Taekwondo: Emmanuelle Boudreau sur la plus haute marche

Une athlète de la région de Dalhousie Junction, Emmanuelle Boudreau, a réussi tout un exploit en montant sur la plus haute marche du podium lors des derniers Championnats Pan-Am de Taekwondo.

Le tournoi qui a eu lieu la semaine dernière à Portland en Oregon mettait en scène près de 900 des meilleurs athlètes de cette discipline des Amériques. La jeune femme âgée de 24 ans, qui est de retour dans la province après un exode de quatre ans à Ottawa où elle a étudié en kinésiologie, portait pour l’occasion les couleurs du club de Taekwondo Patrick Soucy d’Atholville qui l’entraîne depuis une douzaine d’années. Son combat, elle l’a remporté dans la catégorie senior féminine 73kg et plus face à une représentante américaine, donc devant une foule hostile.

Ceinture noire triple dan, la jeune athlète néo-brunswickoise est une habituée des compétitions internationales. Triple championne canadienne niveau senior et une fois chez les juniors, elle a représenté le pays à plusieurs occasions sur la scène mondiale et ramenée avec elle quelques médailles. Cela dit, celle de la semaine dernière est toutefois sa première d’or à l’international. Elle constitue un baume certain pour l’athlète qui a dû composer avec deux défaites crève-cœur plus tôt cette année.

Cette dernière a en effet échappé son titre de championne canadienne en finale, une première défaite après trois années de victoires, qui l’a privée d’une participation au Championnat mondial. L’histoire s’est répétée également pour la sélection des Jeux Pan-Am (qui auront lieu plus tard cet été), une autre défaite en finale.

«C’était une année chargée avec deux grosses compétitions, et dans les deux cas, je suis passée à un cheveu de remporter mes combats en finale. Ç’a été difficile de composer avec ça. Disons que ma médaille d’or fait du bien, plus qu’en temps normal», confie l’athlète pour qui il s’agissait en quelque sorte d’un retour à la compétition active puisqu’elle avait mis cet aspect de côté le temps de ses études.

Après ses deux déceptions en finales, elle a pris quelques mois pour guérir une blessure et se concentrer mentalement sur les Championnats Pan-Am. Le repos aura visiblement été bénéfique.

Bien qu’elle s’entraînait depuis quelques mois dans la région d’Ottawa, Emmanuelle combattait toujours pour le Nouveau-Brunswick ainsi que pour le club Patrick Soucy. Sa médaille d’or est d’ailleurs la première pour le club sur la scène internationale.

«C’est un très bel honneur pour nous. Emmanuelle a toujours été une excellente ambassadrice et là, elle nous ramène une belle médaille. Avant ce combat de championnat, Emmanuelle était classée 57e au niveau mondial. Elle devrait du coup gagner quelques échelons et c’est un honneur amplement mérité», indique son entraîneur, Patrick Soucy, qui l’entraîne.

La délégation canadienne – pour laquelle Patrick Soucy agissait comme entraîneur – a remporté un total de trois médailles d’or et deux d’argent.

Pour ce qui est d’Emmanuelle, elle entend continuer son conditionnement durant l’été et reprendre son entraînement de taekwondo à l’automne dans le but de reconquérir son titre de championne canadienne au début de 2020.