Dominic Babineau prépare le premier gala Don’t Blink

Dominic Babineau n’est pas qu’un bon boxeur, c’est aussi un homme avec de la suite dans les idées.

En passant, rarement a-t-on vu un nom aussi justifié que Don’t Blink, le gymnase qu’il a ouvert en février dernier en compagnie de sa conjointe Michelle Trecartin. Non seulement le gymnase de Dieppe s’est doté d’une écurie de pugilistes amateurs et professionnels en quelques clignements d’yeux, mais le voilà qui se lance maintenant dans la promotion de galas pro-am à compter du mois d’août.

Bien sûr, Don’t Blink, c’est aussi le surnom que le pugiliste de Richibucto-Village s’est lui-même affublé dès ses débuts professionnels. C’était dans l’ordre des choses que le gymnase soit baptisé pareillement.

L’idée d’un gymnase, d’une écurie de boxeurs et de l’organisation de galas, Dominic Babineau en rêvait depuis quelques années.

«Quand nous avons acheté le gymnase, c’était déjà dans les plans d’organiser des galas», révèle celui qui laissera toutefois le travail de promoteur à d’autres personnes de son équipe.

«Ça fait trois ans qu’on y songeait. Nous sommes pas mal excités. C’est sûr qu’on se lance dans une grande aventure», déclare-t-il.

«Dans les derniers mois, j’ai réalisé plusieurs de mes rêves avec l’ouverture du gymnase, la création du club et maintenant cette licence de promoteur. Ça va me permettre d’avoir un meilleur contrôle sur ma carrière. Ça me donne aussi l’occasion de rêver encore plus. Nous n’aurons plus à négocier avec des promoteurs qui nous donnent de la misère», indique le champion international des superplumes de la CPBC (Canadian Professional Boxing Council).

Même si la date n’est pas encore officielle, le premier gala des promotions Don’t Blink devrait avoir lieu le samedi 24 août au Centre Kent-Nord Impérial de Richibucto.

En finale, Babineau (11v, 1d) affronterait le Néo-Écossais Joey Laviolette (11v, 2d) pour le titre des superplumes de la CNBA (Canadian National Boxing Authority).

À noter qu’il s’agit du même duel prévu dans le gala du 19 juillet, toujours à Richibucto, que le promoteur Ian MacKillop a dû récemment annuler.

«Ça va définitivement être mon plus important combat à vie. J’ai l’intention d’en mettre plein la vue. Les gens n’ont pas encore vu la moitié de ce que je peux faire dans un ring. Joey Laviolette va faire sortir le meilleur du moi», indique le boxeur de 27 ans.

Il s’agit pour l’instant du seul combat de confirmé pour ce premier gala. Jani Babineau, la sœur de Dominic, sera elle aussi du rendez-vous, mais elle est dans l’attente de l’identité de son opposante. La majorité de la carte devrait être connue d’ici la fin juillet. Pour cette première, on envisage une soirée de trois ou quatre combats amateurs, ainsi que de trois duels professionnels.

«L’équipe travaille actuellement pour trouver des boxeurs. Pour ma part, comme je n’ai pas le droit de faire la promotion parce que je suis un combattant sur la carte. Mon travail d’ici le gala sera de me mettre en forme, de bien boxer et d’aller chercher la ceinture», raconte Babineau.

Par ailleurs, Babineau a bien pris soin de préciser qu’il continuera de livrer des combats pour d’autres promoteurs.

«Ça c’est certain. Je veux gagner ma vie avec la boxe et si je gagne la ceinture contre Laviolette, je veux la défendre le plus souvent possible. Je vois même ce titre canadien comme une porte d’entrée pour des combats plus importants sur la scène internationale», souligne Dominic Babineau.