Coupe du monde féminine: les Américaines font jaser d’elles

Les frasques de l’équipe américaine face à la Thaïlande ont beaucoup fait réagir les passionnées de foot d’un peu partout à travers le monde. Menée par les cinq buts d’Alex Morgan, les États-Unis ont lessivé leur adversaire 13 à 0 le 11 juin à Reims.

Leurs célébrations ont fait jaser la planète foot depuis.

En Acadie, les opinions sont partagées.

«On peut voir les deux côtés de la médaille», avance la Colombienne Sara Ramos.

«Je comprends le point de vue des Américaines de vouloir compter le plus de buts possible. On ne peut pas leur dire de ne pas marquer de buts, c’est la Coupe du monde, ajoute-t-elle «Mais quand tu joues contre des équipes qui n’ont pas le même niveau, qui se sont qualifiées dans une région où le foot n’est pas aussi important. On devrait faire plus attention. Au foot, il y a un fair-play implicite, qui ne veut cependant pas dire de ne pas jouer à 100%, parce que ça aussi c’est montrer du respect à l’autre équipe.»

Celle qui joue au foot depuis plus de 15 ans estime que les Américaines auraient pu faire preuve d’un peu de retenue.

«Après le 9e ou le 10e but, elles n’avaient pas besoin de célébrer comme ça. La différence de but compte à la Coupe du monde. Marquer 13 buts, c’est correct. Mais pourquoi célébrer le 13e but? Je pense que c’est un peu excessif. Même si c’est ton premier filet en coupe du monde, si c’est le 13e de ton équipe, le reste de l’équipe n’a pas besoin de célébrer autant.»

Madison Ferguson est du même avis.

«Je pense que c’était un peu exagéré. C’est comme si elles célébraient le but gagnant de la Coupe du monde. Je suis certaines qu’elles sont heureuses d’avoir gagnées, mais il y a des limites.»

Maya Arseneau parlait de son côté de l’importance de l’esprit sportif.

«Je sais qu’elles étaient contentes, mais après neuf buts, ça commence à devenir un peu trop. Elles auraient pu continuer à jouer aussi fort, mais à se calmer un peu au niveau des célébrations», souligne la joueuse de Soccer Dieppe.

«Le fair-play est important au soccer et je pense que l’équipe des États-Unis n’en a pas beaucoup montré dans ce match.»

Pour Shannie Chiasson, ce genre de pointage est erreur de parcours.

«Je n’aime pas les parties comme ça. Moi, j’aime quand ce sont des parties serrées. Tout le monde est plus dans le match et c’est beaucoup plus intéressant.»

Renée Gauvin comprend le point de vue des deux équipes.

«C’est la Coupe du monde, il n’y a pas de problème à marquer 13 buts dans un match. Mais tu dois avoir du respect pour ton adversaire. Tu joues sur la scène internationale. C’est déjà dur à avaler de perdre 13 à 0 devant le reste du monde, quand on voit l’autre équipe célébrer chaque but comme si c’était le but victorieux en finale, ça laisse certainement un goût amer.»