Jeffrey Viel récompensé par un nouveau contrat

Peu importe le niveau ou l’équipe, Jeffrey Viel ne met jamais de temps à se faire aimer par ses employeurs. Les Sharks de San Jose sont les derniers en date. Ils ont tellement aimé la façon de jouer du jeune attaquant qu’ils ont décidé de le récompenser en lui offrant un contrat plus adapté à son statut dans l’équipe.

Viel, à qui il restait pourtant une autre campagne de son pacte de deux saisons paraphé en mai 2018, était on ne peut plus heureux d’apprendre que le directeur général des Sharks, Doug Wilson, était prêt à déchirer le premier contrat et à lui en faire signer un autre de deux ans à deux volets (LNH et LAH).

«J’ai eu l’occasion de discuter avec Doug Wilson à quelques reprises dans les derniers mois et il me disait chaque fois qu’il aimait ma façon de jouer. Bien sûr, il y a encore beaucoup d’étapes à franchir avant de penser à monter en haut. Je dois surtout continuer de progresser», affirme le Rimouskois de 22 ans.

En 68 duels, Viel a récolté 11 buts et 11 passes pour 22 points, tout en purgeant 94 minutes au cachot. L’ailier gauche de 6 pi 1 po et 202 lb a ajouté un filet en quatre matchs éliminatoires.

Lors de la mise sous contrat de Viel, jeudi, Doug Wilson a souligné aux médias les qualités de leader de l’ancien capitaine du Titan d’Acadie-Bathurst.

«Jeff a très bien fait à sa première saison professionnelle avec le Barracuda et il mérite un contrat de la LNH parce qu’il présente un mélange de jeu dur et d’habiletés, tout en se dévouant corps et âme pour l’équipe. Il possède une longue feuille de route prouvant ses qualités de leader alors qu’il a même mené son club à la conquête de la coupe Memorial. Nous sommes ravis de sa progression et nous voulons le voir continuer de se développer au sein de notre organisation», a révélé Doug Wilson.

Signe qu’il figure avantageusement dans les plans de l’organisation, il fait partie des trois joueurs qui ont disputé les 68 matchs de l’équipe en 2018-2019, et la seule recrue à le faire. Les deux autres sont le meilleur pointeur du club, Alexander True, et le vétéran défenseur Kyle Wood.

«Je suis assez satisfait de ma saison, avoue Viel. Bien sûr, il y a eu une période d’adaptation. Ce n’est vraiment pas le même niveau de jeu et il y a beaucoup de compétition. À un moment donné, il y avait près d’une trentaine de gars qui gravitaient autour de l’équipe. Mais plus l’année avançait et plus mon temps de jeu augmentait. À la fin de la saison, je jouais avec Alexander True et un autre bon joueur. J’évoluais dans la deuxième vague de l’avantage numérique et je tuais des punitions.»

Selon Viel, le plus difficile pour lui aura été de s’adapter à la vitesse du jeu.

«Le temps d’exécution est beaucoup plus rapide que dans le junior. Les joueurs sont également plus rapides. Et quand tu fais une erreur, ça te coûte généralement plus cher et plus souvent que dans le junior. Tu ne peux pas te permettre de relâchement chez les professionnels», explique Viel, qui prendra part au camp de développement des Sharks (25 au 30 juin) et au camp des recrues en septembre avant le gros camp de l’équipe, pour lequel il souhaite obtenir une invitation.

A-t-il eu le temps de regarder la finale de la coupe Memorial?

«Oui, mais je ne savais pas pour quelle équipe prendre, lance Viel en riant. Finalement, j’ai réussi à regarder le match de façon neutre.»

Rappelons que son ancien entraîneur Mario Pouliot et le défenseur Noah Dobson évoluaient pour les Huskies de Rouyn-Noranda et éventuels champions, alors qu’Antoine Morand et Samuel Asselin se trouvaient dans le camp des Mooseheads de Halifax.