Dominique Cormier se taille une place avec Équipe Canada

Lorsqu’elle s’est présentée au camp de sélection de la formation canadienne des moins de 18 ans, Dominique Cormier ne cache pas qu’elle doutait pas mal de ses chances de se tailler un poste. D’abord parce qu’elle était la plus jeune des 44 hockeyeuses invitées, mais aussi parce qu’elle n’avait vécu une telle expérience. Cela dit, elle a vite abandonné l’idée de se vautrer dans le complexe de l’imposteur.

Âgée de seulement 15 ans – elle en aura 16 le 11 octobre -, l’arrière de Sainte-Marie-de-Kent est d’ailleurs la seule fille des provinces Maritimes à avoir passer le test puisque les Néo-Écossaises Mallory Thornhill, une joueuse de défense comme elle, et Deanna Fraser, une gardienne, ont été retranchées.

«Je suis tellement contente, affirme-t-elle. Porter ce chandail est un rêve que je caressais depuis mon très jeune âge. Par contre, quand je me suis présentée au camp, lorsque j’ai vu le calibre des joueuses, je n’étais pas très confiante. J’ai juste continué à faire de mon mieux sur la patinoire, sans rien laisser me déranger.»

«J’ai tout donné ce que je pouvais pendant ce camp», poursuit-elle.

Cormier et ses coéquipières prendront maintenant part à une série de trois matchs contre les États-Unis à Lake Placid, dans l’État de New York, du 14 au 17 août.

L’athlète de 5 pieds 7 pouces et 148 livres dit ignorer encore qui sera sa partenaire en défensive. Cependant, elle ne s’en formalise pas trop

«Je pense que les parties vont bien se dérouler. Après juste une semaine au sein de ce groupe, nous avons déjà un bon esprit d’équipe. J’ai le sentiment que nous sommes déjà toutes proches. Je crois que cette connection entre les filles va nous permettre de bien compétitionner face aux Américaines», soutient-elle.

Rappelons que Dominique est la jeune soeur de Lukas, qui vient tout juste de remporter une médaille d’argent au tournoi de la coupe Hlinka-Gretzky des moins de 18 ans, à la suite d’un revers de 3 à 2 en finale contre la Russie. Elle dit n’avoir cependant pas eu l’occasion de lui parler.

«Comme Lukas était en Europe, nous n’avons pas eu le temps de nous parler en raison du décalage d’horaire. Il faut dire que nous étions pas mal occupés chacun de notre côté. Nous nous sommes quand mêmes textés un peu et j’ai regardé quelques matchs, dont la finale. Je suis tellement fière de lui», raconte Dominique Cormier.

Après cette série contre les États-Unis, les 23 membres de l’équipe continueront d’être scrutées à la loupe au cours des prochains mois par Hockey Canada et la chef-recruteuse Melody Davidson. Ce sera particulièrement le cas au Championnat canadien des moins de 18 ans qui aura lieu du 5 au 9 novembre à Morden et Winkler, au Manitoba.

Ce tournoi servira d’ailleurs de sélection en vue du Championnat mondial de l’IIHF qui sera présenté en Slovaquie, du 25 décembre au 2 janvier.

Les joueuses seront également considérées pour une possible invitation à des camps et événements de l’équipe féminine du Canada, dont le Festival d’automne en septembre, ainsi que la prochaine Coupe des 4 nations.

Notons par ailleurs que la gardienne Marlène Boissonnault, de Dundee, et l’attaquante Grace Graham, d’Island View, n’ont pas réussi à percer l’alignement de l’équipe nationale de développement.