Le retrait du chandail de Sidney Crosby ne fait pas consensus

La décision de retirer globalement le numéro 87 de Sidney Crosby à travers la LHJMQ soulève avec raison quelques interrogations auprès des amateurs de hockey. Même que plusieurs estiment que la ligue commet une grave erreur en honorant ainsi Sid The Kid avant Guy Lafleur et Mario Lemieux. Toutefois, ce n’est pas l’opinion de tous.

Une simple question posée sur la plateforme Facebook de l’auteur de ces lignes a permis à plusieurs personnes de donner leur avis sur le grand hommage accordé au plus célèbre Néo-Écossais de Cole Harbour.

Par exemple, Jérémie Roy écrit: «Bien que Crosby a été l’un des meilleurs joueurs à avoir évolué dans la LHJMQ, on ne peut simplement pas ignorer que Lemieux et Lafleur ont mis le circuit sur la mappe. C’est soit tu retires les trois, soit aucun parce que Crosby n’est clairement pas au-dessus des deux autres».

Marc Payne va encore plus loin: «Lemieux: 282 points en une saison. Allô? Il y a quelqu’un qui dort au gaz dans les bureaux de la LHJMQ. Lafleur a été l’idole d’une génération et fera toujours partie de mes souvenirs d’enfance. Mais Lemieux, wow! Quel joueur. Désolé, mais Crosby ne m’a pas fait le même effet. Oui c’est un très bon joueur, mais ce n’est pas Mario le Magnifique».

Un autre partisan préférant conserver l’anonymat écrit: «J’ai effectivement sursauté quand j’ai vu le traitement que le LHJMQ a accordé à Sidney Crosby. Guy Lafleur, 130 buts en une saison. Mario Lemieux, 133 buts en une saison dont cinq buts le dernier match. Du groupe, seul Guy Lafleur a gagné la coupe Memorial alors qu’on disait que la LHJMQ était inférieure aux autres circuits du pays. D’ailleurs, plusieurs lui reprochaient de ne pas avoir suivi Marcel Dionne en Ontario, ou mieux de ne pas avoir joué avec le CH junior. Si la LHJMQ veut être cohérente, pourquoi Lafleur a été élu le meilleur joueur des 50 ans et le 66 deuxième?»

Donald Aubé, visiblement un grand partisan du Démon Blond, en est un autre qui s’explique mal cette décision: «Lafleur n’a-t-il pas été élu le meilleur joueur de l’histoire de la LHJMQ, devançant Lemieux et Crosby? C’est Lafleur qui a permis à la LHJMQ de s’implanter comme une ligue sérieuse. C’est grâce à lui si la LHJMQ a su attirer l’attention et le respect. Je crois que la ligue aurait dû attendre que Crosby accroche ses patins avant de poser un geste à la Jackie Robinson à son égard. Imaginez maintenant le scénario lorsqu’on décidera de retirer le numéro 4 de Lafleur après avoir retiré le 87. Il me semble que ça sera un peu embarrassant. Et soyons honnêtes, maintenant que le 87 est retiré, est-ce que la LHJMQ a d’autre choix que de retirer le 4 et le 66? Je ne connais pas les motifs qui ont fait en sorte que la LHJMQ décide de retirer le numéro de Crosby, mais je suis d’avis que Lafleur est celui qui a su établir et crystaliser la LHJMQ dans l’esprit de tous. Sans Lafleur, la LHJMQ ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui».

Bertin Couturier, au contraire, croit que la LHJMQ a pris la bonne décision: «C’est une excellente décision des dirigeants de la ligue. Certes, la ligue a peut-être commis une gaffe en ignorant Lemieux et Lafleur, mais elle n’est pas obligée de rester immobile pour autant. La LHJMQ et toutes les villes concernées ont été chanceuses de voir évoluer un joueur de la trempe de Crosby. Il aurait pu facilement joindre une formation collégiale américaine. Crosby est un joueur et une personne d’exception. Un honneur grandement mérité».

Emmanuel Picard abonde sensiblement dans le même sens: «Les trois joueurs ont joué dans différentes décennies, alors le style de jeu et le calibre des équipes ne se comparent pas. Je ne veux rien enlever à personne, mais je crois que l’honneur décerné à Crosby est mérité».

Il y a également ceux qui sont carrément contre ce genre d’hommage. Jean-Yves Rhéaume est l’un d’eux: «À ce rythme-là, dans une centaine d’années, qui sait si un joueur ne portera pas le numéro 169! Ça va finir où? Le 87 à Rimouski ça va de soit et c’est parfait. Mais pourquoi aller au-delà de son équipe par la suite? Je ne comprends pas cette décision de la ligue».

Un avis que partage Jean-Philippe Peretti: «On ne devrait pas retirer les chandails à qui mieux mieux. Un chandail retiré par une équipe, soit. Mais par une ligue? Seules des circonstances exceptionnelles devraient motiver un tel geste, comme dans le cas du décès d’un joueur exceptionnel, tant sur le plan sportif que personnel. Ça sent le marketing. La LHJMQ retire-t-elle quelque chose de cette décision? Parce que si tu fais ça pour un joueur, il faut le faire pour d’autres. Comme Lafleur et Lemieux, cités à juste titre par d’autres amateurs avant moi».

Enfin, François Poitras apporte lui aussi un point de vue fort intéressant: «À une certaine époque, les différentes ligues (hockey, baseball, football, etc.) attribuaient un prix ou un trophée au nom d’une ancienne vedette. Aujourd’hui, est-ce parce qu’elle ne peut plus créer de nouveau trophée ou de nouveau prix pour un athlète comme Crosby que la LHJMQ décide de retirer partout le numéro 87 dans toutes les équipes? Peut-être. Ou est-ce un coup de marketing? C’est aussi possible. Personnellement, je crois que ce n’était pas le bon moment pour agir de la sorte. Il aurait fallu attendre la fin de sa carrière dans la LNH et que la ligue mousse les accomplissements du joueur et de l’homme en dehors de la patinoire, ainsi que son apport d’ambassadeur pour la LHJMQ. Là, et seulement là, on aurait pu lui décerner cet honneur. Pour le moment c’est trop tôt».