La coupe Stanley pourrait faire un tour à Moncton

Rien n’est encore coulé dans le béton, mais il se pourrait bien que la Coupe Stanley vienne faire un petit tour à Moncton cet été. C’est du moins le souhait de l’entraîneur des gardiens de but des Blues de St-Louis, David Alexander.

L’homme de hockey originaire de Moncton a été l’un des architectes du triomphe ultime de la formation du Missouri la semaine dernière.

Il a permis à ses deux portiers, Jake Allen (originaire de Fredericton) et surtout Jordan Binnington (finaliste pour le titre de recrue de l’année dans la LNH), de performer à leur plus haut niveau.

Celui qui est diplômé en enseignement de l’Université du Nouveau-Brunswick dit flotter sur un nuage depuis la victoire aux dépens des Bruins de Boston.

«Depuis qu’on est revenu à St-Louis, les gens ont été incroyables. On n’a pas le choix de réaliser ce qui vient de se passer», raconte-t-il.

«J’ai vu des voisins qui faisaient flotter le drapeau de l’équipe dans leur cour arrière ou qui réécoutaient les parties de la finale sur le web ou à la télévision. C’est difficile de ne pas se laisser emporter par les émotions», rigole celui qui a amorcé sa carrière d’entraîneur avec son père John à Moncton.

«Cette coupe signifie plusieurs choses pour moi. Ma famille a fait beaucoup de sacrifices pour arriver à ce point. Le chemin a été long et sinueux pour tout le monde de l’organisation. Ce titre se veut une célébration pour les deux côtés de ma famille», exprime Alexander.

«Le sentiment qui m’habite le plus est la gratitude, que ce soit envers mon épouse, mes parents ou le reste de ma famille. Nous avons tous vécu une semaine incroyable.»

L’homme de hockey néo-brunswickois a pourtant bien failli rater le grand moment lors du match ultime.

«J’étais au dernier étage de l’édifice avec le reste des dirigeants dans les derniers instants du dernier match. Comme on menait 3 à 0, Larry Robinson (un conseiller chez les Blues) m’a dit de foutre le camp pour me rendre dans le vestiaire de l’équipe», lance-t-il en rigolant.

«Ça m’a pris au moins 10 minutes pour descendre au niveau de la glace. L’ascenseur s’est arrêté au septième étage et les Bruins ont marqué un premier but. Je ne savais plus si je devais remonter ou continuer à descendre!», ajoute l’entraîneur des gardiens.

«J’ai littéralement couru autour de la patinoire pour enfin arriver au vestiaire dans les derniers instants du match. J’étais vraiment soulagé de voir que nous avions finalement gagné!»

David Alexander s’est dit impressionné par l’attitude de son compatriote Jake Allen durant les séries, même s’il n’a pas joué.

«Quand un athlète ne joue pas, ça peut devenir très facile d’être négatif et de bougonner, mais Jake a pris l’approche contraire. Il a été un professionnel jusqu’au bout. Il a travaillé plus fort que vous ne l’imaginez», assure-t-il.

«Il a énormément aidé Jordan (Binnington) et je sais qu’ils sont devenus des amis très proches pendant les séries. Jake a un une grosse influence sur la victoire de plusieurs façons.»

David Alexander souhaite faire découvrir la ville de Moncton à la Coupe Stanley.

«On ne connaît pas encore l’horaire de la coupe. J’ai beaucoup de travail à faire à St-Louis durant l’été pour préparer la prochaine saison. Une fois que tous les détails seront dévoilés, j’aurai sans doute une meilleure idée si c’est possible ou non.»

Alexander en était à sa deuxième saison avec les Blues.

En saison régulière, ses protégés ont terminé au cinquième rang au niveau des buts alloués et une moyenne de 2,68.

Le partant Jordan Binnington a été finaliste pour l’obtention du trophée Vézina, après avoir conservé une moyenne de 1,89 et une efficacité de ,927 en 2018-2019.

En séries, il a établi un nouveau record pour un gardien recru avec ses 16 victoires.

Son partenaire, le Néo-Brunswickois Jake Allen, a aussi connu une belle campagne loin du domicile des Blues, comme en témoigne sa moyenne de 2,26 (8e) et son efficacité de ,924 sur les patinoires ennemies.

Avant d’atteindre la LNH à Saint-Louis, Alexander a passé quatre saisons avec le Crunch de Syracuse, dans la Ligue américaine de hockey (LAH).

Le Crunch a atteint la finale de la Coupe Calder en 2016-2017, mais s’était incliné en six rencontres face aux Griffins de Grand Rapids.

Il a également travaillé pendant cinq campagnes avec les Black Bears de l’Université du Maine.

Il est également cofondateur du groupe NetWork Goaltending, un organisme qui fait la promotion des meilleures techniques d’enseignement pour les gardiens de but.

Le groupe organise la plus importante école de hockey pour portier au monde, avec notamment Ben Bishop (Stars de Dallas), Robin Lehner (Islanders de New York), Jake Allen (Blues de St-Louis), Brian Elliot (Flyers de Philadelphie), Jimmy Howard (Red Wings de Detroit), Scott Darling (Hurricanes de la Caroline), Kari Lehtonen (Stars de Dallas) et plusieurs autres.

David Alexander occupe également le poste de directeur du développement de l’école de gardien Alexander Goaltending, basée à Moncton.

Cette entreprise familiale forme des gardiens de but depuis plus d’un quart de siècle au Nouveau-Brunswick.