Le groupe Fou Braque remporte la Voix des Groupes

La délégation Madawaska-Victoria a raflé la bannière de La Voix des Groupes pour une deuxième année consécutive grâce à l’électrisante performance de la formation musicale Fou Braque.

L’événement phare du volet artistique de la 40e Finale des Jeux de l’Acadie s’est conclu samedi soir, au Centre E.& P. Sénéchal, à Grand-Sault.

Quelques centaines de spectateurs privilégiés ont assisté aux prouesses musicales et scéniques des jeunes artistes qui ont pris part à la compétition.

«Il y a avec le groupe Fou Braque une belle chimie et une telle présence sur scène, leur performance était électrisante», a raconté Mélissa L.-Thibault, l’une des responsables de la Voix des Groupes.

À son dernier tour de piste dans le cadre des Jeux de l’Acadie, la chanteuse Marie-Ève Caron a affirmé savourer à nouveau la victoire qui était amplement méritée selon plusieurs.

«Peu importe le résultat final, ce qui comptait c’était d’offrir une belle performance, et c’est ce qu’on a fait sur scène», a raconté l’ancienne lauréate du Tremplin de Dégelis, du Sommet de la chanson de Kedgwick et du concours Accros de la chanson.

«Il y avait de l’émotion et de la fébrilité comme s’il s’agissait d’une première expérience musicale», a ajouté celle qui sera très bientôt de retour sur scène avec la troupe du spectacle l’Acadie des terres et forêts en fête.

Les jeunes participants de la Voix des Groupes ont tous eu la chance de profiter des judicieux conseils des chanteurs Wilfred LeBouthilier et Jean-Marc Couture durant leur passage à la Finale des Jeux de l’Acadie.

«Je crois que nous avons aidé ces jeunes à s’améliorer avec les petits trucs du métier que nous avons partagé avec eux. Ils étaient ici pour apprendre, c’était enrichissant pour eux et gratifiant pour nous», a affirmé Jean-Marc Couture, qui s’apprêtait à monter sur scène lors des cérémonies de clôture des 40es Jeux de l’Acadie.

«Honnêtement, c’était étonnant de voir des jeunes en bas âge avec autant de talent, j’ai été très impressionné», a raconté à son tour Wilfred LeBouthilier.