André Goguen: une odyssée jusqu’à Berlin

Ce n’est peut-être pas un hasard si l’Acadien André Goguen a complété ses études secondaires à l’école l’Odyssée, de Moncton. L’athlète âgé de 23 ans se trouve aujourd’hui au beau milieu d’une véritable odyssée, un périple qui l’a mené jusqu’en Allemagne.

Le joueur de ligne offensive originaire de Moncton porte les couleurs des Aigles de Berlin, dans la ligue de football allemande.

Il dit vivre une expérience incroyable dans un pays riche en histoire.

«L’an passé, une équipe de France m’a contacté et j’ai commencé à envisager la possibilité d’aller jouer en Europe», raconte le colosse de 6 pieds 1 pouce et de 315 livres.

Celui qui a passé cinq saisons avec les Mounties de l’Université Mount Allison est devenu le premier joueur de l’histoire du programme de football des Olympiens de l’école l’Odyssée à signer un contrat au niveau professionnel.

«J’ai contacté plusieurs équipes en Europe et j’ai finalement décidé de jouer pour les Aigles (Adler en allemand) parce que c’est une équipe bien connue et respectée. Berlin est aussi une ville superbe», ajoute-t-il.

Les Aigles ont remporté le Championnat d’Europe en 2010 et en 2014, en plus d’être finalistes en 1991 et 2011.

Le club fondé en 1979 a de plus mis la main sur six championnats de la ligue allemande, soit en 1987, 1989, 1990, 1991, 2004 et 2009.

«Le calibre de jeu n’est pas aussi élevé qu’au Canada, mais il y a beaucoup de bons joueurs. Le football en Allemagne est évidemment un peu différent de chez nous (le terrain est plus petit, notamment)», explique André Goguen.

«Mon rôle n’est pas seulement d’être un joueur. J’ai la responsabilité d’aider les entraîneurs à préparer l’équipe avec la révision de films de parties et au développement des jeux. Je suis aussi entraîneur de l’équipe U-16 de Berlin», ajoute le numéro 55 des Aigles.

L’Acadien dit raffoler de son nouveau milieu de vie.

«Berlin est une ville artistique avec des cultures qui viennent du monde entier. Il y a tellement de choses à voir et à faire. La seule chose que je n’aime pas, c’est le transport en commun. On peut aller partout dans la ville, mais ça prend beaucoup de temps.»

Côté football, tout se déroule comme sur des roulettes pour l’ancien des Olympiens.

«Les entraîneurs font de leur mieux pour parler anglais dans le vestiaire afin de bien intégrer les joueurs importés. Mais une grande partie des activités quotidiennes se déroulent quand même en allemand», explique-t-il.

Même s’il dit vivre une expérience exceptionnelle, André Goguen mettra probablement le cap sur la Nouvelle-Écosse en 2020.

«Je pense que ce sera ma seule saison en Europe. J’amorce dans ma deuxième année de droit à l’Université Dalhousie en septembre. J’aimerais donc obtenir un poste dans le domaine juridique l’été prochain afin de préparer mon avenir», indique le joueur acadien.

Mais avant de plier bagage en direction de l’Amérique, André Goguen entend bien profiter au maximum de ses derniers moments sur le vieux continent.

«J’ai une pause de trois semaines à partir de la semaine prochaine et mon plan est de visiter le reste de l’Allemagne et les pays voisins. Je conseille aux jeunes de tenter l’expérience s’ils en ont la chance», poursuit-il.

«C’est une excellente occasion d’utiliser le football pour gagner un peu d’argent, voir le monde et rencontrer des gens formidables.»