Dans les petits pots, les meilleurs onguents

Pas mal tout le monde aime les histoires inspirées de David et Goliath. Dans le sport, cette légende biblique nous a procuré au fil des années parmi les moments les plus inspirants. Depuis toujours, ça fait de l’effet quand le petit parvient à vaincre par on ne sait quel miracle le géant.

Rappelons-nous de la bande de jeunes universitaires américains qui, aux Jeux olympiques de Lake Placid en 1980, ont surpris dans la finale de hockey masculin les Russes, alors que ces derniers étaient pourtant largement favoris. C’est encore aujourd’hui considéré comme le match international le plus célèbre.

La victoire de James Buster Douglas par knock-out en 1990, devant le champion mondial unifié des poids lourds Mike Tyson, est une autre variante de David et Goliath. À l’époque, Tyson était considéré comme un boxeur indestructible. Il était d’ailleurs favori à 42 contre 1 par les preneurs aux livres.

Plus près de nous, on peut également citer le récent triomphe au US Open de la joueuse de tennis canadienne Bianca Andreescu sur les terres de la légende vivante Serena Williams.

Depuis le week-end dernier, vous pouvez maintenant ajouter le triomphe des Jaguars du Centre scolaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean dans cette liste. Les Jaguars ont abasourdi l’élite provinciale du soccer scolaire au tournoi de l’école Mathieu-Martin de Dieppe.

Carrément.

Pensez à Wile E. Coyote, dont la mâchoire tombait presque à tout coup lorsque le Road Runner déjouait ses plans grâce à sa vitesse, et ça vous donne une petite idée de la façon dont les grosses écoles ont vécu le parcours des Jaguars.

Imaginez, la formation saint jeannoise a été composée parmi un bassin d’un peu moins de 150 élèves, donc environ 70 garçons. Dix-neuf d’entre eux ont été retenus, soit le quart des garçons de l’école.

À titre comparatif, des écoles comme la Cité des Jeunes, Mathieu-Martin, Harrison Trimble, Riverview High, Moncton High, Saint-Jean High, l’École secondaire Népisiguit et L’Odyssée, toutes présentes au tournoi, ont au-delà de 800 élèves.

«Mettons qu’on nous regardait de haut avant le tournoi, confie l’entraîneur-chef Dominic Girard. Personne ne savait qui nous étions. Ils étaient même surpris de savoir que nous étions un club francophone de Saint-Jean.»

Les Jaguars ont complété la ronde préliminaire avec une fiche parfaite de trois victoires en autant de duels. D’abord un gain de 3-0 face aux Pulamoos de Miramichi Valley, ensuite une victoire de 2-1 contre les Olympiques de L’Odyssée, puis un triomphe de 1-0 contre les grands favoris du tournoi, les puissants Trojans de Harrison Trimble. En demi-finale, ils ont défait les Panthers de Bridgewater 2-1 en tirs de barrage. Et enfin, ils ont eu raison des Républicains de la Cité des Jeunes 2-1 en finale.

«Nous nous sommes présentés ici avec l’idée d’offrir à nos jeunes de vivre pour une fois l’adversité contre les grosses écoles de la province, affirme Dominic Girard. Notre plan était de jouer un match à la fois en imposant notre style de jeu. Ç’a bien fonctionné. Dès le premier match contre les Pulamoos, nous avons complètement dominé. Et notre victoire contre Harrison Trimble nous a prouvé que nous pouvons compétitionner contre toutes ces écoles.»

Dominic Girard a par ailleurs tenu à souligner la grande classe des représentants d’Edmundston.

«Ils ont été d’extraordinaires bons perdants, dit-il. Même si la défaite a fait mal, les joueurs de cette équipe ont été incroyables auprès de mes jeunes. C’était d’autant plus spécial que la CDJ est mon ancienne école et que l’entraîneur des Républicains, Jacques Couturier, était aussi mon entraîneur dans le temps que j’y jouais.»

Les Jaguars n’ont pas perdu depuis 2017

Pour les Jaguars, ce triomphe à Dieppe vient s’ajouter à leur brillante année 2018, où ils ont remporté la bannière provinciale A contre les Panthers de Petitcodiac au compte de 3-0.

En 10 rencontres l’an dernier, les représentants du Centre scolaire Samuel-de-Champlain ont chaque fois savouré la victoire. Ils ont inscrit 55 buts et n’en ont permis que deux à l’adversaire.

Cette année, ils sont toujours invaincus après huit duels, avec 28 buts marqués contre seulement quatre pour les clubs adverses.

Il faut aussi préciser qu’au soccer, les écoles sont désormais départagées en quatre entités au lieu de trois (AAA, AA, A) dans le passé. Désormais, les écoles sont classées dans le tiers 1, le tiers 2, le tiers 3 et le tiers 4. Les Jaguars évoluent dans le tiers 3 qui comprend des écoles A et AA selon l’ancien système.

Parmi les vedettes de l’école, on retrouve le défenseur central Colin Manuel, le milieu de terrain Marc Duguay et le défenseur latéral Olivier Griffin. Ce dernier a toutefois été récemment blessé et sa saison est terminée. Heureusement, il a été brillamment remplacé par Trystan Burnham et MacKenzie Duval. Le milieu de terrain Wilondja Kabusimbi en est un autre qui joue un très grand rôle dans les succès de l’équipe.

«Nous avons de bons athlètes dans notre école, soutient Dominic Girard. La grande majorité d’entre eux évoluent dans trois sports pendant l’année scolaire. Outre le soccer, nous aurons aussi des programmes de volleyball, basketball et hockey.»

Dominic Girard n’a toujours pas perdu depuis qu’il a pris les rênes de l’équipe la saison dernière. Avec les cinq gains au tournoi de Dieppe, sa fiche comme entraîneur-chef est maintenant de 18 victoires en autant de duels.

«Je dois beaucoup à mon adjoint Pierre LeBlanc, dit-il. C’est Pierre qui dirigeait l’équipe avant moi. Écoute, ça fait 29 ans qu’il est impliqué dans le programme de soccer de notre école. Pierre est un gros morceau dans nos succès.»