Allain Roy, l’Acadien devenu l’un des agents les plus influents du hockey

Il possède sa propre agence (Roy Sports Group), il gère un portefeuille de plus de 230 millions $ et il compte parmi ses clients Ben Bishop, Philipp Grubauer, Nico Hischier, Jake Allen et plusieurs vedettes en devenir telles que Carter Hart, Maxime Comtois, Dylan Cozens et Ville Heinola. À n’en point douter, Allain Roy est devenu un homme très influent dans l’univers du hockey.

La semaine dernière, l’Acadien de Campbellton a justement vu son nom mentionné dans un texte du confrère Guillaume Lefrançois, du quotidien La Presse, où ce dernier traitait des agents les plus puissants de la Ligue nationale de hockey.

Évidemment, Pat Brisson (John Tavares, Patrick Kane, Sidney Crosby, Nathan MacKinnon) et J.P. Barry (Evgeni Malkin, David Pastrnak, Filip Forsberg), de la firme CAA Sports, Craig Oster (Erik Karlsson, Mark Stone, Henrik Lundqvist) et Wade Arnott (Phil Kessel, Brad Marchand, Zach Parise), de Newport Sports Management, ainsi que Kurt Overhardt (Ryan Johansen, Dylan Larkin, Jacob Trouba), de KO Sports, sont avec raison au sommet de la pyramide.

Selon PuckPedia, qui se veut une sommité quand vient le temps de dresser des classements en tous genres sur le hockey, ils régentent plus de 3,6 milliards $ en contrat. C’est énorme.

Allain Roy, lui, figure en 16e position. Un statut impressionnant quand on sait qu’il y a plus de 115 agents qui ont au moins un client dans la LNH.

Toujours grâce à PuckPedia, on y apprend aussi qu’Allain Roy est l’agent qui compte sur le plus grand nombre de contrats actifs dans la LNH, soit 71. Seuls Craig Oster (70) et J.P. Barry (69) en ont presque autant.

Parce que les agences sont constituées de plusieurs agents, il faut toutefois prendre ces chiffres avec prudence. Il est à bien dire impossible de dresser avec exactitude un tel classement. Cela dit, Allain Roy considère que PuckPedia fait un excellent travail.

«Ils sont pas mal sur la coche, confirme Roy, qui est actuellement en Croatie auprès de la famille de son épouse. PuckPedia nous (les agents) appelle d’ailleurs assez souvent pour avoir des informations.»

Allain Roy s’est aussi fait une belle réputation auprès des gardiens qui sont d’ailleurs nombreux au sein de son écurie.

Jake Allen – Archives

Outre Grubauer, Bishop, Allen et Hart, on y retrouve également Keith Kinkaid, Antoine Bibeau, Maxime Lagacé et Mike McKenna, pour ne nommer que ceux-ci.

«Dans mon cas, j’ai plus de facilité à recruter des gardiens parce que j’en ai été un moi-même. Je comprends le langage de ces gars-là. Par contre, je ne peux pas prendre tout le crédit. Mon rôle, c’est surtout de négocier les contrats professionnels en compagnie de notre avocat Tyler MacDougall (ce dernier est un Néo-Brunswickois qui a disputé cinq saisons dans la LHJMQ). Je dois donner beaucoup de crédit à mon équipe qui fait du très bon travail», souligne Roy.

Parmi les agents de RSG, on retrouve entre autres Shane Corston, Ron McKenna, Marc Lavigne et l’ancienne petite peste des Red Wings de Detroit, Dennis Polonich. RSG profite également de la présence de plusieurs consultants, partenaires et recruteurs un peu partout sur la planète hockey.

«C’est gentil de figurer dans ces classements, mais je n’y attache pas trop d’importance. Parce que tu es au sommet, ce serait facile de penser que tout va désormais bien aller. La vérité c’est que si tu ne fais pas attention, ça peut rapidement commencer à mal aller», confie-t-il.

«Il faut comprendre qu’il y a beaucoup de compétition dans ce métier. Tu as toujours quelque chose à faire. Et personnellement, comme je suis un gars anxieux, je ne dors jamais très bien. La pression est constante et tu te dois de garder tes relations avec tes clients de la façon la plus positive possible. Heureusement, je suis chanceux parce que je suis entouré de bonnes personnes. Pour la LHJMQ, par exemple, je peux compter sur le meilleur agent de l’Est du pays en Marc Lavigne», affirme Roy, qui a été intronisé au Temple de la renommée sportive du Nouveau-Brunswick il y a quelques semaines.

Philipp Grubauer – Archives

RSG change sa façon de faire

Comme les joueurs de la LNH ne peuvent plus profiter d’autant de déductions d’impôts, l’agence Roy Sports Group (RSG) a pris la décision de trancher quelque peu dans leurs frais afin de rendre la situation plus attrayante pour leurs clients.

«Tout ce qui entoure le hockey a beaucoup changé dans les dernières années et il faut donc changer notre façon de faire, indique Allain Roy. À compter de cette saison, nous avons décidé de baisser quelque peu nos revenus tout en augmentant nos services. Par exemple, nous avons ajouté des projets dont pourront profiter nos clients dans leur après-carrière de joueur. Nous sommes l’une des premières agences à y aller de tels changements.»

Justement, nous avons demandé à deux de leurs clients de nous expliquer en quelques mots pourquoi ils aiment la façon de faire de RSG.

«J’aime travailler avec eux parce que tu sens qu’ils sont là pour les bonnes raisons, affirme Antoine Morand. Ils comprennent l’aspect humain du hockey et ils ne te voient pas comme un produit pour faire de l’argent.»

«Peu importe le niveau dans lequel tu évolues, tu es traité avec respect et tu sais qu’il vont faire tout ce qui est possible afin de te permettre de réussir. Ils sont beaucoup à l’écoute et j’ai une très belle relation avec eux. Pour un joueur de hockey, de savoir que tu peux avoir confiance en ton agence, c’est vraiment important», ajoute l’espoir des Ducks d’Anaheim.

«Allain Roy et Marc Lavigne ont toujours été là pour moi afin de m’aider dans mon développement, soutient Jeffrey Viel, qui évolue dans l’organisation des Sharks de San Jose. Ils sont là depuis que je joue bantam. Même qu’avec Marc, ça remonte à encore plus loin parce que je me souviens d’avoir pratiqué avec Marc quand j’avais seulement 8 ans.»

«Avec eux, j’ai droit à beaucoup d’informations sur ce que je dois améliorer dans mon jeu. Ils ont aussi les ressources pour bien nous entourer, que ce soit durant l’été ou encore pendant la saison de hockey», ajoute l’ancien capitaine du Titan d’Acadie-Bathurst.

Parlant du Titan, Morand et Viel ne sont pas les deux seuls ex-membres de l’équipe à se trouver parmi les clients de RSG. On y retrouve également Guillaume Brisebois, Jordan Murray, Mason McDonald, Vincent Arseneau, Zach O’Brien et Giovanni Fiore. Éric Faille a également déjà fait partie de RSG, mais il a changé d’agence depuis quelques années. Ce dernier a d’ailleurs tenu à préciser que les deux parties se sont quittées en très bon terme.

Une agence qui ne cesse de grandir

Avec les sélections de Dylan Cozens (7e) et Ville Heinola (30e) par les Sabres de Buffalo et les Jets de Winnipeg, en juin dernier, Allain Roy et sa firme Roy Sports Group ont désormais cinq choix de première ronde parmi leur liste de clients.

Dylan Cozens – Archives

Les trois autres sont Nico Hischier, le premier choix au total en 2017 par les Devils du New Jersey, Denis Cholowski (20e), recruté par les Red Wings de Detroit en 2016, et John Quenneville (30e) sélectionné par les Devils en 2014.

Ce nombre est toutefois appelé à grandir dès l’an prochain puisque trois joueurs sont en bonne position de se tailler une place parmi les 31 plus beaux espoirs de l’encan de 2020. Ces trois joueurs ont pour nom Patrick Guay, du Phœnix de Sherbrooke, Jérémie Poirier, des Sea Dogs de Saint-Jean, et Kaiden Guhle, des Raiders de Prince Albert. Et il n’est pas dit qu’un ou deux clients européens se faufilent parmi ce groupe dans les prochains mois.

Ben Bishop – Archives