Yan Aucoin avec le Titan: l’Acadien des îles ne sera pas dépaysé

Parmi les trois vétérans que Sylvain Couturier est allé chercher via le marché des transactions, la veille du dernier repêchage, le défenseur Yan Aucoin est probablement celui qui mettra le moins de temps à se familiariser avec l’Acadie.

D’abord parce qu’il a vu le jour à Fatima, sur les Îles-de-la-Madeleine, où la façon de vivre des Madelinots n’est pas sans rappeler celle des Acadiens de la Péninsule acadienne.

Ensuite en raison de sa passion pour la pêche, activité qu’il pratique après chaque saison de hockey en compagnie de son frère Alex, qui a porté momentanément les couleurs des Saguenéens de Chicoutimi en 2007-2008, et de son père Eudore, qui a dirigé les Albatros du Collège Notre-Dame dans la Ligue midget AAA du Québec.

Même que son père a dirigé Vincent Arseneau, un autre produit des Îles, lors de son passage dans le bantam AAA. Aucoin vient donc d’une véritable famille de hockey.

Et c’est sans oublier, même si ç’a été envoyé à la blague par l’auteur de ces lignes, qu’il sait déjà ce qu’est le Dixie Lee puisqu’il s’en trouve un aux Îles.

Aucoin, dont la famille habite désormais à Rivière-du-Loup, était justement à Fatima lorsque joint par le journal.

«Je suis à la fin de ma saison de pêche, affirme le colosse de 6 pieds 2 pouces et 215 livres. Nous pêchons le crabe. J’en ai encore pour environ deux semaines semaines, puis je m’en vais à Québec pour préparer ma saison de hockey.»

Même s’il n’est officiellement un Titan que depuis une semaine, ça faisait déjà quelques mois qu’il se doutait qu’il allait compléter sa carrière junior en terre acadienne.

«Les rumeurs circulaient depuis déjà un bout, dit-il. J’en entendais régulièrement parler.»

Avec le Titan, son rôle sera sensiblement le même qu’à Baie-Comeau. Affronter les meilleurs trios adverses et apporter une présence physique.

«Je suis un défenseur à caractère défensif. Avec ma taille et mon poids, c’est un peu normal qu’on s’attende à ce que j’apporte un aspect robustesse. J’ai parlé avec Mario Durocher et il m’a dit qu’il s’attendait à m’utiliser contre les meilleurs trios des autres équipes. Il aimerait aussi que j’apporte du leadership auprès des jeunes», révèle celui qui est représenté par l’agent Paul Hamel.

Les Benjamin Roode, Cole Larkin et Zach Biggar vont sûrement profiter du leadership et de l’expérience d’Aucoin. Idem en ce qui concerne Jérémy Diotte, l’autre arrière de 20 ans acquis par le Titan.

Aucoin anticipe d’ailleurs avec joie l’idée de faire partie de la reconstruction d’une équipe qu’il estime pleine de talent.

«Déjà la saison dernière, tu pouvais voir que l’avenir s’annonçait bien avec les jeunes en place. C’est ma dernière année dans le junior et j’aimerais laisser un bel héritage comme ç’a été le cas à Baie-Comeau», mentionne le vétéran.

Invité à nous parler de Shawn Element, Aucoin ne s’est pas fait prier pour vanter son ami.

«Ça fait trois ans que nous jouons ensemble et Shawn est devenu l’un de mes très bons amis. C’était même moi qui le voyageait à l’aréna et à l’école à sa saison recrue. Les gens vont l’aimer à Bathurst. C’est un gars qui joue un peu comme Jeffrey Viel», indique-t-il.

«Et de ce que je sais de Jérémy Diotte, pour l’avoir affronté souvent dans les dernières années, je sais que c’est un défenseur solide qui va sûrement beaucoup aider le Titan», ajoute Aucoin.

En 272 rencontres dans la LHJMQ, séries éliminatoires incluses, Yan Aucoin montre une fiche de 11 buts et 53 passes pour 64 points. Le Drakkar en avait fait son choix de deuxième ronde (31e au total) en 2015.