Coupe Évangéline: le duel des titans

Si vous voyez un monsieur prendre des notes dans un calepin parmi les spectateurs qui seront réunis au Scotiabank Park North Field de Fredericton, vendredi soir, les chances sont bonnes pour qu’il soit un recruteur universitaire. Il risque d’ailleurs d’y en avoir quelques-uns dans les gradins. Les Castors de l’École Sainte-Anne et les Olympiens de l’École L’Odyssée, les deux seuls clubs invaincus dans la Conférence AA de la Ligue de football des écoles secondaires du Nouveau-Brunswick, y ont rendez-vous dès 19h dans un duel qui promet son lot d’action.

Mettons les choses au clair tout de suite. Les Castors (4-0-0, 8 pts) ont été simplement trop forts pour la compétition jusqu’ici cette saison. Ils dominent la division Ouest de façon tellement évidente que c’en est aussi bien dire effronté.

Croyez-le ou non, les représentants francophones de la capitale provinciale ont inscrit 173 points en quatre matchs. Comme dirait l’oncle Maurice, c’est du point en simonac.

Ça se veut une moyenne de 43,25 points par rencontre. C’est plutôt impressionnant. À titre comparatif, les Saints de St. Malachy’s (3-1-0), qui occupent le deuxième échelon dans cette division, ont inscrit 82 points de moins et en donné 57 de plus. Les Olympiens, que je vous présente plus bas, ont enregistré 110 points et en ont accordé 44.

Mais toute cette avalanche de points n’est rien à comparer avec la défensive des Castors. Ils ne sont pas réputés pour faire des bons barrages pour rien ces petites bêtes-là.

Ils n’ont permis, tenez-vous bien, que neuf petits points à l’adversaire, soit seulement 2,25 points par partie à leurs opposants. De quoi faire brailler le plus insensible des entraîneurs adversaires.

Chez les Castors, le quart-arrière Samuel Tremblay et son frère jumeau Caleb, qui est receveur de passe, sont les vaches à lait de l’attaque. Ça ne fait aucun doute.

Samuel, une grande flèche de 6 pieds 2 pouces et 160 livres, totalise déjà 11 passes de touché en plus d’en avoir marqué cinq par le sol.

Caleb, lui, aussi grand que son frérot, mais avec huit livres en moins, a déjà réussi sept touchés par la passe. C’est bien simple, les deux frères se connaissent tellement qu’ils peuvent se repérer pas mal où ils veulent sur le terrain.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si quelques cégeps du Québec et quelques universités leur font déjà de l’œil. Et ce n’est pas fini, parce qu’ils ne sont actuellement qu’en 11e année.

Ils font par ailleurs partie du programme national U18.

«Parce que nous avons plusieurs gars d’expérience, je savais que ça allait bien aller cette saison à l’attaque, tant au sol qu’au niveau des passes», affirme Samuel.

«Notre offensive était déjà très bonne la saison dernière, raconte pour sa part Caleb. Par contre, je ne savais que notre défensive allait bien faire aussi bien. Vendredi, contre les Olympiens, ça va être un bon test pour notre équipe. En regardant les vidéos cette semaine, nous avons vu que les Olympiens ont un club qui se fit surtout à son jeu de passe. De notre côté, nous devrons bien choisir notre moment pour aller par la passe ou au sol.»

À l’instar de son frère, Samuel adore la défensive de son équipe.

«C’est plaisant d’avoir une telle défensive, remarque le quart-arrière étoile. Ça nous enlève beaucoup de pression à l’attaque.»

Le général de cette défensive a pour nom Caden Coghlan, qui évolue à la position d’arrière défensif. C’est beaucoup à cause de lui que les Castors sont aussi avares de points que Séraphin Poudrier avec ses cennes noires.

«Nous sommes pas mal contents de notre début de saison, affirme Coghlan, qui cumule aussi les fonctions de receveur de passe. Notre secret en défensive c’est que nous gardons notre jeu simple et chaque joueur sur le terrain fait bien son travail.»

L’entraîneur-chef des Castors, Steve Drisdelle, est fort conscient que ses joueurs vont affronter leur plus redoutable adversaire de la saison.

«Nous avons bien préparé nos gars pour ce match. En plus de pratiquer sur le terrain, nous avons regardé beaucoup de vidéos», confie Drisdelle.

«Je crois sincèrement que nous pouvons les battre. Nous avons selon moi une meilleure offensive qu’eux, alors que notre défensive est vraiment très bonne. Et au football, si l’offensive fait le spectacle, c’est quand même la défensive qui gagne des championnats», souligne le pilote des Castors.

À noter que le match sera d’autant plus motivant pour les deux équipes qu’elles se disputeront pour la toute première fois la Coupe Évangéline.

Rappelons que les Castors ont remporté le mois dernier la Coupe Champlain face aux Matadors de Mathieu-Martin, pour une deuxième année consécutive.

Les Olympiens ont fait leurs devoirs

Quand bien même les Castors de l’École Sainte-Anne jouent du football inspiré, les Olympiens de l’École L’Odyssée de Moncton ont bien l’intention de s’en revenir à la maison avec la victoire après leur duel de vendredi dans la capitale provinciale.

Le coentraîneur-chef des Olympiens (4-0-0, 8 pts) Jonathan Diodati affirme que lui et son collègue Serge Bourque ont fait leurs devoirs cette semaine avec leurs joueurs. Les gars des Olympiens sont prêts à braver la tempête.

«Les gars sont excités pour ce match, mentionne Diodati. Ce sont deux écoles invaincues et je m’attends à un très bon match de football. Ça va aussi être un bon test pour nous.»

«Nous avons d’ailleurs regardé beaucoup de vidéo cette semaine afin de nous assurer que nos joueurs soient prêts. Nous savons par exemple que les Castors sont rapides et qu’ils méritent d’être respectés seulement avec la présence des frères Tremblay (Samuel et Caleb) à l’attaque», souligne Diodati.

«C’est justement leur offensif qui me chatouille. Si nous voulons les battre, c’est clair qu’il faudra contenir les deux frères. Et si nous faisons cela, ça devrait régler nos problèmes», révèle le pilote des meneurs de la division Est.

Tout en précisant qu’il ne veut surtout pas manquer de respect à l’endroit des Castors, Diodati soutient que les Olympiens ont fait face à davantage d’adversité depuis le début de la campagne. Il en prend pour cause la division Est qui est selon lui nettement plus forte que celle de l’Ouest.

«C’est difficile de dresser un comparatif entre nos deux clubs, parce que c’est la première fois que nous nous affrontons. Mais nous avons tout de même affronté des adversaires plus difficiles jusqu’ici. Je crois néanmoins que ça va être un match serré», fait-il savoir.

La pluie annoncée sera également un élément important à tenir compte selon Diodati.

«Les deux équipes risquent de jouer davantage au sol que par la passe. Et les Castors risquent d’être surpris par notre jeu au sol», prévient Diodati.

En ce qui concerne la Coupe Évangéline, Jonathan Diodati ne semble pas s’en formaliser plus qu’il ne le faut.

«Bien sûr que ce serait plaisant de la gagner, mais nous notre objectif c’est de gagner le gros trophée à la fin de l’année», affirme-t-il en terminant.

Parmi les joueurs à surveiller dans le camp des Olympiens, on retrouve le quart-arrière Devin Niles, le porteur de ballon Caleb Fogarty, le demi de coin Dominic LeBlanc et le maraudeur Jordan Blacklock.