Nicholas Sheehan revient de loin

Il n’y a pas si longtemps, Nicholas Sheehan, mangeait son pain noir dans le circuit midget AA. Six mois plus tard, le gardien de Moncton cogne aux portes de la LHJMQ. Voici l’histoire d’un gars qui n’a jamais lâché.

Au début de la saison 2018-2019, Nicholas Sheehan vivait la plus grosse déception de sa vie.

À son premier camp dans le midget AAA, on lui apprend que les Flyers de Moncton vont faire confiance à deux gardiens de but qui sont déjà repêchés par des équipes de la LHJMQ (Mathieu Savoie et Jacob LeBlanc).

Pour l’athlète originaire de Moncton, c’est un véritable coup de poing dans l’estomac.

«Je me suis fait retrancher après le tournoi préparatoire (le Jamboree). Comme mon père (Denis Sheehan) dirigeait les Thunderbirds de Moncton, j’ai décidé d’aller jouer avec eux», raconte-t-il.

«J’étais très déçu. J’ai fait des appels à Bathurst et à Saint-Jean pour essayer de me trouver une place dans le midget AAA, mais ils avaient déjà tous leurs deux gardiens. Je pensais vraiment que c’était fini pour moi.»

Un appel en provenance de la ville portuaire allait changement sa vie.

«En décembre, les Vitos de Saint-Jean ont perdu un gardien et ils m’ont appelé pour joindre leur équipe. Mes rêves sont revenus. J’étais tellement content. Je connaissais déjà quelques gars dans l’équipe et j’ai été vraiment bien accepté», explique-t-il.

«J’ai tout de suite commencé à bien jouer et ils m’ont donné le poste de gardien numéro un. Ça m’a un peu surpris parce que je ne savais que j’allais m’adapter aussi vite. »

En saison régulière, le portier de 5 pieds 8 pouces et 140 livres a présenté un dossier de 4-3, une moyenne de 4,57 avec une formation très ordinaire.

Et Nicholas Sheehan s’est remis à rêver à la LHJMQ.

Il a même décidé de se rendre à Québec pour assister au repêchage annuel du circuit Courteau en fin de semaine dernière, sans avoir aucune assurance s’il entendrait son nom ou pas.

«Je me suis dit que j’allais aller à Québec pour vivre cette expérience, même si je ne suis pas repêché. Je voulais quand même vivre ça avec mes parents et mes amis. Plus les rondes passaient, plus je devenais nerveux. Je me demandais ce qui allait arriver.»

En sixième ronde, il a finalement entendu les mots magiques en provenance du plancher du Centre Vidéotron.

«Les Wildcats de Moncton sélectionnent, du Vito’s de Saint-Jean, Nicholas Sheehan.»

Ce fut ensuite un tourbillon d’émotions, de cris et de larmes dans les gradins.

«J’étais vraiment content de finalement être repêché. C’est surtout un sentiment de soulagement. J’avais des doutes que j’allais me faire repêcher parce que j’avais parlé à plusieurs équipes. J’avais parlé aux Wildcats plusieurs fois, mais je n’étais pas certain s’ils étaient intéressés à moi ou non. C’est un bel honneur de se faire choisir par une aussi belle organisation», affirme-t-il.

Pour un jeune qui a grandi avec un gilet des Wildcats sur le dos, le rêve devenait réalité.

«Quand j’étais jeune, on avait des billets de saison et on allait voir beaucoup de parties. Mon gardien favori était Nicola Riopel. J’aimais son style de jeu et il était dominant. J’ai réalisé mon rêve d’enfant et j’ai hâte de montrer à mes parents que tous les sacrifices qu’ils ont faits depuis que je suis jeune ont valu la peine.»

Sauf que Nicholas Sheehan réalise qu’il n’a encore rien gagné, si ce n’est une invitation au prochain camp d’entraînement de l’équipe de John Torchetti.

«J’espère faire l’équipe l’an prochain à 17 ans. En attendant, je veux devenir leur troisième gardien. À mon premier camp, je veux leur montrer que je suis un bon gardien et que je travaille fort chaque fois que je saute sur la patinoire.»

Avec tout ce qu’il a vécu cette année, vous pouvez être certain qu’il aura un sourire gros comme la terre quand il posera le patin sur la surface glacée pour la première fois en août prochain.

Pour lui, ce sera le début d’une autre belle aventure.