Olivier-Luc Haché débutera la saison à Rouyn

Mario Pouliot a eu beau dire dans nos pages qu’il croyait fortement aux chances d’Olivier-Luc Haché de se tailler un poste avec les Huskies de Rouyn-Noranda, le principal intéressé n’a jamais cessé de douter. Il est pourtant un membre officiel de l’équipe, comme l’avait prédit son directeur général et entraîneur-chef.

Haché, qui célébrera son 19e anniversaire de naissance le 10 octobre, est conscient que ce n’est pas commun ce qu’il vient d’accomplir.

Il est rare qu’on donne une telle chance à un bonhomme de son âge avec seulement 43 matchs d’expérience junior majeur. Quarante-six en comptant ses trois parties éliminatoires au printemps de 2018.

«Je suis très heureux d’être de retour avec les Huskies. Je suis heureux, mais je reste humble. Je sais qu’il n’y a rien de garanti», révèle le hockeyeur de Savoy Landing.

«D’ailleurs, je n’avais aucune idée de ce qui allait m’arriver en me présentant au camp, dit-il. Ça n’empêche pas que j’ai travaillé fort cet été. En fait, je n’ai jamais travaillé aussi fort.»

«Je suis arrivé à Rouyn-Noranda avec plus de confiance et plus fort physiquement. Je me suis aussi dit qu’il était inutile de me stresser. J’avais l’attitude du gars qui se disait qu’il arrivera ce qui arrivera», confie-t-il.

Il faut croire que c’était la bonne attitude à adopter.

«Je tenais aussi à démontrer aux Huskies que je pouvais leur donner beaucoup plus que ce que j’avais démontré auparavant. Je voulais montrer davantage le joueur que je peux être. Je sais par exemple que je peux marquer des buts dans cette ligue. Je crois aussi que je peux devenir un joueur clé», mentionne-t-il.

Le directeur général et entraîneur-chef des Huskies a tenu à rappeler qu’il savait que Haché allait saisir l’occasion.

«Quand nous l’avons retranché pendant la période des Fêtes, nous aurions pu décider de le garder ici. Mais nous voulions qu’il joue beaucoup. C’est pourquoi nous l’avons cédé à Edmundston», indique Pouliot.

«Je savais qu’il avait travaillé fort cet été sous la tutelle de Daniel LeBlanc. Il a eu l’occasion de s’entraîner auprès de gars comme Philippe Myers. Il est donc arrivé au camp fin prêt et nous savions qu’il serait en mesure de nous aider cette saison», lance-t-il.

«Nous aimons beaucoup sa polyvalence. C’est un joueur qui apporte beaucoup de vitesse et qu’on peut utiliser autant à l’aile qu’au centre. Il a également amélioré sa force physique. Et le fait qu’il connaît déjà la ligue ne nuit pas», ajoute Pouliot.

Le joueur de 5 pieds 10 pouces et 172 livres confirme avoir mis beaucoup d’emphase sur sa force physique.

«Je n’ai pas pris de poids, mais je suis nettement plus fort. Je suis plus confiant en foncer dans les coins de patinoire et je suis plus souvent le premier sur la rondelle que je protège d’ailleurs mieux qu’avant», souligne-t-il.

En bon vétéran, Haché a également tenu à apporter plus de leadership auprès des jeunes.

«J’ai même pris Jérémy (Duguay) sous mon aile. C’est un gars de par chez nous (Tracadie) et je tenais à l’aider. Je peux te dire qu’il a travaillé très fort pour mériter son poste. Jérémy, je le connais depuis déjà quelques années et je ne suis pas du tout surpris qu’il ait réussi à faire le club», dit-il.

Le jeune Duguay confirme que Haché lui a été d’une grande aide.

«C’est sûr qu’il m’a aidé. Le simple fait que je savais qu’il venait comme moi de la Péninsule acadienne m’a aidé sur le plan mental. Olivier c’est un excellent leader», soutient Duguay.