Shawn Element s’amène avec le Titan pour gagner

Shawn Element, tout comme Yan Aucoin d’ailleurs, aime donner son opinion dans un vestiaire de hockey. Il est du genre à dire les choses telles qu’elles sont, en toute franchise. Ça adonne bien, l’organisation du Titan d’Acadie-Bathurst compte beaucoup sur le leadership de ces deux joueurs pour faire grandir rapidement les plus jeunes.

Element ne s’en cachera pas, il s’en vient à Bathurst pour gagner. Il lui reste deux années junior à disputer et il compte bien les compléter avec au moins une coupe du Président en poche. Et pourquoi pas une coupe Mémorial.

Une bonne conversation avec Sylvain Couturier et Mario Durocher pendant le week-end du repêchage midget à Québec, les souvenirs qu’il retient des deux affrontements contre sa nouvelle équipe la saison dernière, de même qu’un coup d’oeil sur les nombreux jeunes de talent qui devraient se greffer au club lui font croire que la saison 2020-2021 sera la bonne. Selon lui, ça augure bien.

D’ici là, même si quelques surprises pourraient survenir au camp d’entraînement afin de faire de la place aux jeunes, Element croit sincèrement que le Titan peut causer sa part de surprises cet hiver.

Vous aurez probablement déjà compris que Shawn Element ne s’en vient pas à Bathurst pour jouer au touriste. Et comme il rêve à une carrière professionnelle, il compte bien mettre les bouchées doubles pour augmenter sa valeur aux yeux des recruteurs.

«Les gens n’ont pas encore vraiment vu ce dont je suis capable de faire dans un rôle offensif, dit-il. Depuis mes débuts dans la ligue, j’ai principalement joué dans un troisième trio et mon rôle était surtout défensif en plus d’apporter un élément de robustesse. Cela dit, j’ai quand même eu l’occasion de jouer à l’occasion avec des gars comme Gabriel Fortier et Nathan Légaré, qui ont été repêchés assez tôt par des clubs de la Ligue nationale, et j’ai donc déjà goûté un peu à ça, un rôle offensif.»

Pour obtenir l’attaquant de 6 pieds et 190 livres, le Titan a dû redonner ce qu’il avait reçu quand il avait cédé Ethan Crossman au Drakkar l’hiver dernier. On parle ici de choix de premier et de deuxième tour en 2021, ainsi que la sélection de troisième ronde de 2019.

«Ça démontre que le Titan me voulait parce qu’il a payé cher. En même temps, j’ai l’intention de prouver que le prix n’était pas si élevé. Je veux qu’on me voie comme une aubaine», affirme Element, qui compte Yan Aucoin et Mathieu Desgagnés parmi ses meilleurs amis.

«Je suis prêt pour le défi qui m’attend à Bathurst. J’ai quand même marqué 17 buts dans un troisième trio l’an dernier. Je compte aussi continuer de jouer selon mon style et d’utiliser mon physique. Je veux montrer l’exemple. Je sais que des recruteurs me comparent à Jeffrey Viel. À mes yeux, c’est un très beau compliment», souligne le hockeyeur originaire de Victoriaville.

Au bout du fil, on sent qu’Element est on ne peut plus heureux de son sort. Rien à voir avec les rumeurs qui circulaient à son sujet, comme quoi il n’était pas très entiché à l’idée de se joindre au Titan. L’organisation l’a rapidement rassuré, particulièrement sur la façon dont il pourra poursuivre ses études.

Mais au-delà de tout ça, il y a cette invitation au camp des recrues des Blackhawks de Chicago en septembre qui l’enchante au plus haut point.

«J’ai appris cette très bonne nouvelle hier après-midi (jeudi) après mon entraînement. Ce sera pour moi un premier camp professionnel. L’an dernier, j’avais non seulement été déçu de ne pas avoir été repêché, mais je n’avais également reçu aucune invitation. Là, je suis invité par une bonne équipe et avec le genre de saison que les Blackhawks ont connu ils vont probablement faire monter des jeunes», confie-t-il.

«On ne sait jamais ce qui peut arriver. Philippe Myers a bien réussi à signer un contrat après une invitation du même genre», ajoute le hockeyeur âgé de 19 ans.