davantage ses joueurs, en plus de mieux encadrer ses autres ressources humaines tels que les entraîneurs, Soccer Péninsule acadienne a procédé récemment à l’embauche de Lewis Rau à titre de directeur technique.

Le poste, qui se veut à temps partiel, permettra aussi à Lewis Rau de travailler auprès des cinq programmes de l’Association (Lamèque, Shippagan, Tracadie, Caraquet et Néguac) qui, faut-il le souligner, regroupe au-delà de 600 joueurs.

«Ça fait 22 ans que je m’occupe de soccer dans différents rôles, que ce soit comme entraîneur ou encore comme administrateur. Je compte apporter mon expérience. Ma description de tâche est encore à confirmer, mais mon rôle devrait consister, entre autres à mieux encadrer les joueurs et les entraîneurs afin de les aider à lancer leur saison», explique Rau.

D’ailleurs, le directeur technique entend rencontrer dans les prochaines semaines les entraîneurs des différentes équipes dans les quatre divisions de Soccer Péninsule acadienne (U-12, U-13, U-15 et U-18).

Ces équipes vont évoluer au sein de la Ligue Nord/Nord-Ouest qui comprend les associations d’Edmundston, de Grand-Sault, de Chaleur, de la Miramichi, du Restigouche et bien sûr de la Péninsule acadienne.

Le directeur général et directeur provincial de développement technique au sein de Soccer Nouveau-Brunswick, Younes Bouida, accueille évidemment la nomination de Lewis Roy avec joie.

«Idéalement, nous aimerions que chaque regroupement ait son directeur technique. Actuellement, six des 10 regroupements dans la province en ont un. Nous aimerions que les quatre autres emboîtent le pas. Nous travaillons là-dessus», soutient Younes Bouida.

Avec cette nomination, le grand décideur de Soccer NB estime que la Péninsule acadienne a choisi de se prendre en main et faire du développement une priorité.

«La Péninsule acadienne démontre qu’elle veut désormais rivaliser avec le reste de la province. Pour s’améliorer, c’est très simple, il faut investir dans le développement», mentionne-t-il.

«Un directeur technique permet non seulement un environnement positif pour le développement des jeunes, mais aussi pour les entraîneurs. Il ne faut jamais oublier que de bons entraîneurs sont la pierre angulaire d’un bon développement», soutient-il.

Younes Bouida aimerait maintenant convaincre la Péninsule acadienne de se doter d’au moins un terrain avec pelouse synthétique.

«J’aimerais que ça se fasse à court ou moyen terme. La Péninsule est l’un des rares regroupements qui n’en possèdent pas. Une telle surface a l’avantage de permettre aux jeunes de jouer dans de meilleures conditions», confie-t-il.