Les maîtres de la 52e traversée du Festival des rameurs de Petit-Rocher

L’équipe masculine Doucet Contracteur de Bois et les rameuses de Roy’s Trucking ont remporté les honneurs, samedi, lors de la 52e traversée du Festival des rameurs de Petit-Rocher.

Environ 200 personnes se sont rassemblées, malgré le ciel nuageux, afin d’accueillir et célébrer l’exploit des participants.

Vers 11h15, c’est-à-dire 2h52m05s après le signal de départ, Denis Guitard, Stephan Doucet, René Arseneau et Paul Bryar, de l’équipe Doucet Contracteur de Bois, ont donné leurs derniers coups de rame.

«Ça été une très belle traversée, la mer était vraiment calme et le courant modéré. C’est plutôt rare que cela arrive, a noté M. Guitard, le capitaine. Il y avait un haut taux d’humidité, mais en revanche, le soleil ne plombait pas, donc c’était un peu plus facile pour nous.»

Derrière les champions, le bateau de Lady Albertine a franchi la ligne d’arrivée à peine deux minutes plus tard (2h54m08s.)

La troisième position a été accordée à Amigo Pièces d’auto avec un chrono de 2h55m02s.

Chez les femmes, Mélanie Hachey, Karine Roy, Danielle Aubé, Tanya Paradis et Marlene Parker, de l’équipe Roy’s Trucking, ont été les premières arrivées, mettant 3h16m40s à parcourir le trajet.

L’équipe Moulin à Scie Boudreau et l’équipe Power Girls ont pris le deuxième et troisième rang respectivement.

Mme Hachey, la capitaine de l’équipe gagnante, a noté que la traversée s’est relativement bien déroulée, malgré un accrochage assez important dans la première heure de compétition.

«Ça s’est bien passé, malgré qu’on s’est accroché dans un autre bateau féminin qui était près de nous, a-t-elle raconté. Nos rames se sont entremêlées dans les leurs et notre bateau a fait un virage complet vers Bonaventure. Il a fallu se ramener à nouveau, regagner notre élan et recommencer.»

Heureusement, Mme Hachey souligne qu’elle et ses équipières ont réussi à rester calmes et positives.

«Nous avons gardé la tête haute et nous ne nous sommes pas découragées, a-t-elle dit. Je pense que notre esprit d’équipe et notre chimie ont fait la différence.»

Mme Hachey complétait sa 11e traversée cette année. Pour elle, l’expérience est comme une «drogue».

«Souvent, lorsque j’arrive à mi-chemin, je me demande “qu’est-ce que je fais encore là?”, avoue-t-elle en riant. Mais quand j’atteins la ligne d’arrivée, j’ai tellement un bon sentiment que tous mes doutes s’envolent et c’est sûr que je le refais l’année prochaine.»

M. Guitard a participé à 18 traversées. Il croit que les sacrifices ne doivent pas être sous-estimés.

«Ça demande beaucoup de temps et beaucoup d’efforts physiques. Il faut consacrer environ 20 soirées, pendant lesquelles ne pouvons pas être avec nos familles, pour pratiquer sur l’eau, a-t-il dit. Mais finalement, ça en aura valu la peine. Nous voulions la première position et nous sommes fiers du résultat.»

Le soir de la course, les athlètes ont eu l’occasion de célébrer en compagnie de la Cayouche et la Virée à l’aréna de Petit Rocher.

Dimanche après-midi, les rameurs et les rameuses ont défié, médailles au cou, lors du défilé annuel du Festival des rameurs de Petit-Rocher.

«Tout le monde est gagnant, a finalement lancé Mme Hachey. Le fait même de traverser est un accomplissement en soi.»