Shelley Doucet était la plus forte à Caraquet

Dimanche matin, il y avait des centaines de coureurs de tous les âges à Caraquet et puis il y avait Shelley Doucet. L’athlète de Quispamsis a été la grande gagnante du premier ultramarathon de 50 km, qui s’est déroulée sur les sentiers du Club plein air.

Shelley Doucet a terminé la course en 4h37m38s. Son principal concurrent, Jean-Marc Doiron, a été le premier homme à traverser la ligne d’arrivée. Il a complété le parcours avec un chrono de 4h48m30s.

Les quelque 20 participants se sont présentés au départ à 6h. La course consistait à compléter 10 boucles de 5 km dans un sentier forestier. Les coureurs avaient jusqu’à midi pour la terminer.

Shelley Doucet est reconnue comme étant une des meilleures coureuses à l’heure actuelle au Nouveau-Brunswick. Au fil des ans, son visage est devenu familier aux amateurs de course à pied un peu partout dans la province. Malgré une belle feuille de route, la course de dimanche a tout de même été l’une des plus longues de sa carrière.

«J’ai participé à une course de 73 kilomètres en juin, mais le format était particulier. J’ai couru 73 kilomètres en 11 heures et demie. Aujourd’hui, on pourrait dire que c’est la plus longue distance que j’ai faite en continu.»

Shelley Doucet et Jean-Marc Doiron ont couru côte à côte pendant les sept premières boucles.

«Souvent, lorsque je participe à des courses en sentier, je me trouve seule au milieu de nulle part. Cette fois-ci, j’étais chanceuse de courir avec Jean-Marc pour au moins les 37 premiers kilomètres. Nous avons parlé de beaucoup de choses. C’était une belle façon de passer le temps.»

L’athlète s’est aussi dite fière d’avoir été la plus rapide, hommes et femmes confondus.

«Lorsque je cours, je considère que c’est contre tout le monde. Je ne porte pas trop attention au genre. Je pense que c’est surtout vrai pour les courses en sentier. À mesure qu’on avance en distance, l’écart se réduit avec les hommes. Les femmes ont tendance à garder un bon rythme sur de longues distances. Honnêtement, je pense que Jean-Marc m’aurait devancé par une dizaine de minutes dans une course de 10 kilomètres.»

Même s’il a déjà remporté des marathons à Moncton et à Fredericton, Jean-Marc Doiron n’avait jamais participé à une épreuve semblable.

Jean-Marc Doiron officialise la fin de sa course. Le coureur a terminé l’ultramarathon en 2e position avec un chrono de 4h48m30s. -Acadie Nouvelle: David Caron

«J’ai fait trois marathons dans ma vie. Je les ai terminés en environ 2h35 à 2h45. Aujourd’hui, ç’a ma pris environ 4h45 minutes. C’était une différente bête. Je n’avais jamais rien fait comme ça avant. Le parcours était complètement unique. Tu ne courais jamais sur une ligne droite. Tu es constamment en train de virer alors ça met de la pression sur les genoux et les hanches.»

«J’ai couru avec Shelley pendant environ 7 tours et demi, mais vers le 7e tour, c’était évident pour moi qu’elle était plus forte. Elle a plus d’expérience que moi dans les sentiers.»

D’autres courses

Des courses de 100 mètres et de 1 km pour les enfants et de 5 km et de 10 km ont également été organisées dimanche.

Les plus jeunes ont été invités à participer à une course de 100 mètres. – Acadie Nouvelle

En ce qui concerne l’épreuve du 10 km, Pierre Luc Roy (45m59s), William Crounse (47m42s) et Ben Hope (48m22s) se sont classés dans le top 3. Chez les femmes, Magalie Babineau (52m41s), Sylvie LeBlanc (55m05s) et Annouk Doiron (59m17s) sont montés sur le podium.

Sur la ligne de départ de la course de 10 km. -Acadie Nouvelle: David Caron

Chez les hommes, le 5 km a été remporté par Charles Crounse, de Concord au Massachusetts. Il a terminé avec un chrono de 19m07s. Il a été suivi des coureurs Thomas Roy (20m18s) et Sébastien Lanteigne (21m25s). Chez les femmes, Mary Vibert a obtenu le podium avec un temps de course de 25m26s. Elle a été suivie de très près par Flavie Baudry (25m53s) et Geneviève Godin (25m57s).

Sur la ligne de départ de la course de 5 km. -Acadie Nouvelle: David Caron