L’Heureux était la pièce maîtresse des Wildcats

Les Wildcats de Moncton ont créé une petite surprise lors du repêchage de samedi à Québec en sélectionnant l’attaquant Zachary L’Heureux au troisième rang, et ce, même si le jeune patineur québécois était classé cinquième par la Centrale de soutien au recrutement. Mais pour le directeur du recrutement Ritchie Thibeau, le produit des Grenadiers de Châteauguay était le joueur visé depuis le début.

«Il est mon choix depuis longtemps. Dans mon évaluation, c’est déjà un Wildcats. C’est un gars qui travaille dur et qui veut gagner à tout prix. Quand je le voyais, je pensais à un gars comme Jonathan Aspirot, qui est un vrai Wildcats», raconte celui qui occupe aussi le poste de directeur général adjoint chez les Wildcats.

«Je n’ai jamais changé d’idée. C’est le gars que je voulais depuis le début de l’année. Je le voyais parfaitement avec un chandail des Wildcats sur le dos.»

L’Heureux a connu toute une saison dans le midget AAA, comme l’indique son dossier de 21-31=52 en 41 rencontres en 2018-2019 et ses 72 minutes de pénalité.

Le hockeyeur originaire de Mercier était encore fébrile, mardi après-midi.

«Je suis encore excité. Même si elles sont moins intenses que samedi, il y a encore pas mal d’émotions», affirme-t-il.

«C’est sûr que j’étais peut-être un peu surpris de partir troisième, mais je voulais surtout vivre le moment avec ma famille. J’étais extrêmement heureux d’avoir entendu mon nom. Moncton, c’est tellement une belle ville et c’est aussi une belle organisation. Je n’aurais pas pu demander mieux», ajoute l’athlète de 5 pieds 10 pouces et 190 livres.

L’Heureux avait bien senti l’intérêt des Wildcats à son endroit avant le grand moment.

«J’ai eu une entrevue avec eux le vendredi et ça s’est bien passé. Je savais qu’il y avait de l’intérêt de leur côté parce qu’ils ont aussi parlé avec mon agent. Mais je n’avais aucune idée qu’ils allaient me repêcher.»

Plusieurs observateurs le décrivent comme un attaquant de puissance, une étiquette qui ne lui pose aucun problème.

«Je pense que ce n’est pas une mauvaise description du tout. Je suis un gars qui est quand même assez offensif, qui a un bon physique et qui gagne ses batailles dans les coins. Mais je suis aussi un gars qui est capable de jouer un rôle plus défensif. Je peux jouer en désavantage numérique et bloquer des tirs.»

Le joueur de centre âgé de 16 ans n’a aucune appréhension à l’idée de quitter sa ville et sa province natale à destination de l’Acadie.

«Je suis en partie anglophone (ses parents sont bilingues) et la langue, ce n’est pas quelque chose qui me dérange. C’est sûr que c’est quand même assez loin de chez moi, mais ça ne m’inquiète pas non plus. Je sais que je vais pouvoir rester en contact avec mes parents et mes amis. Je sais qu’ils vont venir souvent me voir jouer.»

Zachary L’Heureux se dit parfaitement conscient que le hockey junior représente un gros pas en avant en matière de calibre.

«C’est certain que ça me prendre un bon été dans le gymnase. Je sais que le niveau de jeu est une bonne coche plus élevée. Je devrai m’adapter rapidement à la vitesse du jeu et mon temps de réaction», explique-t-il.

«Ce serait la meilleure chose pour mon développement de jouer avec les Wildcats dès l’an prochain. Je vais travailler fort cet été pour arriver prêt au camp d’entraînement. C’est la prochaine étape dans mon cheminement et j’ai juste hâte de commencer.»