Miramichi: les organisateurs nient tout

Une équipe de baseball du Québec dit avoir été victime de racisme et d’intimidation au Championnat canadien senior présenté en fin de semaine dernière à Miramichi, mais les organisateurs nient les faits allégués dans les médias québécois.

Dans un texte publié mercredi matin dans Le Journal de Montréal, le lanceur Fernando Fernandez indique que lui et les membres de son équipe ont essuyé une pluie d’insultes de la part de trois partisans installés dans les gradins à proximité de l’abri des joueurs.

Le Montréalais né d’un père hondurien et d’une mère salvadorienne soutient que lui et ses coéquipiers se sont fait traiter, entre autres, de «sale poseur de bombe» et «de membre d’Al-Qaïda».

Dans le même texte, le chef de mission de l’équipe québécoise Daniel Bélisle, qui se veut aussi le président de la Ligue de baseball majeur du Québec, confie avoir demandé une intervention auprès du superviseur de Baseball Canada, Gerry LeBlanc, pour faire cesser les insultes.

Selon la version de M. Bélisle, le septuagénaire envoyé auprès des trois partisans fautifs aurait obtenu un non catégorique de leur part. Ces derniers auraient prétexté avoir payé leur billet 20$ et qu’ils avaient du même coup le droit de dire ce qui leur passait par la tête.

«C’est déplorable, a révélé M. Bélisle au quotidien montréalais. On l’a vu cet hiver avec l’histoire de Jonathan Diaby au hockey senior à Saint-Jérôme. De voir que des situations semblables peuvent se produire partout, ça dépasse l’entendement.»

«Ce qui est également inacceptable, c’est que les gens autour riaient de leurs niaiseries. Personne ne disait un mot. Quand ils ont reçu l’avertissement, ils ont cessé quelques minutes. Mais par la suite, c’était pire. Ils auraient dû être expulsés sur le champ», a mentionné M. Bélisle dans les pages du quotidien montréalais. Il soutient avoir envoyé une lettre à Baseball Canada.

Après le match, le chef adjoint de mission Jean Simon aurait même été bousculé à la sortie du stade.

La formation québécoise s’est également plainte de la très faible place consacrée à la langue française pendant le tournoi.

Daniel Bélisle prévient que si des mesures ne sont pas prises pour contrer de tels comportements, le Québec ne participera pas au Championnat de 2020.

Joint en après-midi jeudi, le directeur général des Ironmen de Chatham et membre du comité organisateur Greg Morris a révélé que l’affaire fait actuellement l’objet d’une enquête.

«Nous enquêtons, mais je peux te dire que les commentaires dans Le Journal de Montréal ne sont pas corrects», affirme Greg Morris.

– Les commentaires ont été exagérés? lui a demandé l’auteur de ces lignes.

«Les commentaires n’ont pas été exagérés, ils ne sont juste pas vrai», dit-il.

«Nous sommes choqués par ces accusations et nous aurons une réponse une fois que l’enquête sera terminée. C’est pour l’instant notre position», a-t-il ajouté.

Notons que les Ironman de Chatham ont été couronnés lors de ce championnat en triomphant 3 à 2 en finale contre la Nouvelle-Écosse. Le Québec s’est incliné en demi-finale 7 à 0 face à la Colombie-Britannique.