Un rêve sur le point de se réaliser

La Ligue de hockey junior majeur du Québec, Pierre-Vincent Guignard en rêvait déjà à l’âge de 10 ans. C’est vous dire comment le gardien de Pointe-Alexandre a hâte à la journée de samedi.

«Je suis un peu stressé», s’exclame le jeune athlète en riant.

«Ça fait tellement longtemps que j’attends ce moment. Mes parents (Marc et Marie-Michelle) sont ici avec moi et je pense qu’ils sont aussi nerveux que moi. Ils ont hâte de savoir quelle équipe va me choisir», confie le portier de 5 pieds 11 pouces et 180 livres.

Répertorié comme un éventuel choix entre les rondes 9 à 12 par le Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ, Guignard croit fermement en ses chances d’être choisi plus tôt.

Même que son petit doigt lui chuchote à l’oreille que le Titan d’Acadie-Bathurst pourrait bien être sa destination.

«Je le sentiment que le Titan va me choisir. Je suis quand même un joueur local», mentionne avec justesse celui qui portait les couleurs des Gladiators de Newbridge Academy la saison dernière.

Et Guignard pourrait bien avoir raison parce le Titan manque cruellement de relève entre les deux poteaux. Tous les gardiens de l’organisation sont actuellement âgés de 18 et 19 ans.

Et si jamais c’est le Titan qui le sélectionne, Guignard a l’intention de rentrer au bercail pour s’aligner avec le Moose du Nord dans le midget AAA.

«Ça me permettrait ainsi de pouvoir m’entraîner régulièrement avec le Titan», suggère Guignard.

Une chose est sûre, l’entraîneur-chef du Moose, Charles LeBlanc, l’accueillerait à bras ouverts.

Par ailleurs, Guignard, qui n’a toujours pas d’agent pour le représenter ne cache pas qu’il espère que son grand ami David Doucet sera aussi choisi par le Titan. Ces deux-là, il faut dire qu’ils ne se lâchent pas d’un pouce depuis 2016.

Ils ont d’abord joué ensemble avec les Blackhawks du Nord dans la Ligue bantam AAA du Nouveau-Brunswick, puis ils sont allés poursuivre leur développement en Saskatchewan avec les Hounds, toujours au niveau bantam. Et cet hiver, ils étaient à nouveau réunis au sein à Newbridge Academy.

«Nous vivions dans la même pension cet hiver à Halifax, souligne Guignard en riant. Nous nous sommes justement parlé de cette possibilité de se faire repêcher par la même équipe.»

Petite anecdote en terminant au sujet de Guignard. La maison familiale du jeune gardien est située tout juste à côté de celle où a grandi l’autre vedette locale de Pointe-Alexandre, un certain Dominic Noël.

Comme quoi le monde est petit.